1. Comment juger que le professeur est « bon » ou pas ?

Comment juger que le professeur est « bon » ou pas ?

Envoyer cet article à un ami

Les organismes de soutien scolaire profiteraient de l’angoisse des parents pour vendre des services de piètre qualité. Faut-il être toujours sévère avec les officines privées? Difficile d’être catégorique, dans la négative comme dans l’affirmative. Une chose est sûre, seuls les organismes les plus exigeants en termes de qualité arriveront à se maintenir sur un marché devenu ultraconcurrentiel.

Il ne suffit pas d’être bon dans une matière, il faut aussi réussir à transmettre son savoir. Et sur ce point, certains sont bien meilleurs que d’autres. Le facteur humain joue, on le sait, une grande part dans la transmission, surtout en matière de cours particulier. Certains enfants vont plutôt accrocher avec un étudiant qui saura les captiver en insistant peut-être davantage sur le côté ludique quand d’autres préféreront au contraire la confrontation avec un enseignant confirmé à qui ils feront confiance. "Trouver le bon enseignant pour le bon élève." L’organisme Anacours en a fait une marque de fabrique. Il distribue à chaque famille un outil, appelé "profiler". À partir de questions-réponses, le "profil" de l’élève est établi. A-t-il d’abord besoin d’être rassuré ? Ou au contraire est-il plutôt du genre indépendant ? Est-ce qu’il manque de confiance en lui ? Ses difficultés sont-elles plutôt liées à un défaut de méthode ou à un blocage précis sur un point du programme ?

Les critères de sélection

De l’autre côté, les intervenants sont aussi classés, lors du recrutement, selon leur profil. "Il nous suffit ensuite de faire coïncider au mieux la demande et l’offre, assure Gaëlle Assous, responsable du recrutement. C’est très important de ne pas rater cette première phase. L’enfant doit avoir le moins d’interlocuteurs possible, pour prendre le plus rapidement ses repères." Sous-entendu, l’intervenant sera remplacé s’il ne convient pas à l’enfant. C’est une règle que s’imposent, du moins sur le papier, la plupart des organismes. Il faut dire que les postulants pour donner des cours de soutien sont nombreux. Par ailleurs, même si l’ambition de faire coïncider LE bon professeur à chaque élève est louable, il ne serait pas inutile de commencer par exiger de tous les intervenants qu’ils respectent certains principes de base comme la ponctualité, la disponibilité, la politesse ou l’ouverture d’esprit... Autant de qualités qui permettent déjà de mesurer sa motivation.

Comment mesurer l'efficacité d'un prof

Le bon professeur sera celui qui arrivera d’une part, à mener un travail de fond sur les méthodes et, d’autre part, parviendra le mieux possible à aider l’enfant à se passer de lui. Et c’est là un objectif assez illusoire quand on sait que la plupart des intervenants n’ont aucune qualification particulière en la matière. Pour savoir si le cours porte vraiment ses fruits, le critère le plus objectif reste sans doute la progression des notes. Sans résultat au bout de 2 ou 3 mois, il vaut mieux arrêter les frais et changer de type de cours ou d’intervenant.

L'élève, le premier juge

Pour débusquer l’arnaque, il ne faut pas hésiter à faire confiance aux enfants : ils sauront sans doute mieux que quiconque sentir si l’intervenant est à la hauteur ou non, surtout s’il est au lycée et qu’il sait avec précision ce qu’il attend de cette aide ponctuelle. Pour les plus jeunes enfants, il est nécessaire de faire un point avec le professeur, pas forcément à chaque fin de cours, mais au moins tous les 15 jours. Certains organismes, comme Complétude ou Anacours, ont d’ailleurs mis en place des cahiers de suivi que l’intervenant est invité à remplir, afin de maintenir le lien entre les séances ainsi qu’entre l’enfant et ses parents. C’est aussi une façon commode de savoir comment a été remplie l’heure de cours.

En savoir plus :
L'annuaire en ligne des organismes de soutien scolaire.
Les cours de soutien scolaire sur Internet : comment ça marche ?
Bien utiliser les cours de soutien.
Commandez en ligne le livre "Le guide du soutien scolaire" de Frédérique Letourneux", aux éditions L'Express.
Frédérique Letourneux
Sommaire du dossier
Retour au dossier Comment recrutent les organismes ? Comment juger que le professeur est « bon » ou pas ?