1. Boris Saragaglia, 28 ans, fondateur de Spartoo (vente de chaussures en ligne) : "On s'est concentrés sur nos clients en cherchant à comprendre ce qu'ils voulaient"

Boris Saragaglia, 28 ans, fondateur de Spartoo (vente de chaussures en ligne) : "On s'est concentrés sur nos clients en cherchant à comprendre ce qu'ils voulaient"

Envoyer cet article à un ami

À l'âge où certains se cherchent encore, eux sont devenus patrons. À moins de 30 ans, ils ont les yeux rivés sur leur budget et brassent plusieurs millions d'euros de chiffre d'affaires. Autodidactes ou diplômés, ils ont su flairer l'idée qui a fait mouche. Zoom sur 5 "e-réussites".

Ceux qui le prenaient pour un fou voilà 4 ans quand il a commencé à vendre des chaussures sur la Toile n'en reviennent toujours pas. Avec Spartoo, ce Mines-HEC Entrepreneur a déjà écoulé 1 million de paires et réalisé près de 60 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2010. Pari gagné.

Boris SaragagliaD'où vous est venue l'idée ?
J'avais déjà créé un site de soutien scolaire en 2001. En étudiant un portfolio d'investisseurs, je suis tombé sur Zappos, une entreprise américaine de ventes de chaussures en ligne qui avait levé plus de 40 millions de dollars. En France, il n'y avait rien de ce type. Si cela avait marché là-bas, pourquoi pas chez nous ? J'ai lancé le site à l'été 2006. Un an plus tard, je levais des fonds à hauteur de 4,3 millions d'euros, et 12,3 millions en 2009…

Quand avez-vous compris que ça pouvait marcher ?
Quand on a franchi la barre des 15 millions d'euros de chiffre d'affaires et des 250.000 paires vendues en 2008. Il faut se laisser 2 ans pour valider une idée. Rien n'est dû au hasard. On s'est concentrés sur nos clients en cherchant à comprendre ce qu'ils voulaient. Le site compte 20 personnes sur 120 salariés. Il est basé et géré à Grenoble. Nos prix sont les mêmes qu'en boutiques. Il faut donc faire la différence sur l'accessibilité, le choix, les horaires d'ouverture…

Ça fait quoi d'être un patron qui réussit ?
Comme dans un marathon, c'est bien de performer sur les 20 premiers kilomètres, mais il faut tenir le rythme sur les 20 derniers ! Je travaille dur pour avancer. Spartoo est toujours dans ma tête, le soir, la nuit… Mais je ne suis pas riche pour autant ! Je n'ai rien gagné pendant 2 ans, et mon salaire est loin d'être le plus élevé de l'entreprise. Mon bureau se situe dans l'open space, comme les autres. C'est un bon moyen de montrer l'exemple. Les jeunes veulent retrouver des valeurs. Entreprendre permet de promouvoir un idéal humain dans sa société.

En savoir plus sur la création d'entreprise

> Toutes les questions à se poser avant de se lancer
> Créer son entreprise : quel diplôme faut-il avoir ?
> Business plan : faites-vous aider par des pros !

Consultez le témoignage de jeunes créateurs d'entreprise

> Anne-Lise Perlat, 26 ans, cofondatrice d’Envao
> Romain Berland, 24 ans, cofondateur de ByNight Sport
> Eddy Fruchard, 23 ans, fondateur de Bois et Paille
> Brice Gaillard, 23 ans, fondateur associé de Tongo Asi

Propos recueillis par Emmanuelle Souffi
Novembre 2010
Sommaire du dossier
Retour au dossier Daniel Marhely, 26 ans, cofondateur de Deezer : "Pour se lancer, il faut que l'idée réponde à un besoin personnel" Frédéric Montagnon, 33 ans, président d'Overblog : "On se serait lancés par pur intérêt financier, on se serait plantés" Simon Istolainen, 26 ans, ex-fondateur de My Major Company et créateur de PeopleForCinema : "La clé, c'est la qualité du produit" Boris Saragaglia, 28 ans, fondateur de Spartoo (vente de chaussures en ligne) : "On s'est concentrés sur nos clients en cherchant à comprendre ce qu'ils voulaient" Jérémie Berrebi, le business angel du Web : "Si on peut aider des projets ultrapassionnants mais pas hyperrentables, tant mieux"