1. Témoignage : Céline a réussi le concours Sésame
Boîte à outils

Témoignage : Céline a réussi le concours Sésame

Envoyer cet article à un ami

Le concours Sésame réunit 10 établissements avec plus de 20 programmes différents, tous orientés vers l'international. La sélectivité varie selon les écoles.

Céline, 19 ans, a passé le concours Sésame. Aujourd’hui étudiante à l’EBP, elle raconte son concours.

Lorsqu’elle était en terminale, Céline, aujourd’hui étudiante à l’EBP (Bordeaux), voulait faire une école de commerce mais ne voulait pas faire de prépa. Considérant que le concours Sésame "offrait le meilleur panel d’écoles", elle s’y est inscrite, en postulant pour toutes les écoles.

Avec 13.5 de moyenne en première et terminale ES (elle a par la suite obtenu une mention AB au bac), Céline était une bonne élève. Anxieuse, elle a tout de même opté pour un stage d’une semaine dans une prépa privée, qu’elle a suivi pendant ses vacances. "Mais cela coûte cher et ne m’a pas forcément été utile, sauf peut-être pour la synthèse. Dans l’ensemble, j’aurais pu m’en passer", affirme aujourd’hui l’étudiante.

Céline a également révisé son concours sur des livres, qu’elle trouve "très bien faits". Mais elle ne s’est pas laissée déborder : "Je ne voulais pas mettre mon bac en danger. Chez moi, je ne travaillais que le bac. Mais dès début janvier, je réservais mes pauses au lycée à la révision du concours, ce qui représentait tout de même 4 ou 5 heures par semaine".

Céline est aussi partie aux Etats-Unis pendant l’été précédant sa terminale, pour se préparer aux épreuves d’anglais.


Les écrits, "ça se vit bien !"


Céline a très bien vécu les deux jours des épreuves écrites du concours. "Ce n’est pas si dur, il s’agit de faire attention à certains détails. En maths, une minute top chrono par question, pas plus. En langues, le niveau n’est pas très élevé, mais il faut bien argumenter et structurer. Pour la synthèse, il ne faut pas tout lire, il faut savoir trier les informations et écarter le superflu". Bien préparée, Céline a réussi ses écrits. Elle a été admissible aux oraux de toutes les écoles du concours.


Une stratégie risquée


Pour les oraux, elle s’est concentrée sur une seule école. "Je ne voulais pas courir partout juste avant mon bac, donc j’ai pris ce risque". Elle a choisi l’école EBP pour son programme très international, et l’a présentée en option Franco-Britannique et Franco-Espagnole.

 

Les oraux "plus stressants"


Les oraux ont été plus stressants pour Céline : "Quand on est face au jury, on ne peut pas le leurrer. Mais les jurés sont très sympas. Ils n’essaient pas de nous enfoncer ou de poser des questions pièges".

Concernant l’entretien de motivation, elle n’a qu’un conseil : "Surtout être soi, ne pas essayer d’être quelqu’un d’autre, le jury le verra". A propos des langues, Céline était bien préparée en anglais, un peu moins en espagnol. Mais elle a tout de même été admise aux deux parcours.

Elle est donc aujourd’hui étudiante à l’EBP International, et quand on lui demande ce qu’elle pense de l'expérience,  avec du recul, elle s’exclame : "Je suis très contente, je ne regrette rien !"

Sommaire du dossier
Retour au dossier Le profil des candidats au concours SESAME Quelle est la vraie sélectivité du concours SESAME ? Comment augmenter ses chances d'intégrer une école SESAME ? Les épreuves détaillées du concours SESAME et celles qui font la différence Bien se préparer au concours SESAME pendant l’année de terminale Le budget à prévoir pour passer le concours SESAME Le calendrier du concours SESAME 2018 Témoignage : Céline a réussi le concours Sésame