1. Deux jeunes sur trois s’estiment mal préparés à la recherche de leur premier emploi
Enquête

Deux jeunes sur trois s’estiment mal préparés à la recherche de leur premier emploi

Envoyer cet article à un ami
Pour près de 50% des 18–30 ans interrogés par Ipsos, trouver son premier emploi est une mission ardue. // © Nejron Photo / Adobe Stock
Pour près de 50% des 18–30 ans interrogés par Ipsos, trouver son premier emploi est une mission ardue. // © Nejron Photo / Adobe Stock

Selon l’observatoire du premier emploi MyJobGlasses-Ipsos que L'Etudiant publie en exclusivité, deux jeunes sur trois s’estiment mal préparés à l'entrée de la vie active. Une des clés pour réussir votre entrée dans le monde du travail, c’est de rencontrer régulièrement des professionnels tout au long de vos études.

Diplôme en poche il reste une épreuve à effectuer au sens doloriste du terme pour beaucoup d’entre vous ! Car le passage du monde des études au monde du travail reste une épreuve pour près d’un jeune sur deux entrant dans la vie active. Pour 47% des 18–30 ans interrogés par Ipsos, trouver son premier emploi reste une mission jugée difficile et ce quel que soit le niveau de formation : 48% des jeunes diplômés du seul bac et 44% des diplômés bac+5 n’ont pas trouvé facile la quête de leur premier emploi.

Méconnaissance du monde du travail et impréparation à l'insertion

Une méconnaissance du monde du travail et une insuffisance de préparation semblent expliquer cette difficulté. "Beaucoup de jeunes n’ont pas une idée précise de leur premier emploi à leur entrée sur le marché du travail", analyse Emilie Korchia fondatrice de MyJobGlasses. "41% n’ont pas d’idée du métier qu’ils souhaitent exercer et 50%, pas d'idée concernant le type d’entreprise dans lequel ils souhaitent travailler : grande entreprise, PME, start-up…"

Lire aussi : 5 conseils pour trouver un stage vraiment utile

Un emploi plus subi que choisi pour plus d'un jeune actif sur quatre

Le choix du premier emploi s’effectue en fait trop souvent sous la pression des circonstances beaucoup plus que par choix éclairé ou par passion : certes, un jeune sur quatre (25%) estime quand même avoir pu choisir le métier de ses rêves, mais un jeune actif sur trois (33%) confesse n’avoir pas trop su vers quoi s’orienter et avoir saisi une opportunité d’emploi qui se présentait.

Pire : plus d’un jeune actif sur quatre (27%) a pris un emploi qui ne lui plaisait pas. Par nécessité, parce qu’il n’avait pas le choix : besoin de gagner sa vie, prêt à rembourser… Une petite minorité (12%) a pu choisir un emploi qui correspondait à l’aboutissement de leur projet professionnel et effectuer le choix de la raison.

Un jeune sur deux abandonne son premier emploi dès la première année

Dans ces conditions, il n’est guère étonnant qu’un jeune actif sur deux fasse le choix de quitter son premier emploi dès la première année : 46% sont restés en poste moins d’un an et même 35%, moins de six mois. 27% ont pu trouver un poste plus intéressant ailleurs, 16% un poste mieux rémunéré. 19% ont dû se résoudre à constater que le poste ne leur correspondait pas du tout !

Lire aussi : Stage, emploi, alternance : comment les universités vous aident à les trouver

Stages, alternance et rencontre avec des pros aident au choix du premier emploi

Comment remédier à cette mauvaise appréhension persistante des métiers et du monde de l'entreprise ? Pour renforcer l'adéquation entre les attentes des jeunes en études et les besoins du monde du travail, l'immersion en entreprise est un moyen de conforter ou d'infirmer des choix : l'alternance est à ce titre plébiscitée par près de deux jeunes sur trois (63%) qui y ont goûté. C'est plus que les stages, qui représentent tout de même une expérience positive pour 58% d'entre eux. Alternance ou stages leur ont permis d'être mieux éclairés dans le choix de leur futur premier emploi.

Lire aussi : Discrimination à l'embauche : comment déjouer les pièges du recruteur

Le réseau professionnel, clé du recrutement pour 80% des jeunes

La constitution d'un réseau professionnel est reconnue comme une vrai opportunité de rencontrer des employeurs par 80% des jeunes, mais elle est perçue comme stressante par 44% d'entre eux qui confessent ne pas trop savoir comment s'y prendre (43% d'entre eux), y compris chez les diplômés bac+5 et plus (48%).

Pourtant, pour ceux qui ont franchi le pas, l'impact de la rencontre avec des professionnels est toujours positif car l'adéquation du premier emploi avec les attentes en sort renforcée : il existe 31 points d'écart avec ceux qui n'ont pas rencontré de professionnels avant leur entrée dans la vie active. Conclusion : votre insertion professionnelle se travaille dès vos premières années d'études !

Interview Emilie Korchia, cofondatrice de MyJobGlasses : "Sept conseils pour rencontrer utilement des professionnels"

1– N’attendez pas le dernier moment
41% des jeunes interrogés confessent n’avoir pas d’idée du métier qu’ils souhaitaient exercer à leur arrivée sur le marché du travail. Pourtant, ce n'est pas à la fin de vos études que vous devez vous poser la question du métier que vous voulez faire, ni du type d 'entreprise où vous souhaitez travailler.

2– Osez rencontrer des professionnels
Pour obtenir un premier emploi le plus en adéquation avec vos souhaits, vous devez donc préparer votre orientation le plus en amont possible. N’ayez pas peur de solliciter des professionnels en poste. Sentez-vous légitime pour les contacter. La plupart ont envie d’aider des jeunes en formation et partagent volontiers leur expérience du métier.

3– Bien préparer vos rendez-vous
Renseignez-vous sur la personne que vous allez rencontrer et préparez les questions que vous allez lui poser. Ecrire à l’avance ces questions vous permettra de vous sentir à l’aise pour commencer l’entretien.

4– Bien lister les métiers
Notez les métiers sur lesquels vous souhaitez vous informer ainsi que les idées reçues que vous pouvez en avoir afin de les confronter à la réalité lors de vos entretiens avec des professionnels.

5– Questionner inlassablement
Demander au professionnel comment se passe son quotidien, une journée type de travail. Demandez lui ce qui lui plait dans son métier mais aussi sur les difficultés inhérentes au métier. Cela permettra de dépasser l'aspect "paillettes" du métier, de prendre conscience de sa part de contraintes et d'effectuer un choix éclairé et d'y rester durablement.

6– Allez voir différents types d’entreprises
Grands groupes, PME familiale, entreprise de taille intermédiaire ou encore start-up… Le même métier ne s’exerce pas de la même manière dans les différents types d’entreprise. 50% des jeunes interrogés ne savaient pas dans quel type d’entreprise ils souhaitaient exercer à leur entrée dans la vie active.

7– Gardez le contact et donnez de vos nouvelles
Si vous avez rencontré un professionnel, renvoyez un message quelques jours après pour remercier du temps accordé et signalez tout ce que cette rencontre vous a apporté. Par la suite, donnez de vos nouvelles : "comment avancez-vous dans votre cycle de formation ? En quoi ces rencontres ont été riches d’apports pour le choix de votre métier et futur emploi ? Etc." Un réseau de contacts, ça s’entretient !

Lire aussi : Pour trouver un contrat en alternance consultez nos offres sur L'Etudiant.fr