1. Jobs, Stages, Emploi
  2. Emploi des jeunes : 10 pistes pour profiter des mesures du plan de relance dès à présent
Enquête

Emploi des jeunes : 10 pistes pour profiter des mesures du plan de relance dès à présent

Envoyer cet article à un ami
Le plan d'aide d'urgence pour les jeunes propose des solutions pour tous les profils. // © dusanpetkovic1 / Adobe Stock
Le plan d'aide d'urgence pour les jeunes propose des solutions pour tous les profils. // © dusanpetkovic1 / Adobe Stock

Primes à l'embauche d'apprentis ou de jeunes diplômés, contrats d'insertion... Présenté le 23 juillet par Jean Castex, le plan de relance de 6,5 milliards d'euros comporte de nombreuses aides et dispositifs pour aider les jeunes qui arrivent sur le marché de l'emploi. L'Etudiant vous présente des pistes d'emploi, d'activité ou de formation dont vous pouvez bénéficier selon votre profil.

"La rentrée sur le front de l’emploi sera difficile", prévient Jean Castex. "Et à chaque crise, ce sont les jeunes qui morflent les premiers", c'est pourquoi, à l'invitation du chef de l'État, le Premier ministre a décidé de "mettre le paquet".

6,5 milliards d'euros pour la formation et l'emploi des jeunes vont être mis sur la table ! Un montant inédit pour faire face à une situation exceptionnelle et ne laisser "aucun jeune sans solution". Au-delà du montant, le plan propose des solutions adaptées à chaque profil : du diplômé de l'enseignement supérieur au décrocheur scolaire en passant par l'étudiant en quête d'une alternance, découvrez les possibilités qui s'offrent à vous dès maintenant ou dans les semaines à venir.

Lire aussi : Emploi des jeunes : le plan d'Emmanuel Macron pour la rentrée 2020

1. Vous êtes à la recherche d'une alternance ? Une prime pour l'entreprise qui vous embauchera

Que vous souhaitiez préparer un CAP, un bac pro, un BTS, un titre d'ingénieur ou un master 2 universitaire, votre employeur pourra bénéficier d'une prime à l'embauche d'alternants en contrat d'apprentissage comme de professionnalisation.
Cette aide exceptionnelle de 5.000 euros ou 8.000 euros par contrat préparant à un diplôme ou un titre de niveau master ou inférieur est une offre limitée dans le temps : elle est valable pour tout contrat d'apprentissage (et désormais de professionnalisation) signé entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021. L'aide est sans condition sur le nombre d’apprentis pour les entreprises de moins de 250 salariés, et sous condition pour celles de 250 salariés ou plus.

À faire : N'hésitez donc pas à démarcher les entreprises ou à les relancer pour vous faire recruter. Avec cette prime, le gouvernement espère ainsi la signature de 230.000 contrats d'apprentissage et 100.000 contrats de professionnalisation cette année.

Lire aussi : Apprentissage ou professionnalisation : quelles différences ?

2. Vous êtes jeune diplômé en recherche d'emploi ? Un coup de pouce de 4.000 € pour l'embauche de jeunes

Le gouvernement réduit le coût du travail pour l'employeur sur tout contrat de travail (CDD de plus de 3 mois ou CDI) signé avec des jeunes de moins de 25 ans dès lors que le salaire n'est pas supérieur à 2 SMIC. L'offre est, là aussi, limitée dans le temps : d'août 2020 jusqu'à janvier 2021. Votre employeur peut appartenir au secteur marchand comme non marchand (associations).
"L’aide étant versée tous les trimestres, cela devrait inciter les entreprises qui recrutent un jeune en CDD à le pérenniser en CDI pour toucher sur un an les 4.000 €", confie un conseiller de la nouvelle ministre du Travail et de l'emploi, Elisabeth Borne. "Avec cette mesure, nous attendons 450.000 contrats signés entre le 1er août et le 31 janvier."

À faire : Vous pouvez vanter dans votre lettre de motivation ou votre entretien aux recruteurs potentiels l'aide de 4.000 euros dont ils peuvent bénéficier s'ils vous recrutent dès maintenant. Passé le 21 janvier il sera trop tard !

3. Vous voulez acquérir de l'expérience pour muscler votre CV ? 100.000 nouvelles places de service civique

"Après mon bac, je ne savais pas trop comment m'orienter alors j'ai effectué une mission de service civique à Besançon (25) qui m'a confortée dans mon choix de me former et de travailler dans le domaine de services à la personne", explique Catherine, 20 ans. Pour les 16–25 ans une mission de service civique peut vous apporter une première expérience si vous souhaitez vous engager dans un domaine d'intérêt général pour la société.

Chantiers de restauration de sites historiques, aide aux jeunes en difficulté, aide à la scolarisation d’enfants dans des pays en voie de développement… Vous servez une cause utile tout en acquérant une expérience qui a de la valeur sur le marché du travail. 4 à 8 mois après une mission de service civique, les 3/4 des bénéficiaires ont trouvé un emploi ou repris une formation. Le gouvernement annonce la création de 100.000 places supplémentaires de service civique en plus des 140.000 prévues cette année.

À faire : Pour trouver une mission près de chez vous, rendez-vous sur le site service-civique.gouv.fr

Lire aussi : Europass : le CV européen pour trouver un job ou un stage plus facilement

4. Vous êtes étudiant ou jeune diplômé et avez faim de responsabilités ? Faites un VTE

Le volontariat territorial en entreprise (VTE) existe depuis 2019. C'est un autre bon tremplin vers l'emploi pour les étudiants ou jeunes diplômés de l'enseignement supérieur. Vous travaillez comme bras droit du chef d'entreprise ou expert d'un domaine dans une très petite ou moyenne entreprise. Le VTE est ouvert aux étudiants à partir du niveau bac+2 et aux jeunes diplômés depuis moins de 2 ans : vous aiderez une petite entreprise des territoires à se moderniser, à passer au numérique, à la transition écologique ou conquérir son premier marché export. Le plan de relance prévoit une aide de 4.000 euros pour recruter 1.000 jeunes avec pour mission spéciale de verdir le modèle économique de l'entreprise. Un sacré challenge, mais une mission qui a du sens !

À faire : Pour trouver dès maintenant des offres rendez-vous sur vte-france.fr

5. En quête d'un emploi dans le sport ? 2.500 nouveaux postes à pourvoir

Le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports soutient déjà l'emploi sportif avec le financement de 5.000 emplois dans le monde associatif par le biais de l'Agence nationale du sport (ANS). Il s'agit essentiellement d'emplois d’éducateurs sportifs pour encourager le développement des pratiques sportives sur les territoires, dans les clubs et dans les instances territoriales des fédérations sportives. Le gouvernement débloque des crédits pour financer 2.500 nouveaux postes cette année.

À faire : Contacter les associations et les clubs sportifs pour être au courant des postes proposés.

6. Pas de qualification ou en échec à la fac ? Faites une formation qualifiante dans les métiers d'avenir

Vous êtes fâché avec le système scolaire ou avez décroché à l'université ou dans l'enseignement supérieur ? Vous avez des soucis pour trouver un emploi faute de compétences ? Des formations qualifiantes existent et recrutent dans des secteurs d'avenir porteurs d'emplois. Le gouvernement investit en effet dans les compétences via son plan PIC. Il a décidé d'ouvrir 100.000 places supplémentaires pour ces formations qualifiantes.
Vous acquerrez des compétences directement pour trouver un job. Secteurs prioritaires ? Les métiers de la transition écologique, les métiers du numérique, le secteur du soin et de la santé mais aussi le tourisme, l'industrie et autres domaines qui ont souffert de la crise.

À faire : Téléchargez l'application Moncompteformation. D'ici la fin 2020, si vous avez 25 ans ou moins et êtes sans qualification vous accéderez à l'offre de formation qualifiante ou à une préparation à une qualification adaptée, intégralement financée par le service public.

Lire aussi : Jeunes diplômés : faites jouer vos réseaux pour trouver votre emploi

7. Les métiers du soin vous attirent ? Profitez des milliers de nouvelles places de formation

La crise sanitaire a mis en lumière le rôle clé des infirmiers et des aides-soignants qui sont en nombre insuffisant et font un métier admirable. Si vous souhaitez vous former à un métier du soin, c'est le moment ! De nouveaux parcours de formation dans le secteur du soin vont être développés pour doubler les capacités de formation des aides-soignants, des infirmières et des auxiliaires de vie dans les cinq prochaines années. En 2021, le gouvernement table sur 6.000 infirmiers et 10.000 aides-soignants supplémentaires formés.

À faire : Pour les métiers du soin, contactez les Instituts de formation en soins infirmiers (IFSI) et les écoles spécialisées.

Lire aussi : Des places supplémentaires dans les IFSI et les IFAS à la rentrée 2020

8. Les métiers du numérique vous branchent ? Des formations vous attendent

De nombreuses formations au numérique recrutent sans prérequis de diplôme. Si vous manquez de maîtrise, le Pass numérique vous permet de réaliser un diagnostic des compétences à acquérir grâce à un outil de diagnostic en ligne (PIX). Si vous avez besoin de consolider vos compétences, vous pourrez voir votre compte personnel de formation (CPF) abondé automatiquement du montant correspondant à la formation CléA numérique qui permet d’acquérir les premières compétences numériques vers l’emploi.

Si vous êtes déjà très bon dans le domaine, pourquoi ne pas rejoindre une formation labellisée grande école du numérique ? Il en existe plus de 750 en France qui ont formé l'an dernier plus de 11.000 personnes pendant 8 mois en moyenne. Dans plus de 70% des cas, ce type de formation débouche sur un emploi, une création d'entreprise ou une formation complémentaire. L'État compte soutenir 20.000 formations en 2021. Vous devriez donc trouver plus facilement une place !

À faire : Créer votre compte personnel de formation (CPF) ; trouver une formation près de chez vous labellisée grande école du numérique.

Lire aussi : Trouver un job d'été en dernière minute : 5 pistes à explorer au plus vite

9. Vous avez entre 16 et 18 ans et êtes décrocheur scolaire ? Reprenez confiance, découvrez des métiers

L'association pour la formation professionnelle des adultes (AFPA), va vous aider à construire votre projet professionnel et à reprendre confiance en vous. Un programme de 4 mois vous permettra de découvrir des métiers pour imaginer et construire votre avenir professionnel. Il vous permettra également d’acquérir des compétences de base et de vous confronter à la réalité du monde du travail. Vous bénéficierez d'un accompagnement social et aurez aussi des activités sportives ou culturelles. 35.000 jeunes décrocheurs vont bénéficier de ces nouveaux parcours individualisés.

À faire : Prendre contact avec la mission locale près de chez vous ou l'AFPA.

10. En recherche d'emploi depuis longtemps ? Faites-vous accompagner

Seul, il est très difficile de s'en sortir dans la vie professionnelle comme dans la vie tout court. Acceptez de vous faire aider. Des dispositifs existent pour vous accompagner sur le chemin de l'emploi et devenir autonome. Et le "plan jeunes" augmente le nombre de places disponibles.

Les pouvoirs publics peuvent ainsi vous proposer un parcours d'emploi compétences (PEC) : il s'agit d'un emploi en CDI ou en CDD (d’une durée hebdomadaire de 20 heures ou plus) qui permet de développer des compétences transférables. Vous êtes accompagné tout au long du parcours tant par l’employeur que par le service public de l’emploi (Pôle emploi, mission locale…) avec pour objectif l’inclusion durable dans l’emploi. Au menu, une mise en situation professionnelle dans le secteur associatif ou public, un accompagnement et un accès facilité à la formation. Vous serez rémunéré a minima au SMIC horaire. 60.000 places seront budgétées en 2021 en plus des 20.000 initialement prévues.

Lire aussi : Jeunes diplômés : pourquoi (et comment) s'inscrire à Pôle emploi en 2020

Vous pouvez aussi signer un contrat initiative emploi (CIE). Il s’agit d’un CDD d'au moins six mois ou d'un CDI. Le CIE permet à une personne sans emploi rencontrant des difficultés particulières d'insertion professionnelle ou sociale de s’engager dans une expérience professionnelle tout en étant suivie par un référent. L'employeur touche une aide mensuelle. 10.000 nouveaux CIE jeunes sont budgétés en 2020 et 50.000 en 2021.

À faire : Vous inscrire et vous rapprocher de Pôle emploi ou contacter votre mission locale.