Réussir la PACES : les conseils de Florian, en 2e année de pharmacie à Nancy

Par Virginie Bertereau, publié le 06 Janvier 2014
3 min

Florian, 22 ans, s'est engagé en PACES avec un objectif : faire de la recherche. Aujourd'hui, après deux tentatives au concours, il est en deuxième année de pharmacie à Nancy (54).

"À l'issue de ma première PACES, je me suis classé 800e sur 2.200 candidats au concours de pharmacie. La deuxième fois, je suis arrivé dans les 600e. Le numerus clausus n'était que de 126 mais, avec les désistements, j'ai réussi à avoir une place.

Si vous êtes placé un peu loin dans le classement, il faut tenter plusieurs concours. Dans le cas contraire, inutile de s'encombrer l'esprit. Je déconseille ‘le choix par dépit’ : passer le concours de pharmacie alors que l'on vise médecine, par exemple. Trop d'étudiants se retrouvent dans cette voie sans l'avoir vraiment voulu."

Son rythme de travail

"Mon vrai problème, la première fois, a été de trouver un rythme de travail viable. L'année suivante, quand j'avais cours le matin, je déjeunais, ­faisais une petite sieste, puis je travaillais jusque tard le soir (23h-minuit). Quand j'avais cours l'après-midi, je me couchais tout de suite après le dîner, pour me réveiller à 1h du matin et bosser. Je ne suis pas un gros dormeur. Mais je prenais le temps de manger et de me doucher ! Je travaillais le samedi mais j'essayais de garder le dimanche comme jour de repos. Sauf quand je n'avais pas revu ce que je voulais dans la semaine, je me rattrapais alors ce jour-là."

Sa méthode

"Le concours ne porte que sur le cours de l'enseignant. Je ne travaillais donc que le cours du professeur. Je rédigeais des fiches plus digestes. Je déconseille de tout réécrire, sauf si vous retenez mieux en recopiant. Je complétais les cours plus compliqués grâce aux podcasts de la fac. Le principe, c'est de travailler moins longtemps mais plus efficacement. Et puis, si on redouble, il faut continuer de bien prendre en notes les cours, histoire de rentabiliser la deuxième année !"

Je complétais les cours les plus compliqués grâce aux podcasts de la fac

Tutorat ou prépa privée ?

"J'ai eu recours au tutorat pendant mes deux PACES. J'ai bénéficié d'un entraînement constant, j'ai pu me rassurer côté révisions et j'ai trouvé une écoute auprès d'étudiants déjà passés par là. Le tutorat de ma fac propose de tout : des colles hebdomadaires, des groupes de travail à l'heure du déjeuner, une banque de QCM en ligne, un service de parrainage, un forum ainsi que des per­manences ‘physiques’ pour répondre aux questions."

Ses loisirs

"Il était important de garder du temps pour moi. Je lisais, je sortais avec des amis pour ne pas m'isoler. Je regardais aussi des séries en m'accordant pour cela une pause de 20 minutes, tous les trois chapitres revus. Et à défaut de pratiquer un sport, je me rendais à la fac à vélo."

Juste avant les concours

"Je n'ai jamais réussi à tenir un planning. Je me donnais plutôt des dates butoirs : tel jour, ces chapitres devaient être revus. Je n'ai jamais baissé les bras. Quitte à mordre sur le jour de repos ou à faire un peu moins de pauses."