1. Du diplôme à l’emploi. Rémy, ouvrier pâtissier : "J’ai été recruté chez Joël Robuchon !" (4/4)
Témoignage

Du diplôme à l’emploi. Rémy, ouvrier pâtissier : "J’ai été recruté chez Joël Robuchon !" (4/4)

Envoyer cet article à un ami
Rémy vient d'être embauché dans un des restaurants les plus prestigieux de la capitale. // © Catherine de Coppet
Rémy vient d'être embauché dans un des restaurants les plus prestigieux de la capitale. // © Catherine de Coppet

Se lancer dans la vie active est souvent un défi. L'Etudiant suit plusieurs jeunes diplômés dans leur recherche d'emploi, pour vous aider à traverser ce moment particulier grâce à leurs témoignages. Rémy, 18 ans, titulaire d’un bac pro en boulangerie-pâtisserie, vient de décrocher son premier CDI !

Épisode 4. Rémy ne s'y attendait vraiment pas. "Travailler dans un restaurant étoilé, chez Joël Robuchon, et sur la plus belle avenue du monde, je n'osais pas en rêver !" Rémy, qui raconte sa recherche d'emploi depuis quelques semaines à l'Etudiant, n'en revient toujours pas d'avoir été embauché en CDI (contrat à durée indéterminée) comme commis pâtissier à L'Atelier Étoile, situé avenue des Champs-Elysées à Paris. Un restaurant étoilé au Guide Michelin – référence de la gastronomie française – et propriété du chef star Joël Robuchon. "Enfant, je connaissais déjà son nom !", souligne Rémy.

Rien ne laissait penser il y a dix jours que la recherche d'emploi de Rémy allait s'accélérer ainsi. Pris tout d'abord pour un essai dans un restaurant chic du XIe arrondissement de Paris, Rémy était confiant. "L'essai s'est bien passé, je suis resté pour les deux services... J'ai fait notamment des tartes Tatin et des tartes au chocolat revisitées. C'était très intéressant."

Mais une semaine plus tard, Rémy n'avait toujours pas été rappelé. "J'ai téléphoné, mais on m'a répondu que le chef était occupé." De guerre lasse, persuadé que l'occasion était manquée, Rémy a envoyé des candidatures spontanées sur le site de deux grands groupes de la gastronomie : Joël Robuchon et Alain Ducasse. "Je n'avais pas d'ambition particulière, mais à ce stade je me disais : pourquoi ne pas essayer ?"

Lire aussi : Les métiers de la boulangerie-pâtisserie : la main à la pâte

Embauché sans essai préalable

Le destin lui a donné raison dès le lendemain. Rémy a reçu un appel du manager du restaurant de L'Atelier Étoile. "Il m'a demandé si, à tout hasard, j'étais encore disponible et m'a proposé rapidement un entretien !" Le jour J, Rémy était moins détendu que d'habitude. "Je me suis mis un peu la pression. J'ai sorti la cravate... Une opportunité comme celle-là, on n'a vraiment pas envie de la rater ! Pendant l'entretien, j'ai fait attention à ce que je disais et à bien me tenir droit, raconte-t-il. Au final, l'entretien a duré une demi-heure et n'était pas si formel que cela."

À l'issue de l'entrevue, le manager et le chef du restaurant ont fait une proposition d'embauche à Rémy, sans essai préalable. "Je leur ai dit que ce serait un honneur pour moi de travailler ici, poursuit le jeune homme. En sortant du restaurant, j'étais calme, mais une fois sur le trottoir d'en face, j'ai exulté !" Rémy a appelé dans la foulée ses parents et l'une de ses parentes qui l'hébergeait auparavant à Paris pour partager sa joie... "Cela fait du bien de savoir que je vais pouvoir travailler et m'installer !"

Une autre proposition de poste

Rémy devrait prendre ses fonctions le 11 décembre 2016. D'ici là, il doit signer son contrat. "Je suis déjà revenu une fois au restaurant pour remplir des papiers et signer une promesse d'embauche."

Ironie du sort, il y a quelques jours, il a été rappelé par le restaurant où il avait fait un essai. "Ils m'ont dit qu'ils avaient mis du temps en raison de problèmes de santé du chef, mais qu'ils n'avaient pas rencontré quelqu'un d'aussi motivé que moi et qu'ils étaient prêts à m'embaucher !" Pas de quoi faire hésiter Rémy cependant. "On ne refuse pas une proposition comme celle que j'ai eu au sein du groupe Robuchon."

Lire aussi : Métiers de la restauration : au bonheur des papilles à la Maison Rostang

L'intérim pour patienter

En attendant, Rémy ne compte pas se tourner les pouces : "Je n'ai jamais travaillé dans la restauration, cela n'a rien à voir en termes de rythme ni de préparation avec le travail en boutique. Vu le poste qui m'attend, j'aimerais bien prendre quelques habitudes et me préparer en travaillant".

Objectif : trouver une mission d'intérim. "Je vais sans doute rappeler le Café de la Paix, à Paris, qui était intéressé par ma candidature pour un poste en intérim." Si Rémy a déjà dû effectuer un poirier pour 40 personnes à la demande de sa famille, il devrait avec son futur poste passer à la vitesse supérieure... Félicitations !

Lire aussi :
- Épisode 1. Rémy, ouvrier pâtissier : "J'espère trouver d'ici un mois"
- Épisode 2. Rémy, ouvrier pâtissier : "J'ai refusé un job !"

- Épisode 3. Rémy, ouvrier pâtissier : "J’ai rendez-vous pour un essai !"