1. Trouver son école à la dernière minute : comment bien choisir son établissement
Boîte à outils

Trouver son école à la dernière minute : comment bien choisir son établissement

Envoyer cet article à un ami
Matières au programme, nombre d'heures de cours, frais de scolarité : renseignez-vous en détail avant de vous décider. // © Fotolia
Matières au programme, nombre d'heures de cours, frais de scolarité : renseignez-vous en détail avant de vous décider. // © Fotolia

Nombreuses sur le marché, les écoles rivalisent d’offres attractives, et la sélection peut s’avérer difficile. Voici donc quelques critères à prendre en compte pour y voir plus clair.

L'entrée dans une école privée est moins bien balisée que dans le public. Quelques précautions sont à prendre avant de s'engager… Avant de vous inscrire, étudiez les points suivants.

Les écoles "reconnues"…

Ne confondez pas les labels accordés à une formation précise et la reconnaissance de l'école, qui concerne son fonctionnement général. Une école privée peut être reconnue par l'État après une enquête du ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation (locaux et équipements, diplômes des enseignants, nombre d'élèves, gestion et stabilité financière...). Cette reconnaissance lui permet de percevoir des subventions et d'accueillir des étudiants boursiers.

… et les cursus labélisés

Pour chaque cursus, une école peut solliciter plusieurs labels. Plus haut degré de reconnaissance, le visa est un gage de qualité. Il est accordé par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation à des écoles reconnues par l'État – majoritairement des écoles de commerce – pour une durée de six ans renouvelable : il garantit donc un contrôle régulier. Donnant accès au cycle LMD (licence, master, doctorat), il permet d'obtenir des équivalences dans des établissements en France ou à l'étranger.

Le grade de master est automatique pour les masters universitaires et les écoles d'ingénieurs (le titre d'ingénieur diplômé est protégé). Il existe pour d'autres établissements (arts plastiques, IEP…) et pour les grandes écoles de commerce. Distinguez bien le master, un grade à bac+5, du "mastère", un titre qui peut être donné à des formations non reconnues.

Lire aussi : Les écoles qui inscrivent encore en juillet-août, par secteur.

Attention, quand une école indique que sa formation est de "niveau master" (niveau I), cela ne signifie pas que vous aurez le grade de master, mais que cette formation est inscrite au RNCP (Répertoire national des certifications professionnelles). Celui-ci tient compte de l'insertion professionnelle des anciens pour enregistrer les formations selon les compétences acquises (il faut avoir diplômé au moins trois promotions pour déposer une demande). Les compétences sont ensuite traduites par niveau. Le niveau I est équivalent à bac+5 ; le II à bac+3/4 ; le III à bac+2.

Enfin, des labels internationaux attribués par des organismes indépendants attestent aussi de la qualité de la formation, puisqu’il faut se soumettre à des normes très exigeantes pour y prétendre. Par exemple, pour les grandes écoles de commerce, le label américain AACSB est une marque d'excellence.

L'alternance

L'expérience en entreprise est essentielle, mais ne doit pas se substituer aux cours. Soyez attentif au temps passé dans l'école et en entreprise : vous devez, au début, être davantage présent dans l'école.

Lire aussi :  Les BTS qui inscrivent encore en juillet-août 

Et ne confondez pas stage, alternance et apprentissage. L'alternance est un mode de formation incluant des cours théoriques et pratiques, prenant la forme soit d'un stage, soit d'un contrat de professionnalisation ou d'apprentissage. Dans le premier cas, vous payez vos études et bénéficiez d'une indemnité de stage (obligatoire pour les stages d’une durée supérieure à deux mois). Dans le second, vous êtes rémunéré et vos frais de formation sont pris en charge.

Les frais de scolarité

Informez-vous sur leur montant, les modalités de paiement étalé, voire le remboursement si vous arrêtez votre formation. Si vous devez partir à l'étranger, regardez ce que l'école prend en charge (suivant les cas, de nouveaux frais d'inscription peuvent être demandés ou non, et vous devrez de toute façon prévoir dans votre budget le montant du voyage et l'hébergement sur place). Prenez contact avec le CROUS (centre régional des œuvres universitaires et scolaires) pour une éventuelle bourse.

Le programme et les débouchés

Quelles sont les matières au programme ? Combien d'heures de cours par semaine sont assurées par des professionnels ? Comment sont validées les années d'études ? Et en cas de redoublement ? Les réponses à ces questions doivent vous être données sans hésitation. Et vous devez pouvoir les vérifier…