Entreprendre à la fac, c'est le moment !

Par Etienne Gless, publié le 09 Octobre 2020
5 min

Profitez de la première semaine étudiante de l'esprit d'entreprendre du 12 au 16 octobre 2020 pour cultiver votre goût de l'entrepreneuriat et, pourquoi pas, passer à l'acte en cours d'études.

Prise en charge de patients atteints de pathologies, lutte contre la fracture numérique, contre l'isolement en Ehpad, amélioration de la sécurité des personnels soignants en première ligne face à l'épidémie… Ça bouillonne d’idées créatives et généreuses sur les campus ! Pour leur 7e édition, les prix Pépite, qui récompensent d'un chèque de 10.000 euros les 29 meilleurs projets d’étudiants-entrepreneurs, ont mis à l’honneur les initiatives en faveur de la solidarité ou de la lutte contre le coronavirus.

"Cette année, nous avons voulu donner de la visibilité à des jeunes entrepreneurs qui se sont engagés contre le Covid et qui ont parfois détourné leur outil de production pour aider des soignants, des personnes isolées ou des élèves confinés menacés par le décrochage scolaire", confie Alain Asquin, délégué ministériel à l'entrepreneuriat étudiant.

Lire aussi

Des innovations généreuses durant le confinement

"Fin mars, il fallait sauver des vies, il y avait un profond besoin de personnels hospitaliers en masques et visières de protection", explique Clément Jacquelin, ingénieur diplômé de l’Institut polytechnique de Grenoble (38) et créateur d’Athlétics3D. Pendant le confinement et la pénurie de masques, sa start-up s’est mise à la fabrication en urgence de milliers d'équipements de protection pour les soignants grâce à des imprimantes 3D. À l’origine, sa jeune entreprise conçoit des pièces de carabine pour les champions de biathlon.

De son côté Lucas Orry (en photo d'illustration avec Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, ndlr), étudiant en master 2 de commerce électronique à l'université Paris-Est Créteil (94), a lancé en janvier 2020 "Explique-moi Pythagore", un service de soutien scolaire à domicile ou à distance en région parisienne. À l’annonce du confinement, ils ont rendu gratuit leur service de soutien scolaire à distance  : 2.000 écoliers, collégiens et lycéens du Val-de-Marne puis de toute la France ont pu profiter d’un soutien personnalisé gratuit et éviter le décrochage scolaire. À HEC Paris, les étudiants créateurs de "Parlapapi", un peu l'équivalent d'Instagram pour les personnes âgées, ont rendu gratuit leur service d'abonnement pour aider un maximum de familles à maintenir le contact avec leurs aînés confinés dans les Ehpad.

Lire aussi

Un statut pour entreprendre facilement durant ses études

Comme eux, n’attendez-pas d’être diplômé et d'entrer dans la vie active pour entreprendre. De plus en plus d’étudiants entreprennent pendant leur formation. Un statut vous permet de le faire plus facilement. 4.600 étudiants ou jeunes diplômés ont ainsi bénéficié du statut national d’étudiant-entrepreneur (SNEE) en 2019–2020. Accordé sous conditions, il vous donne accès à des services comme un accompagnement, des financements ou des espaces de travail pour monter votre projet en cours d’études. Vous pourrez, par exemple, bénéficier d'une formation à l’entrepreneuriat et à la gestion et même substituer votre projet d'entreprise à votre stage obligatoire.

Lire aussi

Une semaine pour s'informer sur l'entrepreneuriat

"Du 12 au 16 octobre se tient Creativ' la première semaine étudiante de l'esprit d'entreprendre", explique Alain Asquin. Sur votre campus sont organisés forums, tables rondes, conférences, escape games ou jeux-concours pour vous donner envie d'entreprendre et vous aider à vous lancer depuis l'idée jusqu'au financement du projet. Compte tenu de la crise sanitaire, beaucoup d'événements se tiennent sous forme numérique, mais rassurez-vous, des cérémonies auront bien lieu en présentiel sur les campus le jeudi 15 octobre 2020 !

Les étudiants entrepreneurs de l'année 2019-2020 suivaient principalement des études de sciences ou de sciences économiques, sciences politiques ou de gestion
Les étudiants entrepreneurs de l'année 2019–2020 suivaient principalement des études de sciences ou de sciences économiques, sciences politiques ou de gestion // © MESRI

Articles les plus lus

A la Une création d'entreprise

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !