1. Examens
  2. Concours santé
  3. Réussir la PACES : les secrets de ceux qui ont franchi la L1 santé
  4. Réussir la PACES : les conseils de Robin, en 2e année de médecine à Nice
Témoignage

Réussir la PACES : les conseils de Robin, en 2e année de médecine à Nice

Envoyer cet article à un ami
Robin, en deuxième année de médecine. // © Photo fournie par le témoin
Robin, en deuxième année de médecine. // © Photo fournie par le témoin

Robin, 20 ans, a choisi d'emblée le cursus de médecine. Après deux ans de PACES, il est aujourd'hui étudiant en deuxième année de médecine à Nice (06).

"À la fin de ma première année de PACES, j'étais classé 280e sur 1.100 candidats. Redoublant, je suis arrivé 61e. La fac offrait 127 places. Je n'ai tenté qu'un seul concours. Cela me permettait de me focaliser sur les UE [unités d'enseignement, NDLR] du concours de médecine."

Son rythme de travail

"La première année, j'allais en cours le matin, je révisais l'après-midi. La seconde année, je travaillais de 8h à 18h à la bibliothèque, y compris le week-end. Chez moi, les sources de distraction étaient trop importantes. Le soir, je refaisais des QCM [questionnaires à choix multiple] quand je me sentais un peu en retard. Sinon, je me couchais tôt : au-delà de 9 heures de travail par jour, je n'y arrivais plus… Il vaut mieux privilégier la qualité du travail plutôt que la quantité."

Sa méthode

"Faire beaucoup de QCM. Cela permet de vérifier ce que l'on sait vraiment et non ce que l'on croit savoir. J'utilisais aussi les ronéos [retranscriptions de cours produites par les étudiants de deuxième année]."

Tutorat ou prépa privée ?

"Le tutorat fournit des QCM, des fiches, des annales et des devoirs pour la maison. J'assistais aux deux séances hebdomadaires : celle d'entraînement et celle de révisions. Le forum, aux 5.000 sujets, permet de poser des questions aux tuteurs. Leurs réponses peuvent être complétées par des professeurs.

Je travaillais de 8h à 18h à la bibliothèque, et je me couchais tôt !
Avant la rentrée, je conseille aux nouveaux étudiants de participer à la "tut-rentrée".Cela permet de prendre un petit peu d'avance sur le programme et de s'habituer tout doucement au rythme. Redoublant, j'ai choisi de m'inscrire à une prépa privée [1.200 € l'année], en plus du tutorat. C'était un entraînement supplémentaire."

Juste avant les concours

"Je me suis fait un planning de révisions hebdomadaires. En deux semaines et demie, j'avais revu tout le programme. Si je n'arrivais pas à répondre à une question, je revoyais le point du cours. Un mois avant le concours, j'ai passé le concours blanc du tutorat et je suis arrivé 40e. Nous étions 950 inscrits sur 1.100 étudiants, ce qui a permis une bonne représentativité des résultats."

Ses loisirs

"La PACES est éprouvante. Pour tenir le coup, je m'octroyais deux séances de sport d'une heure et demie par semaine, le lundi et le mercredi soir. Et quand j'étais fatigué, je faisais une pause de 10 minutes pour boire un café ou prendre l'air. Je me remettais d'autant mieux au travail ensuite. Réviser à la bibliothèque avec d'autres étudiants m'a aidé à conserver un lien social. Et tous les jeudis midi, je déjeunais avec mon meilleur ami, qui n'était pas en PACES."

Pour aller plus loin : Médecine : le dernier test des ECNi presque réussi...

Sommaire du dossier
Retour au dossier Réussir la PACES : les conseils de Robin, en 2e année de médecine à Nice Réussir la PACES : les conseils de Mélissa, en 3e année de sage-femme à Marseille Réussir la PACES : les conseils de Marie-Sophie, en 3e année d’odontologie à Strasbourg Réussir la PACES : les conseils de Florian, en 2e année de pharmacie à Nancy