1. Stages inadaptés en BTS arts : le jury peut-il sanctionner les élèves ?

Stages inadaptés en BTS arts : le jury peut-il sanctionner les élèves ?

Envoyer cet article à un ami

QUESTION AU MÉDIATEUR - Le jury d'un BTS peut-il sanctionner un étudiant qui a effectué son stage dans un cadre professionnel inadapté à la filière d'études ? Plusieurs élèves préparant un BTS design d'espace dans un établissement privé ont eu une très mauvaise note de stage, le jury d'examen ayant considéré que leur stage n'était pas en adéquation avec leur formation. Ils ont saisi le médiateur.

Le problème posé


Plusieurs élèves d'une école privée préparant le BTS design d’espace ont saisi le médiateur. Les résultats obtenus au BTS par les élèves de cette école sont particulièrement faibles (moins de 30 % de réussite) et sensiblement inférieurs à ce qu'ils étaient les années précédentes. Les candidats malheureux craignent d'avoir été victimes de la part du jury d'un comportement discriminatoire en tant qu'élèves d'un établissement privé hors contrat.


Qu'a fait le médiateur ?

Le médiateur a sollicité l'administration. Le service des examens du rectorat puis l'inspection générale ont mené une enquête approfondie. Celle-ci a conclu sans ambiguïté qu'aucun reproche ne pouvait être adressé au jury. L'échec des élèves de l'école était lié au fait qu'ils avaient effectué des stages dans des cadres professionnels inadaptés et qui ne permettaient pas d'utiliser et de mettre en avant les compétences attendues des candidats à ce diplôme. Les "référentiels" fixés par la réglementation du BTS n'ayant pas été respectés par les élèves de l'école, le jury avait été conduit à leur attribuer une note très faible.

Que peut-on en retenir ?

L'enquête interne menée à l'initiative de la médiation a montré que l'école privée mise en cause avait créé la filière design d'espace pour répondre à la forte demande existant dans ce secteur, à la mode depuis plusieurs années. Dans d'autres secteurs également (création artistique, communication...) de nombreuses écoles ont créé des filières destinées à accueillir la clientèle - payante - des élèves qui n'ont pas réussi les sélections d'entrée dans les écoles publiques.

La prolifération de ces formations privées met les élèves, qui sont trop nombreux, en difficulté pour trouver des lieux de stage adaptés (ce fut le cas des élèves de l'école de design d'espace). Cette situation d'inflation des formations privées place également les élèves en difficulté même lorsqu'ils ont réussi le BTS : les débouchés professionnels s'avèrent en effet insuffisants pour absorber la totalité des titulaires du diplôme.

Il n'y a pas à mettre en doute la qualité des enseignements délivrés par de nombreux établissements privés, qui sont reconnus et appréciés tant par les élèves que par les employeurs et professionnels. C'est ainsi que dans plusieurs secteurs professionnels, les établissements publics sont en nombre très inférieur à ce que sont les besoins objectifs de formation. Dans ces domaines (mode, esthétique cosmétique, paramédical...), la plupart des établissements privés forment de façon utile des élèves qui ensuite s'insèrent de façon tout à fait satisfaisante.

Il apparaît cependant qu'une partie des établissements privés délivrent un enseignement qui n'ouvre pas sur de véritables débouchés professionnels : les élèves et les familles doivent faire preuve de vigilance avant de s'engager dans ce type de formation.

Contacter le médiateur de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur
Les coordonnées du médiateur et des médiateurs académiques