1. Jobs, Stages, Emploi
  2. Le VTE, un bon tremplin vers l’emploi
Partenariat

Le VTE, un bon tremplin vers l’emploi

Envoyer cet article à un ami
 // © VTE
// © VTE

Initié par le gouvernement en novembre 2018 et porté par Bpifrance depuis mai 2019, le Volontariat Territorial en Entreprise est un programme qui permet aux jeunes diplômés et alternants de vivre une expérience d’au moins un an en entreprise. Décryptage autour d’une formule gagnant-gagnant.

Alors que 57% des PME-ETI des territoires affirment manquer de talents pour croître selon une étude réalisée par Bpifrance, le programme VTE a été lancé il y a un peu moins de deux ans par le gouvernement pour tenter d’apporter des solutions concrètes.

Pour ce faire, les dirigeants de PME et ETI aux quatre coins de la France ont la possibilité d’être accompagnés dans le recrutement de jeunes talents via une plateforme web dédiée. Outre la visibilité apportée aux entreprises, cette plateforme propose aux étudiants en alternance (à partir du niveau bac +2) ou récemment diplômés d’études supérieures d’accéder à des postes en prise directe avec la réalité du terrain.

Fort d’un partenariat avec plus de 100 campus scolaires en France, le programme VTE propose ainsi différentes offres d’emploi, soit en alternance (contrat d’apprentissage ou de professionnalisation) soit en contrat post-diplôme d’un an minimum (CDD ou CDI classique). Les écoles partenaires du programme diffusent les offres de recrutement auprès de leur réseau en ciblant des profils qualifiés pour ces missions de top management. Une fois recrutés, les diplômés sont alors rémunérés par les entreprises à un salaire de marché et les alternants selon la réglementation en vigueur.

Autonomie et responsabilités

À Château-Renault, près de Tours, cette formule gagnant-gagnant a conquis l’entreprise Radiall. Habituée à recevoir chaque année des alternants, cette société spécialisée dans l’électronique a signé la charte VTE. « C’est bien pour les jeunes et pratique pour recruter, confirme la directrice Marlène Gallais. Au-delà des responsabilités qu’on leur donne dans leur mission, on les inclut dans nos réunions stratégiques. Ils vont plus loin que leur poste initial. Cela leur permet d’ouvrir leur champ de compréhension d’une entreprise. »

Parmi eux, Charlène, 24 ans, est actuellement en contrat professionnel depuis septembre dernier. En master 2 communication digitale et marketing d’influence à l’ESG Tours, elle alterne deux semaines au bureau et une semaine à l’école. « Je suis en totale autonomie sur la communication interne et digitale, confie-t-elle. Chaque contenu est soumis pour validation à ma tutrice. C’est très gratifiant d’avoir des responsabilités surtout quand il s’agit de s’adresser à environ 350 collaborateurs. C’est un vrai challenge dans un secteur industriel qui me plaît de plus en plus. »

Au tour de sa collègue Rania, 23 ans, ingénieure en maîtrise des risques industriels en 5e année à l’INSA Centre Val de Loire de Bourges, de rebondir : « Mon tuteur est le directeur de production du site. C’est une expérience transverse car nous sommes rapidement introduits au côté managérial de l’entreprise. Depuis janvier, j’y suis à temps complet et c’est très enrichissant. »

Passer un cap

Ces expériences 360° idéales pour monter en compétence sont donc fortement conseillées à l’ensemble des jeunes désireux de passer un cap. Pour faciliter la réalisation d’un VTE, certaines collectivités territoriales n’hésitent pas à proposer des dispositifs d’accompagnement tels que des aides au logement ou aux transports, ou à travers la mise en place de pass culture, bourses et autres mentorats. Ces aides, différentes selon les territoires, sont à activer au cas par cas.

De son côté, Bpifrance, la banque publique d’investissement, est en capacité de mettre en relation les étudiants avec ses entreprises clientes parmi les plus dynamiques. Une façon de faire valoir le VTE auprès des DRH de grands groupes et de participer à l’amélioration de l’employabilité, entre autres, dans le monde de l’industrie. Et pour les jeunes de valoriser leurs acquis sur le marché du travail.

Une centaine d’offres à pourvoir

Parmi la centaine d’offres actuellement à pourvoir sur le site du VTE, nombreuses sont celles qui promettent au candidat sélectionné d’occuper un poste à responsabilité en tant que bras droit du dirigeant. C’est notamment le cas d’une cidrerie basée dans le Sud Finistère en quête d’un responsable commercial qui aime le terrain, les challenges et la négociation. Du côté de Béthune, une société dynamique membre de la French Fab recherche un responsable marketing digital en alternance afin de moderniser l’ensemble de ses process de communication. À Roubaix, une entreprise familiale hyperspécialiste de l’ascenseur recrute un ingénieur polyvalent doté d’un bon esprit d’équipe. Autre poste à pourvoir, celui de commercial en région sous la responsabilité du directeur des ventes d’une entreprise située en Moselle qui a pour objectif de développer son réseau. Enfin, à Perpignan, un cabinet s’intéresse au profil d’un ingénieur généraliste ou agroalimentaire voire d’officier dans la marine marchande, capable d’assumer des missions variées en indépendance.