1. Fraude au BTS NRC : les candidats pourront repasser l’épreuve le 11 juillet

Fraude au BTS NRC : les candidats pourront repasser l’épreuve le 11 juillet

Envoyer cet article à un ami

Environ un millier de candidats au BTS NRC (Négociation et Relation Client ) qui n’ont pas repassé la 2e session de l’épreuve de management dimanche 26 juin pouront la repasser le 11 juillet.

Presque simultanément à l’annonce de son changement de ministère (elle quitte l’Enseignement supérieur et la recherche pour le portefeuille du Budget et la fonction de porte-parole du gouvernement), Valérie Pécresse a demandé mercredi 29 juin une « procédure exceptionnelle de recomposition » de l’épreuve de management et de gestion des activités commerciales du BTS NRC. Les candidats qui n’avaient pu accéder à la salle d’examen à cause de blocages et de manifestants mécontents d’avoir à repasser l’épreuve suite à des soupçons de fraude (lire notre article) seront convoqués le 11 juillet  de 8 à 13 heures dans les locaux du SIEC*. La veille de cette annonce, la ministre avait proposé aux étudiants de se manifester auprès du médiateur de l’Education nationale via la boîte mail mediateur@education.gouv.fr. Les quelque autres 1115 candidats qui ont bien composé le dimanche verront quant à eux leurs copies corrigés comme prévu.

* SIEC, 7 rue Ernest Renan, 94749 Arcueil.

Sophie de Tarlé
5 juillet 2011


Témoignage
Une étudiante empêchée de repasser l’épreuve :« Lors de l'épreuve, les vas-et-viens aux toilettes étaient incessants »

Anne-Sophie, en 2e année BTS NRC à Champs-sur-Marne n’a pas repassé l’épreuve dimanche 26 juin. Elle réagit à l’annonce du 3e session de l’épreuve et revient sur l’épisode de dimanche.

« C’est bien qu’on nous donne nouvelle chance de repasser l’épreuve, même si cela fera un mois qu’on aura fermé nos classeurs et qu’à l’heure actuelle, je devrais plutôt être en train de repasser mon permis. Et beaucoup de candidats travailleront déjà…. A l’origine, c’est quand même la faute des organisateurs, pas de la nôtre. Le jour de la première épreuve à Villepinte le 11 mai, on était parqués comme du bétail dans un immense hangar. J’ai vu des candidats qui parlaient aux toilettes. Les surveillants disaient « chut », mais ne faisaient rien de plus. Comme au bout d’une heure on pouvait aller aux toilettes librement, cela n’arrêtait pas. Ces vas-et-viens incessants faisait d’ailleurs un bruit épouvantable… Autre chose que j’ai remarqué : j’ai eu l’impression que certains surveillants ne parlaient pas tous bien français et ne comprenaient pas bien ce qu’on leur disait. Quand l’épreuve a été annulée, des amis et moi-même avons voulu porter plainte auprès du Tribunal administratif de Paris, mais notre plainte a été rejetée. Nous avions déposé 39 dossiers complets auprès du TA. J’ai aussi créé un groupe Facebook « BTS NRC MGAC 2011, COGEFI DIT NON ». Mais le dimanche 26 juin, je ne m’attendais pas à ce qu’autant de monde bloquent l’accès en salle d’examen. Il y avait aussi des policiers et même des démineurs ! Je suis arrivée à 8h30, au départ j’ai laissé passer les gens, car j’attendais que ça se calme avant de rentrer. Il y avait beaucoup de chahut, de cris, même si ce n’était pas violent. Et puis après, quand j’ai voulu y aller, on ne pouvait plus. Et le SIEC a décidé de fermer la grille d’entrée, malgré nos réclamations. »

Propos recueillis par Sophie de Tarlé.