1. Aéronautique et spatial : 12 métiers de haut vol qui embauchent
Enquête

Aéronautique et spatial : 12 métiers de haut vol qui embauchent

Envoyer cet article à un ami
L'industrie aéronautique recherche de nombreux ingénieurs et cadre, à l'image de Clément, spécialiste du traitement d'images chez Thalès. // © Etienne Gless
L'industrie aéronautique recherche de nombreux ingénieurs et cadre, à l'image de Clément, spécialiste du traitement d'images chez Thalès. // © Etienne Gless

L’industrie de l’aéronautique et du spatial propose 15.000 postes en 2019 et 4.000 contrats en alternance. Plus de 40 % des recrutements se composent d’ingénieurs et cadres, mais des milliers d’emplois de techniciens qualifiés sont aussi proposés. Zoom sur 12 métiers dans la conception, la production et la maintenance.

Ajusteurs, monteurs, câbleurs, chaudronniers, usiniers, fraiseurs, techniciens et ingénieurs de production… Dassault Aviation prévoit le recrutement de 1.000 personnes en 2019 sur ses différents sites de production en France, d'Argenteuil (95) à Mérignac (33) en passant par Istres (13). "Nos entreprises recrutent un peu partout et pas seulement à Toulouse ou Bordeaux dans les usines d'assemblage", précise Philippe Dujaric, le directeur des affaires sociales et de la formation du Gifas. Le groupement des industries de l'aéronautique et du spatial prévoit 15.000 recrutements en 2019 – soit une hausse de 25 % sur deux ans – ainsi que l'embauche de 4.000 jeunes en alternance.

Le secteur a trouvé son rythme de croisière, les carnets de commandes sont bien garnis. Et ces chiffres n'incluent pas les offres d'emploi des fournisseurs, des sous-traitants, ni ceux de l'intérim. Le domaine est gourmand en ingénieurs et cadres (plus de 40 % des recrutements) et en jeunes diplômés (20 % des recrutements). Mais les techniciens et ouvriers très qualifiés sont également recherchés pour les métiers de la conception, de la production et de la maintenance. Avec un CAP (certificat d'aptitude professionnelle), un bac pro, un BTS (brevet de technicien supérieur) ou un DUT (diplôme universitaire de technologie), vous pouvez faire décoller votre carrière. Faites votre choix !

Lire aussi : Les métiers de l'aéronautique et de l'espace

Métiers de la conception

Bienvenue au service R&D (recherche et développement) et au bureau d'études. Pour concevoir un avion, un hélicoptère, un drone, un satellite ou un lanceur spatial sur ordinateur, ingénieurs et techniciens réalisent des recherches, des calculs et des simulations.

Technicien conception électronique

Au sein d‘un bureau d’études ou du service recherche et développement de l’entreprise, il réalise des études et des essais électroniques pour faire évoluer des composants ou des sous-ensembles électroniques. Pour accéder au métier, il a suivi des formations comme un DUT génie électrique et informatique industrielle, une licence professionnelle électronique ou avionique.

Technicien conception mécanique

Son job est de concevoir des équipements mécaniques et des pièces de structure. À partir d'un cahier des charges, de plans et de bases de données, il va étudier les différentes solutions techniques possibles dans le cadre des normes en vigueur. Puis modéliser les pièces à l'aide d'outils de CAO (conception assistée par ordinateur). Au minimum, il est titulaire d'un DUT génie mécanique et productique ou encore d'un BTS en conception des productions industrielles. Il peut en prime être diplômé d'une licence professionnelle aéronautique et spatiale ou mécanique.

Architecte intégrateur industriel

Sa mission est de former un système industriel innovant, performant et conforme à toutes les exigences de programme. Ce poste ne se décroche qu'après au moins une expérience de cinq ans comme ingénieur aéronautique. De formation, l'architecte industriel est un ingénieur spécialisé en génie mécanique, génie système ou génie aérospatial. Il doit faire preuve au quotidien d'un sens affiné du management des équipes techniques et commerciales et d'un sens de la négociation et de l'influence.

Lire aussi : Décollage immédiat pour les jobs dans l'aéronautique et l'armée de l'air

Métiers de la production

Fabriquer les pièces et assembler les sous-ensembles de l'avion, organiser la production : telles sont les missions des opérateurs, techniciens et ingénieurs qui travaillent dans les ateliers. À côté des outils et machines classiques se déploient ici des outils digitaux, de réalité virtuelle et augmentée, des robots collaboratifs ou encore d'impression 3D.

Technicien usinage fabrication 3D

Sa mission consiste à fabriquer des pièces aéronautiques en enlevant de la matière (c'est la définition de l'usinage). Il sait monter et régler sur la machine les outillages, la pièce à usiner et manipuler les outils de coupe. Outre la connaissance de techniques et de matériaux utilisés en aéronautique, il maîtrise les notions de programmation sur machine à commande numérique. Il doit aussi assurer la maintenance de celle-ci et renseigner toutes les données de traçabilité et de contrôle. Titulaire du bac professionnel technicien d'usinage, cet opérateur peut aussi accéder au métier via le BTS conception des processus de réalisation ou encore via des titres professionnels du ministère du Travail spécialisés en usinage.

Mécanicien monteur sur équipements aéronautiques

Il monte, démonte ou répare des trains d'atterrissage, des sièges, des commandes de vol, des systèmes d'air. Il veille au contrôle de la conformité des pièces et sous-ensembles et s'assure de la mise à jour de la documentation. Côté formation, ce mécanicien est titulaire d'un bac professionnel aéronautique option systèmes, ou d'un bac pro maintenance des équipements industriels ou encore d'un certificat de qualification professionnel de la métallurgie d'assembleur-monteur de systèmes mécanisés.

Monteur câbleur

Sa spécialité : installer et vérifier le câblage de l'aéronef. Il effectue les raccordements, s'occupe de la pose des composants et des équipements et procède à la connexion des organes de commandes et des équipements électriques et électroniques. Un métier de pointe qui exige de la dextérité, de la rigueur mais aussi la connaissance de la réglementation aéronautique. La formation pour accéder au métier : un CAP aéronautique option avionique ou un titre professionnel de câbleur aéronautique.

Lire aussi : Comment je suis devenue pilote de ligne chez Air France

Chaudronnier aéronautique

Voilà un métier qui manque de bras et fournit toujours du travail. Derrière son intitulé un peu désuet, le métier de cet opérateur de pointe consiste à mettre en forme les pièces métalliques de l'avion : tôles, profilés, tubes en alliage d'aluminium, titane ou acier inox. Un travail d'extrême précision. Vous ne manipulez pas que des outils manuels mais aussi des machines et des logiciels de traçage assistés par ordinateur. Pour y accéder, vous pouvez vous former via un CAP réalisations industrielles en chaudronnerie ou soudage, un bac professionnel technicien en chaudronnerie industrielle ou encore un titre professionnel de chaudronnier aéronautique.

Ajusteur monteur cellule

Au sein d'une unité de fabrication, il réalise des tronçons d'avions, une voilure, un empennage… Cet expert des fixations et des réglages assemble les pièces métalliques ou composites de l'aéronef. Il perce, fraise, épingle, rivette, colle et stratifie. Il s'est formé au métier via un CAP aéronautique option structure ou un bac professionnel aéronautique option structure.

Technicien méthodes

Appliqué à l'aéronautique, il définit les besoins en outillage et les instructions de fabrication, de montage pour les opérateurs et techniciens d'atelier. Entre autres compétences requises, il doit maîtriser l'analyse technique des données d'un bureau d'études et l'usage de logiciels de conception et fabrication assistée par ordinateur. Un BTS ou une licence professionnelle aéronautique, un DUT ou une licence professionnelle en génie mécanique sont de bons passeports pour accéder à ce métier.

Technicien d'essais sur avion ou hélicoptère

Une fois l'aéronef fabriqué et assemblé, il s'agit de mettre au point et de vérifier le bon fonctionnement des systèmes de l'appareil. C'est là qu'entre en piste cet expert en tests et procédures. Il installe et met en oeuvre les essais et en rédige les procédures. Il met en forme les informations issues de systèmes de mesure des tests et essais pour fournir des résultats qui seront exploités par les ingénieurs. Parmi les formations au métier, on peut citer le BTS système numériques option électronique et communications, le DUT mesures physiques, le DUT génie électrique et informatique industrielle ou les licences professionnelles en électronique, avionique, électrotechnique ou mesures physiques.

Métiers de la maintenance

Un avion une fois livré au client va voler 15 ou 20 ans. La maintenance des appareils et de leurs équipements se doit de respecter une réglementation très technique. C'est le quotidien des professionnels de la maintenance.

Mécanicien avion

Métier classique qui ne manque jamais de travail tant les appareils en circulation à travers le monde sont de plus en plus nombreux. Le mécanicien avion ou aéronautique opère au sol. Réparer et entretenir l'avion sont ses missions de base. Mais anticiper la panne, c'est mieux et le mécanicien doit de plus en plus réaliser des opérations de maintenance préventive, voire prédictive. Un job qui s'effectue en équipe au moment d'émettre un diagnostic sur l'origine de l'éventuelle panne. Le mécanicien avion a suivi une formation de type bac pro aéronautique options systèmes ainsi qu'une mention complémentaire aéronautique option avions moteurs à turbines.

Technicien en réparation électronique

Il se penche plus particulièrement sur les calculateurs, les systèmes de visualisation et autres équipements électroniques dont regorgent les appareils. Inspections, investigations de pannes et réparation de matériels sont le cœur du métier. Mais le technicien de réparation électronique doit aussi s'engager sur la qualité, la tenue des délais et le coût des réparations. Il rédige des devis techniques et des rapports d'interventions. Sa formation : principalement le BTS systèmes numériques option électronique et communications et le DUT génie électronique et informatique industrielle.