1. Brevet 2016 : l'histoire-géo pour (bien) terminer
Reportage

Brevet 2016 : l'histoire-géo pour (bien) terminer

Envoyer cet article à un ami
Dernière épreuve pour les élèves de troisième : l'histoire-géographie-enseignement moral et civique. // © Julie Chapman
Dernière épreuve pour les élèves de troisième : l'histoire-géographie-enseignement moral et civique. // © Julie Chapman

Le brevet est fini et les collégiens sont soulagés ! Histoire, géographie, enseignement moral et civique étaient au programme de la dernière épreuve, vendredi 24 juin 2016. Des sujets redoutés ? Faciles ou complexes ? Des élèves nous font part de leur ressenti.

L'ambiance est plutôt détendue ce matin, vendredi 24 juin 2016, devant les collèges parisiens Paul-Gauguin et Rocroy-Saint-Léon avant la dernière épreuve du brevet : l'histoire-géographie-enseignement moral et civique. La plupart des élèves se sont bien reposés la veille. Objectif : décompression. Nina a regardé “un Disney”, Élisa a fait des longueurs à la piscine, Lara a gratté sa guitare.

L'histoire-géo : une épreuve redoutée…

Pourtant, la veille, en fin d'après-midi, certains élèves appréhendaient un peu cette dernière étape. Le cours à apprendre était assez conséquent et chacun avait ses sujets préférés. “J'aimerais tomber sur la décolonisation, ou un autre sujet où l'on doit donner plein de noms et de dates”, confiait alors Élise. La guerre froide était un sujet redouté pour Rayan et Merlin : “C'est le plus dur.” Ayant bien réussi le français et les maths dans l'ensemble, Iris et ses amis espéraient que l'épreuve d'histoire-géo soit dans la même lignée.

… mais globalement réussie

Il semble qu'Iris ait été entendue. À la sortie de l'histoire-géo, presque tous les élèves de troisième sont unanimes : l’épreuve était facile. À 10 h 15, beaucoup d'entre eux se retrouvent devant les collèges alors que l'épreuve n'est pas terminée. “Si elle n’avait duré que 1 heure, cela aurait été largement suffisant”, juge Violette. Pour Achille, “faire un développement construit sur la crise de Berlin était un peu spécial, mais pas compliqué pour autant. Il suffisait de savoir lire et comprendre”, estime-t-il.

En revanche, l’éducation civique a dans l'ensemble semblé plus difficile. “Les questions sur les droits étaient dures”, commentent plusieurs garçons du collège Paul-Gauguin. Nikola ajoute, en faisant rire la galerie : “Moi, je me suis trompé, j’ai écrit Marie-Anne au lieu de Marianne à la question sur les symboles de la République !”

C’est les vacances !

Le brevet terminé, les élèves peuvent enfin penser à autre chose. Les collégiens restent entre groupes d'amis à discuter après l'épreuve, avant de partir déjeuner ensemble. La plupart des filles, comme Yasmine, Nina et Linda, vont en profiter pour aller faire les magasins et profiter des soldes, ce qu’elles n’ont pas pu faire à cause des révisions. Les garçons, quant à eux, vont pouvoir jouer à la PS4 sans culpabiliser. D’autres n’ont qu’une envie : rentrer chez eux se reposer. Enfin, pour les collégiens de Rocroy-Saint-Léon une soirée est prévue pour fêter les vacances et, surtout, la fin du collège