1. Entretien d'embauche : convaincre au téléphone
Boîte à outils

Entretien d'embauche : convaincre au téléphone

Envoyer cet article à un ami
Faites en sorte de vous trouver dans un endroit calme, où vous pourrez vous concentrer sur votre entretien et prendre des notes. // © Westend61/Plainpicture
Faites en sorte de vous trouver dans un endroit calme, où vous pourrez vous concentrer sur votre entretien et prendre des notes. // © Westend61/Plainpicture

Si un recruteur vous appelle, dix minutes environ lui suffiront pour se faire une opinion sur votre candidature. Nos conseils pour passer le cap de l’entretien téléphonique.

Suite à une candidature, un recruteur vous téléphone… Félicitations, cela veut dire que votre CV et votre lettre de motivation ont suscité son intérêt. Pour autant, la vigilance s’impose : l’entretien téléphonique est une étape de la procédure de recrutement à part entière, les recruteurs l’utilisent de plus en plus comme une étape de présélection. "C’est un deuxième tri après la sélection sur dossier, qui permet d’accélérer le processus de recrutement", confirme Catherine Reichert, directrice de la communication Europe du Sud chez Yahoo.

Tenez les dix minutes décisives

La décision de mettre en place une étape téléphonique est liée, en fait, au volume de candidatures reçues et au niveau académique : plus le profil recherché est large, plus le nombre de candidats est important, plus il y a d’entretiens à faire passer au téléphone. "Pour les postes en alternance, je rencontre en moyenne un étudiant sur deux à l’issue d’un entretien téléphonique. L’objectif est de vérifier que chacun a bien compris la nature de l’emploi pour lequel il postule", explique un recruteur de PricewaterhouseCoopers. La moitié des candidats est alors éliminée… en dix minutes. En moyenne, moins d’un quart d’heure suffit aux recruteurs pour se forger une opinion.

Si vous habitez loin du siège de l’entreprise (au-delà d’un rayon d’une heure), l’entretien téléphonique peut remplacer un véritable entretien en face à face avec la direction des ressources humaines. Ce rendez-vous téléphonique, qui dure alors entre quarante-cinq minutes et une heure, se déroule comme un entretien classique. D’où l’intérêt de se mettre en condition pour bien le réussir.

Préparez vos réponses

Quelles sont les questions types ? Cette étape téléphonique est un moyen rapide de valider un certain nombre de critères objectifs : disponibilité, mobilité géographique, prétentions salariales, expression orale, niveau linguistique, compréhension du poste et con­naissance de l’entreprise.

Une fois ces points validés, les recruteurs approfondissent parfois l’entretien pour affiner le ciblage. Attendez-vous donc à être interrogé sur les étapes clés de votre parcours, sur votre motivation et sur vos souhaits d’évolution. Le recruteur peut également s’intéresser à la façon dont vous appréhendez le quotidien dans l’entreprise. Si vous vous imaginez travailler dans un bureau, directement avec un associé, vous risquez d’être surpris de rejoindre un open space !

Soyez au bon endroit au bon moment

Attention : l’entretien de recrutement débute dès que vous décrochez le téléphone. Lors de l’appel, vous devez pouvoir répondre immédiatement aux questions. Choisissez un endroit calme, détendez-vous et assurez-vous que vous ne serez pas dérangé. Ne mettez pas la fonction haut-parleur du téléphone car l’échange peut vite devenir désagréable si cela résonne trop. Et bien sûr, évitez toute conversation dans un lieu public. Ce n’est pas parce vous l’entendez parfaitement que le recruteur ne pourra pas être gêné par un bruit de fond. Dans ce cas, proposez de le rappeler un peu plus tard dans la journée ou le lendemain matin.

Si vous n’êtes vraiment pas disponible au moment où un recruteur vous contacte, il est préférable de laisser votre répondeur prendre un message. Mais attention : ne prenez pas plus d’une journée pour rappeler car vous risquez de laisser passer votre chance. Au cas où vous tomberiez sur une boîte vocale, pensez à préparer un message bref et concis en indiquant à quels moments vous être joignable.

Parlez… mais écoutez aussi !

Comme pour un entretien classique, armez-vous d’une feuille et d’un stylo, et prenez des notes ! Pensez également à vous munir de votre agenda (pour connaître vos disponibilités), de votre CV, de votre lettre de motivation, de l’annonce et des éléments concernant l’entreprise que vous avez notés sur une fiche au préalable.

Tout au long de l’entretien, vous devez être à l’écoute de votre interlocuteur afin de ne pas lui couper la parole. "On ne peut pas voir le candidat… mais le stress s’entend !", prévient Anne-Laure Meyer, talent director France chez PageGroup. Veillez aussi à ne pas faire de réponses trop longues. "Le contact par le regard n’est pas là, la gestuelle non plus, mais vous pouvez les remplacer par des pauses et laisser ainsi au recruteur le temps de vous poser des questions", conseille Catherine Reichert.

Si vous n’avez pas compris une question, n’hésitez pas à faire répéter votre interlocuteur. Même si vous avez votre CV sous les yeux, cela ne doit pas vous empêcher de le connaître sur le bout des doigts. Catherine Reichert insiste sur ce point : "Vous devez pouvoir répondre avec naturel à tout ce qui figure dans votre curriculum." Et si vous avez indiqué "anglais courant", soyez en mesure de répondre au pied levé à une question dans cette langue. "Bafouiller ne fait pas très sérieux", insiste-t-elle.

Par ailleurs, il est toujours bon de le rappeler : sourire s’entend au téléphone ! Catherine Reichert vous conseille d’effectuer une simulation d’entretien avec une personne de votre entourage, c’est un excellent moyen de gagner en sérénité.

Concluez en questions

À la fin de l’entretien, le recruteur vous demandera certainement si vous avez des questions. Les recruteurs sont unanimes : "Aborder la question de la rémunération dès l’entretien téléphonique est rédhibitoire." Ou en tout cas il y a plusieurs manières de le faire… plus ou moins délicates.

Si le recruteur ne l’a pas fait, pensez à valider la prochaine étape. Qui rappelle qui ? Enfin, attendez que votre interlocuteur ait raccroché pour le faire à votre tour. Si au-delà du délai fixé par le recruteur, vous n’avez toujours pas de ses nouvelles, n’hésitez pas à le relancer par e-mail. Certains apprécient d’être recontactés par téléphone, signe de votre motivation, mais ce n’est pas toujours le cas. Voici un point à confirmer à la fin de l’entretien !

Ne soyez pas pris au dépourvu !

Avant d’envoyer votre premier dossier de candidature, assurez-vous que le message d’accueil de votre répondeur est adapté à un contexte de recherche d’emploi. Les messages funs ou non personnalisés sont à proscrire ! Imprimez les annonces auxquelles vous postulez et notez la date d’envoi de chaque candidature. N’attendez pas l’appel des recruteurs pour vous renseigner sur leur entreprise. Établissez des fiches pour chacune, résumant la nature de leurs activités. Classez-le tout par ordre alphabétique.

Pourquoi tant de précautions ? Parce que vous enverrez sans doute beaucoup de candidatures. Du coup, lorsque vous aurez un recruteur au bout du fil, vous risquez de ne pas vous souvenir immédiatement de l’activité de son entreprise. Et encore moins du poste en question. En gardant une trace de toutes vos candidatures, vous pourrez passer l’entretien avec l’ensemble de ces documents sous les yeux.

Trouvez le job qui vous convient grâce aux nombreuses offres de letudiant.fr.