Comment parler de ses défauts lors d’un entretien d’embauche ?

Par l'Etudiant, publié le 22 Juin 2022
6 min

“Pouvez-vous me citer 3 de vos qualités et 3 de vos défauts” : parler de ses défauts en entretien d’embauche est incontournable. Déstabilisante, cette question peut donner la sensation de se mettre volontairement en position de faiblesse. Pourtant, avec de la préparation, vous pouvez faire de vos défauts une force.

Pourquoi le recruteur vous demande de parler de vos défauts lors de l’entretien d’embauche ?

Pour voir si vous avez bien préparé votre entretien d’embauche

La question "quels sont vos défauts" est un classique, mais si vous ne vous y êtes pas préparé, elle a de quoi déstabiliser.

Le recruteur analysera votre réaction et votre réponse. Un candidat mal préparé risque de réciter des poncifs (“je suis perfectionniste !”) ou, pire, de donner un défaut rédhibitoire pour le poste.

Les défauts servent à cerner la personnalité du candidat

Les défauts font naturellement partie de toutes personnalités, et il est donc important que vous n’éludiez pas la question.

En plus d’analyser si vous êtes fait pour le poste et l’entreprise, le recruteur teste aussi votre franchise.

Enfin, il cherche à connaître votre capacité à prendre du recul et vous remettre en question.

Lire aussi

Savoir parler de ses défauts lors d’un entretien d’embauche et les mettre en valeur

Mentionner des défauts non liés au poste ou au travail lors de l’entretien

Vous devez adapter les défauts en fonction du poste visé. Si vous postulez pour un poste de commercial et dites au recruteur que vous êtes timide, cela posera évidemment problème. En revanche, pour un poste de développeur, c’est déjà beaucoup moins problématique.

Parler d’un défaut non lié au travail peut aussi être un bon moyen de répondre à la question avec humour, par exemple “je suis gourmand”.

Retrouvez ci-dessous quelques exemples de défauts à évoquer en entretien d’embauche :

  • J’ai du mal avec la clientèle, pour un poste où vous n’avez pas affaire aux clients
  • Je n’aime pas la routine, pour un poste aux missions variées
  • Je ris fort

Savoir parler de ses défauts avec pondération

Il faut éviter les adjectifs trop forts, comme “excentrique”, “têtu”, “anxieux”, “rancunier”, etc.

Vous pouvez aussi mentionner un défaut, avant de le contrebalancer : par exemple, vous êtes bavard, mais vous savez qu’il y a des moments pour travailler, d’autres pour discuter.

Voici des exemples de défauts dont vous pouvez parler en entretien d’embauche, mais avec parcimonie :

  • Je suis obstiné, mais je sais écouter les autres et arriver à un compromis
  • J’ai besoin de contrôler les choses pour que le travail soit bien fait, mais je sais travailler en équipe

Détailler les défauts pour lesquels il y a eu une amélioration

Le recruteur est humain, il sait que vous n’êtes pas parfait. C’est pour vous l’opportunité de démontrer votre honnêteté, en lui montrant que vous avez pris conscience d’un défaut, et que vous avez cherché à vous améliorer.

Voici des exemples de défauts dont parler en entretien sous un angle mélioratif :

  • J’avais des problèmes de stress, mais je fais du yoga et je suis maintenant beaucoup plus zen
  • J’étais assez timide, j’ai donc rejoint un atelier théâtre, et depuis je suis beaucoup plus sûr de moi et avenant avec les autres

Lire aussi

Quelques exemples des défauts dont il ne faut pas parler lors d’un entretien d’embauche

Les défauts liés à l’ego

Ces défauts sont problématiques notamment si vous êtes amené à travailler en équipe, ce qui concerne de nombreux postes.

En fonction du défaut mentionné en entretien, le recruteur peut estimer que vous avez du mal à vous intégrer dans un groupe, à accepter les critiques, etc.

Retrouvez quelques exemples typiques de défauts liés à l’égo à ne pas mentionner en entretien d’embauche :

  • Je suis impulsif
  • Je suis susceptible
  • Je suis rancunier
  • Je suis têtu

Les défauts liés au manque de confiance en soi

On peut croire à tort que ces défauts permettent de démontrer une certaine modestie, mais ne vous y trompez pas : le recruteur anticipe immédiatement l’impact sur le fonctionnement de l’entreprise.

Si vous dites manquer de confiance en vous, il pourra en conclure que vous avez du mal à affirmer vos idées, à exprimer des critiques, etc.

Voici des exemples de défauts dus au manque de confiance de soi à ne pas mentionner pendant l’entretien :

  • Je suis timide
  • Je suis influençable
  • Je suis anxieux

Les défauts liés à l’organisation professionnelle

Ces défauts-ci sont rédhibitoires, car ils ont des conséquences directes sur le bon fonctionnement de l’entreprise et les relations avec les collègues.

Par exemple, dire que vous manquez d’organisation amène le recruteur à penser que vous ne serez pas capable de gérer les priorités ni de tenir les dates butoirs.

Voyons quelques défauts typiques du manque d’organisation professionnelle :

  • Je suis plutôt solitaire
  • Je manque de rigueur
  • Je suis étourdi

Lire aussi

Pour conclure : liste de défauts dont vous pouvez parler pendant l’entretien

Vous l’aurez compris : les défauts que vous évoquez en entretien doivent être préparés et pensés en fonction du poste.

De cette façon, le recruteur constate que vous vous êtes bien préparé à l'entretien, cerne votre personnalité et analyse votre adéquation avec le poste et l’entreprise.

Voici une liste de défauts que vous pouvez mentionner pendant l’entretien :

  • Je mets du temps à accorder ma confiance
  • Je suis parfois impatient
  • Je suis bavard
  • Je suis émotif
  • Je suis ambitieux
  • J’ai un fort caractère
  • Je suis gourmand
  • Je suis obstiné
  • J’aime la compétition

Parler de ses défauts en entretien d’embauche n’est pas un exercice facile, car vous pouvez avoir l’impression de vous mettre en position de faiblesse. Pour autant, avec de la préparation, cette étape peut être passée sans difficultés, et même vous aider à convaincre le recruteur.

Lire aussi

Consultez nos offres

Recruteur : déposer une annonce

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une CV, lettre de motivation...

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !