1. Comment j’ai décroché mon CAP de coiffure : se laisser porter par sa passion
Portrait

Comment j’ai décroché mon CAP de coiffure : se laisser porter par sa passion

Envoyer cet article à un ami
Camille, 18 ans : "Il faut rester concentré pour toutes les épreuves et être attentif à toutes les petites choses." // © Photo fournie par le témoin
Camille, 18 ans : "Il faut rester concentré pour toutes les épreuves et être attentif à toutes les petites choses." // © Photo fournie par le témoin

Camille, 18 ans, se verrait bien coiffeuse de cinéma, parce que c’est un art. Après son CAP de coiffure passé au lycée Hélène-Boucher à Toulouse (31), elle poursuit aujourd’hui en bac professionnel perruquier-posticheur.

Camille adore ses études. Au collège, elle n'était pas très scolaire. Elle s'est pourtant appliquée pour réussir son CAP de coiffure, décroché haut la main. "Je m'amuse, j'adore ! J'apprends un super métier qui a un côté artistique, lié à la mode et à la beauté", dit la jeune fille dont les cheveux sont passés par toutes les couleurs et toutes les longueurs.

Comment j'ai révisé pendant l'année

"Pour le CCF (contrôle en cours de formation) en coiffure, on doit présenter des dossiers, en janvier et en mai. Je les préparais avec soin, j'allais au CDI plusieurs heures dans la semaine et je me documentais à fond pour chaque thème. Pour bien tout retenir, j'apprenais par cœur des listes de mots nouveaux, les composants des produits. D'abord je les écrivais, puis je les récitais jusqu'à les connaître sur le bout des doigts."

"Pour les matières générales, j'ai entrepris la rédaction de fiches dès le début de la première année du CAP. Je consacrais un peu de temps chaque soir pour les devoirs, parce que je ne voulais pas prendre de retard. C'était un travail régulier et agréable."

Comment j'ai préparé les épreuves

"Les épreuves professionnelles sont essentielles. Alors je me suis entraînée. Ma sœur de 15 ans a les cheveux longs, c'est génial ! Je lui faisais des brushings de toutes sortes, des bouclés, des raides... Je répétais, bien sûr, pour l'examen... tout en m'amusant ! J'adore cela, cela ne me coûte pas un effort démesuré. C'est aussi au cours de mes stages que j'ai progressé et que je me suis améliorée dans ma pratique. On apprend très bien parce qu'on a de vrais clients. En cours, on utilise des têtes malléables avec de vrais cheveux, mais c'est différent."

Comment j'ai surmonté mes difficultés

"C'est surtout dans les matières générales que j'ai eu un peu de mal. J'ai révisé plus longtemps les sciences et les maths par exemple. J'étais un peu stressée au début de l'épreuve professionnelle, mais j'ai pris sur moi. J'ai respiré profondément. Et le stress s'est envolé ! Je suis partie dans ma coupe et mon coiffage, tranquillement. Et puis mon modèle était ma mère, alors c'était sympa !"

Les pièges à éviter

"Le manque de concentration et l'impression que tout est acquis. Il faut rester concentré pour toutes les épreuves et être attentif à toutes les petites choses. Des professionnels nous notent : ils remarqueront notre travail minutieux et le coiffage final. Ce sont les détails qui font la différence entre une bonne et une mauvaise coiffeuse. Pour l'examen, c'est exactement pareil !"

Les épreuves du CAP coiffure
Unités professionnelles (en CCF et ponctuelles)
- Coupe et coiffage.
- Coupe forme et couleur.
- Prévention, santé, environnement.
- Communication.

Unités d'enseignement général (ponctuelles)
- Français, histoire-géographie éducation civique.
- Mathématiques et sciences physiques et chimie.
- Éducation physique et sportive.
- Épreuve facultative de langue étrangère.