1. Une candidate au BTS MUC conteste sa mauvaise note à l’oral

Une candidate au BTS MUC conteste sa mauvaise note à l’oral

Envoyer cet article à un ami

QUESTION AU MÉDIATEUR - Un candidat au BTS peut-il contester une note d'oral très inférieure à celle qu'il attendait, compte tenu de la réaction du jury lors de sa prestation ? La réponse du médiateur, consulté par Nadia, confrontée à cette situation lors de son examen du BTS maganement des unités commerciales.  

Le problème posé

Candidate au BTS MUC (Management des unités commerciales), Nadia n'a pas réussi l'examen lors de la dernière session. Elle a en effet obtenu une note de 7/20 à une épreuve orale. Le coefficient de l'épreuve étant élevé, la faiblesse de cette note explique pour une part importante son échec à l'examen. Contestant la note qui lui a été attribuée, Nadia a fait appel au médiateur.
La jeune femme lui a expliqué que les réactions des examinateurs avaient été très positives au cours de l'épreuve. Les examinateurs avaient approuvé plusieurs de ses réponses et semblaient satisfaits de sa prestation. Nadia explique qu'elle s'attendait à une note nettement supérieure à la moyenne. Cette note étant au contraire mauvaise, la candidate pense qu'une erreur a été commise.

L'intervention du médiateur

Le médiateur est intervenu auprès du Service des examens du rectorat de l'académie dans laquelle Nadia avait passé les épreuves. Ce service a indiqué au médiateur qu'après vérification de la note de l'épreuve orale, il n'y avait pas d'erreur de saisie ni aucune autre erreur “matérielle”. Il a alors répondu à la candidate que, les jurys prenant leurs décisions de façon souveraine, la décision ne pouvait être modifiée. Le médiateur a confirmé à la candidate la réponse du Service des examens.

Que faut-il retenir ?

Les examinateurs des épreuves orales avaient pour instruction d'adopter une attitude qui ne déstabilise pas les candidats et qui n'accroisse pas le stress inhérent à toute épreuve.
Ils tentent, par leur attitude d'ensemble, par le ton de voix adopté et par les mots qu'ils emploient, de “mettre à l'aise” le candidat. Ils s'interdisent d'adopter des mimiques désapprobatrices, de brusquer les candidats par des remarques abruptes. Et lorsque le candidat apporte de mauvaises réponses, les examinateurs s'efforcent de lui permettre de se “rattraper” en lui posant d'autres questions.
Confrontés à des candidats timides ou angoissés, les examinateurs peuvent même être amenés, pour mettre en confiance le candidat, à le féliciter pour une bonne réponse donnée. Cette attitude bienveillante ne signifie pas qu'ils approuvent les réponses données ni qu'ils ont décidé d'attribuer une bonne note. Elle peut conduire les candidats à ne pas comprendre la mauvaise note qu'ils obtiennent finalement. C'est pourquoi les examinateurs font figurer sur les fiches d'interrogation, dont les candidats peuvent demander communication, des appréciations permettant à ceux-ci de comprendre leur note.

Plus largement, il peut en effet se produire, compte tenu du nombre très élevé des épreuves d'examen organisées chaque année dans chaque académie, qu'une erreur dite “matérielle” soit commise. Chaque année, à la suite d'une mauvause saisie, la note figurant sur le relevé de notes ne correspond pas à celle indiquée sur la copie par le correcteur. Les candidats aux examens peuvent demander à voir leur copie pour vérifier. Lorsqu'une erreur de ce type est constatée, elle est automatiquement rectifiée par le Service des examens, qui édite un nouveau relevé de notes.

Contacter le médiateur de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur
Les coordonnées du médiateur et des médiateurs académiques