1. Admission en école d’ingénieurs : à chacun sa voie
Décryptage

Admission en école d’ingénieurs : à chacun sa voie

Envoyer cet article à un ami

De moins en moins d’élèves ingénieurs sont issus des classes préparatoires. Admission après le bac, un BTS, un DUT, une licence ou un master 1… tout est désormais possible.

Le saviez-vous ? Seuls 41% des étudiants qui ont intégré à la rentrée 2010 une école d’ingénieurs étaient issus des classes préparatoires. Une petite révolution s’est même produite l’été précédent : les candidatures en classes préparatoires scientifiques ont chuté de 15% par rapport à 2009 sur le site Admission-postbac.fr, où les élèves de terminale émettent leurs vœux de poursuite d’études supérieures. Dans le même temps, les vœux en écoles d’ingénieurs postbac ont augmenté de 19%.
  

Quasiment tous les candidats issus de prépa assurés de trouver une place
 

Ces chiffres confirment l’attrait des lycéens et étudiants pour les autres voies d’accès aux formations d’ingénieurs. Les écoles cherchent, il est vrai, à augmenter leurs effectifs par une diversification tous azimuts de leurs modes de recrutement. Et si les prépas restent attractives pour les élèves qui veulent se laisser le plus de portes ouvertes ou intégrer les formations les plus prestigieuses, de fait, les concours à l’issue de ces formations fonctionnent plus comme un moyen de répartition que d’élimination (150 écoles d’ingénieurs sont accessibles pour 25.000 élèves en maths spé). Tous les candidats n’ont pas accès aux meilleures écoles, mais ils sont quasiment tous assurés de trouver une place dans un établissement.

 
Vers une ouverture plus grande aux profils STI et STL
 

Toutefois, qu’ils viennent de prépa ou de DUT (diplôme universitaire de technologie), de BTS (brevet de  technicien supérieur) ou de licence, plus de 9 élèves ingénieurs sur 10 ont obtenu un bac S. Seuls 6 % des effectifs sont issus de bacs technos, STI en tête. Une voie de diversification que les écoles ont encore peu exploré. Mais la situation devrait changer avec les directives ministérielles d’ouverture sociale, qui prônent un plus grand accès des bacheliers technologiques aux études d’ingénieurs. Les écoles postbac commencent ainsi à ouvrir leurs concours aux STI et aux STL. Avec un impératif : lutter contre l’autocensure de ces jeunes, qui n’imaginent pas les métiers d’ingénieurs faits pour eux.



10 très bonnes écoles après bac + 2 accueillant le plus d’élèves titulaires d’un bac mention assez bien ou passable (élèves intégrés en 1re année en 2010).

Établissements  Taux de mentions passable ou AB au bac
Grenoble INP - Génie industriel 32 %
ESTP - Paris 31 %
Arts et Métiers ParisTech 28 %
Grenoble INP - ENSIMAG 22 %
Grenoble INP - ENSE³ 19 %
École des mines - Saint-Étienne 19 %
École des mines - Nantes 18 %
Grenoble INP - Phelma 17 %
Télécom Bretagne - Brest 16 %
AgroParisTech 15 %

 

Sommaire du dossier
Écoles d’ingénieurs : le boom des cursus postbac Admissions parallèles en école d’ingénieurs : les BTS-DUT de plus en plus prisés Admissions parallèles : les écoles d’ingénieurs à la recherche de diplômés de L2, L3 et M1