1. Antonin : "Difficile de concilier études et création de société !"
Témoignage

Antonin : "Difficile de concilier études et création de société !"

Envoyer cet article à un ami
Antonin (à droite) et son ami Paul ont fort à faire en avril entre les examens de fin d'année, la préparation du concours Passerelle 2 et la création de leur start-up. // © Etienne Gless
Antonin (à droite) et son ami Paul ont fort à faire en avril entre les examens de fin d'année, la préparation du concours Passerelle 2 et la création de leur start-up. // © Etienne Gless

ILS CRÉENT LEUR ENTREPRISE. Antonin et Paul ont créé un service de livraison de petits déjeuners le week-end. Ils veulent pérenniser l'activité en créant leur société au sein de l'incubateur de Burgundy School of Business à Dijon. Mais voici venu le temps des examens de fin d'année et de préparation de concours...

Épisode 2. Avril 2017. "On jongle un peu en ce moment ! Nous avons beaucoup de mal à concilier les examens de fin de semestre, la préparation du concours Passerelle 2 (pour intégrer le programme grande école de Burgundy School of Business), la recherche de stage et la création de notre société", avoue Antonin. Pour les vacances – s'il y en a – ce ne sera pas avant le mois d'août.

Créé sous forme de micro-entreprise, Le Temps d'un croissant, leur service de livraison de petits déjeuners, représente 15 à 20 commandes qu'Antonin et son ami Paul honorent seuls chaque week-end. Et des entreprises leur commandent ponctuellement en semaine un buffet. "Récemment, nous en avons réalisé un pour le Crédit Mutuel et un autre pour Bouygues Telecom", se réjouissent les deux jeunes créateurs. Malgré cet emploi du temps surchargé,  leur projet de start-up avance.

Lire aussi : Épisode 1 : Antonin, 20 ans : "Après avoir testé le marché, nous allons monter notre start-up"

Chiffrer les besoins de financement

"Nous avons chiffré nos besoins dans notre plan de financement", confie Antonin. Les deux grands postes de dépenses ? La conception de leur plate-forme Web et la création de la société proprement dite. Pour leur site de e-commerce, les deux apprentis entrepreneurs estiment entre 4.000 et 5.000 € leurs besoins financiers. Une somme importante mais qui se justifie. "Outre qu'elle soit la vitrine de l'entreprise, la boutique avec tous les produits et prestations que nous proposons, nous avons besoin d'un système de paiement en ligne relié à la banque et d'outils de transmission des commandes aux boulangeries fournisseurs et aux livreurs", détaille Antonin.

Lire aussi : 6 conseils pour choisir le bon statut pour démarrer en indépendant

Pour leur structure juridique, les deux amis ont opté pour une SARL et budgété de 1.500 à 2.000 € pour les frais de rédaction des statuts, l'immatriculation au registre du commerce et des sociétés et les frais de publication dans un journal d'annonces légales. L'un des avantages d'être hébergé par l'incubateur de leur école de management est qu'Antonin et Paul ont bénéficié d'une consultation gratuite d'une avocate pour le choix du meilleur statut pour leur future entreprise.

Partir en stage de fin d'études

Pour financer ces investissements, ils misent sur l'autofinancement, l'argent récolté auprès de leurs familles et des proches ainsi que des aides de la région et du département en complément. Le duo s'informe actuellement sur les nombreuses aides à la création d'entreprises existantes et envisage de solliciter un prêt à taux zéro.

Mais l'urgence – après les examens et le concours d'admission parallèle – sera, dès le 2 mai 2017, de réaliser leurs trois mois de stage obligatoire de fin d'études. Paul cherche encore une entreprise. Antonin, lui, est ravi : il a décroché son stage à la chambre de commerce et d'industrie à l'espace création et reprise d'entreprise. Une expérience qui tombe à pic et lui apportera beaucoup dans la démarche de création de leur start-up !

Lire aussi dans la série "Ils créent leur entreprise" :

- Lauren, 26 ans : "Je lance une appli qui permet de trouver ses colocataires"
- Marine, peintre : "J'attends mon immatriculation au répertoire des métiers"
- Emma, qui veut lancer sa ligne de vêtements : "Mon associée m'a laissée tomber, j'ai repris un job en CDD"

Kangae, le site Web des 15–25 ans qui donne le goût d'entreprendre

Vous êtes collégien, lycéen, étudiant… et vous avez envie d'entreprendre ou encore de monter un projet associatif ? La plate-forme Kangae, dont l'Etudiant est partenaire, met à votre disposition toutes les ressources pour vous donner les outils pour vous lancer et concrétiser vos projets.