1. Écoles d'ingénieurs postbac : réussir son entrée en CPI, cycles préparatoires intégrés
Décryptage

Écoles d'ingénieurs postbac : réussir son entrée en CPI, cycles préparatoires intégrés

Envoyer cet article à un ami

Les 20 écoles de chimie et génie chimique de la Fédération Gay-Lussac ont mis en place il y a 25 ans les CPI, cycles préparatoires intégrés. Situées historiquement à Rennes et Lille, des classes se sont aussi ouvertes à Clermont-Ferrand, à Strasbourg et à Pau.

Les cycles préparatoires intégrés recrutent 30 à 80 élèves chaque année, selon les établissements, "soit un flux entrant de 250 élèves-ingénieurs titulaires d’un baccalauréat scientifique pour les cinq centres (Clermont-Ferrand, Lille, Pau, Rennes ou Strasbourg)", précise Audrey Denicourt, responsable du concours CPI-Chimie Gay-Lussac.

Le programme Chem.I.St 

Les classes préparatoires de la Fédération Gay-Lussac sont également ouvertes aux étudiants ayant obtenu l’équivalent du baccalauréat français à l’étranger. Ce programme, appelé Chem.I.St (Chemistry International Studies), réunit de jeunes bacheliers scientifiques issus du monde entier.

"Ce métissage des langues et des cultures donne une grande originalité au programme, une vraie culture internationale aux élèves. Au-delà des disciplines scientifiques, selon le site de formation choisi, les étudiants internationaux se voient proposer des cours de renforcement linguistique, d’ouverture internationale et des tutorats spécifiques, pour un suivi personnalisé", détaille la responsable.

Deux langues sont obligatoires :
- Clermont-Ferrand : anglais et allemand, espagnol ou chinois (initiation) ;
- Lille : FLE (français langues étrangères), anglais, allemand ou espagnol ;
- Pau : anglais et espagnol ;
- Rennes : FLE (français langues étrangères), anglais et allemand ou espagnol ;
- Strasbourg : FLE (français langues étrangères), anglais, allemand ou espagnol.
Sommaire du dossier
Cycles préparatoires intégrés : la procédure de sélection Cycles préparatoires intégrés : et une fois intégré ? Témoignage : Margaux, étudiante à l’Ecole de Chimie de Rennes, est passée par un cycle préparatoire intégré