1. Entrer en écoles d’ingénieurs après le bac : portrait-robot du parfait candidat
Enquête

Entrer en écoles d’ingénieurs après le bac : portrait-robot du parfait candidat

Envoyer cet article à un ami

Vous rêvez, dès le bac en poche, d’entrer en école d’ingé et vous voulez savoir si vous avez des chances d’intégrer l’un des établissements habilités par la CTI (Commission des titres d’ingénieurs) ? Portrait type des élèves inscrits à la rentrée 2015, dressé à partir des données récoltées à l’occasion de notre palmarès 2016 des écoles d’ingénieurs.

Les écoles d'ingénieurs sont de plus en plus nombreuses à proposer leur propre cycle préparatoire intégré. À la rentrée 2015, ils étaient 12.154 nouveaux élèves à emprunter cette voie (contre 25.948 à intégrer une école après un bac+2). L'étudiant rejoint le cursus directement après le bac et suit pendant deux années des cours introductifs à la formation ingénieur qui se déroule ensuite sur trois ans.
Certains établissements s'unissent pour ouvrir ensemble leur cycle préparatoire. C'est le cas des quatre INP (instituts nationaux polytechniques) de France, qui regroupent 30 écoles d'ingénieurs. D'autres, comme les INSA (instituts nationaux des sciences appliquées), ont conçu leur programme sur cinq ans et ne font pas véritablement de différences entre prépa intégrée et cycle ingénieur.

Encore et toujours la prime au bac scientifique

Quoi qu'il en soit, les élèves qui ont intégré à la rentrée 2015 une école d'ingénieurs directement après le baccalauréat ont en grande majorité (96 %) obtenu un bac scientifique. Les 4 % restants sont titulaires d'un baccalauréat technologique (STI2D principalement). À noter l'absence de bac pro, mais la présence de 43 bacheliers ES (contre 19 l'an passé) et de 3 bacs L !

Une majorité de mentions bien et très bien

Du côté des mentions, toutes séries de bac confondues (générales et technologiques), plus d'un étudiant sur deux qui a intégré une école d'ingénieurs postbac a décroché la mention bien ou très bien (58 % des effectifs). À titre de comparaison, seulement 41 % des candidats au bac 2014 ont obtenu l'une de ces deux mentions.
Si la part de mentions assez bien est équivalente pour les bacheliers généraux comme pour les bacheliers technologiques, les mentions bien sont en revanche plus largement représentées chez les bacheliers techno (43 % contre 33 % pour les bacheliers des séries générales ). C'est l'inverse pour les mentions très bien : les titulaires d'un bac général obtiennent de meilleurs résultats.