1. Examens à distance : comment êtes-vous surveillé quand vous composez depuis votre canapé ?
Décryptage

Examens à distance : comment êtes-vous surveillé quand vous composez depuis votre canapé ?

Envoyer cet article à un ami
Après les cours, les examens à distance : à l'avenir, vous aurez peut-être de moins en moins besoin de vous déplacer pour passer vos épreuves. // © plainpicture/Johner
Après les cours, les examens à distance : à l'avenir, vous aurez peut-être de moins en moins besoin de vous déplacer pour passer vos épreuves. // © plainpicture/Johner

Étudiant(e) connecté(e), la plate-forme numérique de votre université ou de votre école n'a plus de secrets pour vous et vous avez certainement déjà testé les cours en ligne ! Mais qu'en est-il des examens à distance ? L'Etudiant vous explique comment fonctionne la télésurveillance des exams si vous les passez chez vous.

Les blocages récents de quelques universités ont remis à l'ordre du jour la question des examens à distance. Comment la vérification de l'identité est-elle effectuée ? Quelle connexion est-elle nécessaire ? La télésurveillance mise en place à l'université de Caen pour leurs formations à distance est un bon exemple. Mode d'emploi.

Un examen blanc pour tester l'outil

Tout d'abord, vous recevez comme pour n’importe quel examen une convocation à l'examen en ligne. Dans celle-ci, se trouvent des liens pour télécharger l'application, mais également d'autres liens pour vous aider à utiliser la plate-forme.

Une à deux semaines avant les épreuves, un système d'examen blanc a également été mis en place à Caen : "Tous les étudiants qui utilisent pour la première fois l'appli sont invités à participer à une session factice afin d'identifier les éventuels problèmes mais aussi pour minimiser le facteur stress", indique Alice Niezborala, directrice des partenariats chez Managexam, société edtech qui développe ces examens délocalisés avec huit écoles et universités.

Lire aussi : Blocage des universités : quel impact sur vos examens ?

Le tour de la pièce à 360°

Les candidats installent l'application sur leur ordinateur pour l'épreuve. Ils doivent également lire et accepter un règlement intérieur. Ce document signale les documents acceptés pendant l'examen et les différentes étapes indispensables à la vérification préalable. "Faire le tour de sa pièce avec sa webcam à 360 degrés pour vérifier que vous êtes bien seul ou vérifier qu'il n'y a pas de documents à portée de main pour les examens qui n'acceptent pas de documents", énumère par exemple Alice Niezborala. Une équipe de surveillants se chargent de la vérification visuelle, ou bien l'établissement a son propre staff de surveillance.

Des tests de connectivité

Comment vérifier que le matériel est opérationnel et que la connexion est bonne ? "Quand l'étudiant reçoit sa convocation, il peut vérifier que la webcam et le micro fonctionnent correctement et que sa connectivité est suffisante. 500 K en téléversement suffisent pour avoir un flux continu et un partage d'écran correct", explique Alice Niezborala.

Présenter ses papiers à la webcam

La vérification d'identité est la partie délicate, car elle est un rempart contre la fraude. "C'est une étape de la télésurveillance. Une présentation des cartes d'identité à la webcam est demandée. Ces données restent cryptées et ne sont accessibles qu'en fin d'épreuve", assure Alice Niezborala. Ensuite, Managexam a la gestion de la "pseudoisation" des copies, c'est-à-dire de rendre les copies anonymes avant l'envoi aux correcteurs de l'établissement.

Des coupures surveillées

En cas de coupure de connexion, "les étudiants ont la possibilité de se reconnecter à une épreuve dans un temps limité. Mais le télésurveillant doit notifier l’interruption dans son procès verbal. Il existe différents cas de figure et nous pouvons savoir et donc notifier quand il s'agit d'une interruption volontaire ou involontaire liée au réseau par exemple. C'est ensuite l’établissement qui prend la décision de validité ou pas de l'épreuve."

Et après ?

Et après l'épreuve, que devient la copie ? "En fonction des établissements, les professeurs désignés peuvent venir corriger à l'écran ou bien nous exportons les copies pour des corrections à la main. Un rapport de télésurveillance est envoyé avec un système de drapeaux de couleur dans la timeline. Ils notifient là où il y a pu y avoir un problème, une coupure", explique Alice Niezborala. Le rôle de Managexam s'arrête ici. Les sessions sont ensuite entièrement anonymisées sous 12 mois, conformément au délai de prescription pour les recours.

Télésurveillance et surveillance en replay

Créée en 2012, Managexam travaille sur les solutions d'évaluation à distance au sens large, la télésurveillance, les sessions de rattrapage en ligne, les tests de positionnement. La société propose pour le moment trois options : Managexam Live, une solution de télésurveillance comme celle proposée à l'université de Caen, Managexam Replay, où l'étudiant, autonome, est enregistré durant l'épreuve et qui est monitoré par la suite, et Managexam Auto, qui fonctionne à partir de captures d'écrans et qui est davantage destiné à des pays où les connexions sont instables. La edtech travaille avec huit établissements d'enseignement supérieur, parmi lesquels La Rochelle Business School, Montpellier Business School, Kedge, l'IDRAC et une seule université à Caen. À Caen, la première session de télésurveillance en ligne a eu lieu le 1er février 2018. 122 examens se sont tenus sur une journée, avec huit télésurveillants. "L'objectif d'ici trois ans est de multiplier par dix le nombre d'examens possibles sur ce type de session", précise Alice Niezborala.