1. Comment j’ai décroché mon CAP de maçon : la régularité avant tout
Portrait

Comment j’ai décroché mon CAP de maçon : la régularité avant tout

Envoyer cet article à un ami
Valentin, 18 ans : "Parmi les examinateurs, il y a des chefs d'entreprise. Il faut leur montrer qu'on est méticuleux, soigneux et appliqué." // © Photo fournie par le témoin
Valentin, 18 ans : "Parmi les examinateurs, il y a des chefs d'entreprise. Il faut leur montrer qu'on est méticuleux, soigneux et appliqué." // © Photo fournie par le témoin

Valentin, 18 ans, a brillamment réussi son CAP au lycée des métiers du bâtiment et des énergies durables Jacques-Le Caron à Arras (62). Ses atouts : sa minutie et sa régularité dans le travail. Aujourd’hui, il poursuit ses études en première intervention patrimoine bâtiment.

Après des années de collège "difficiles" où il était assez "perturbateur", Valentin a enfin trouvé sa voie au lycée professionnel. Son oncle maçon lui prodigue conseils et astuces pour réussir. "Je suis très motivé, je veux avoir un bon métier !" déclare le jeune homme passionné.

Comment j'ai révisé pendant l'année

"Pour les épreuves générales, j'ai surtout bien écouté en classe où je participais beaucoup. Les professeurs me sollicitaient et je répondais. Comme j'ai une bonne mémoire visuelle, je m'appliquais à tout prendre en notes. J'ai compris que je retenais les leçons en écrivant. J'avais un classeur pour la techno et des cahiers pour les matières générales. Revoir ses leçons propres et à jour, c'est plus facile."

"Pour les épreuves professionnelles, les cours de technologie, je relisais mes notes pour bien connaître les méthodes, les matériels. Pendant mes stages et en chantier école, je me suis toujours appliqué à bien comprendre et enregistrer les étapes au fur et à mesure. J'ai vraiment eu l'impression d'avoir appris et travaillé pendant 2 ans, pas uniquement à la fin."

Comment j'ai préparé les épreuves

"2 semaines avant l'épreuve finale, j'ai repris mon classeur et j'ai tout relu, de A à Z. Comme j'avais tout enregistré, c'était facile. Je savais dans quel ordre faire les choses."

"Pour la grande épreuve de réalisation, on avait un mur à maçonner. J'ai pris mon temps, en me concentrant. J'allais peut-être moins vite que les autres mais, au final, c'était préférable. Parmi les examinateurs, il y a des chefs d'entreprise. Il faut leur montrer qu'on est méticuleux, soigneux et appliqué. C'est l'essentiel dans ce métier ! Et ça compte dans la note."

Comment j'ai surmonté mes difficultés

"J'avais des problèmes dans les matières générales, je n'ai pas obtenu mon brevet au collège. Je l'ai passé en candidat libre en fin de première année de CAP et je l'ai décroché avec une mention assez bien ! J'ai juste écouté en classe et demandé de l'aide quand je ne comprenais pas. J'ai essayé de rattraper mon retard. Alors en CAP, je m'en suis assez bien sorti en français et en maths."

Les pièges à éviter

"Aller trop vite, se laisser influencer par les gens autour de vous qui vous entraînent à parler en classe, ne pas écrire ses cours. Les épreuves portent sur les 2 années, il faut tenir ses classeurs propres et à jour."

Les épreuves du CAP maçon
Unités professionnelles
- Analyse situation professionnelle.
- Réalisation d'ouvrages courants.
- Réalisation d'ouvrages annexes.
- Prévention santé environnement.

Unités d'enseignement général
- Français et histoire-géographie.
- Mathématiques et sciences physiques et chimie.
- Éducation physique et sportive.
- Épreuve facultative de langue étrangère.