1. Informatique : insistez sur les logiciels maîtrisés
Décryptage

Informatique : insistez sur les logiciels maîtrisés

Envoyer cet article à un ami

Les entreprises du secteur informatique retrouvent des couleurs ! Après une année 2005 de retour à la croissance, 2006 a signé une forte hausse des recrutements, de techniciens comme d’ingénieurs qualifiés. Pour postuler auprès des SSII, des éditeurs de logiciels ou des services dédiés des entreprises, un seul mot d’ordre : insister, dans son CV, sur la technologie ou les systèmes maîtrisés.Après la tempête, les beaux jours ? Après une année 2005 de retour à la croissance, l’année 2006 devrait voir une hausse importante des recrutements dans ce secteur qui demeure, mais qui devrait favoriser l’emploi dans ce secteur, qui demeure pourtant l’un des grands recruteurs nationaux, aussi bien pour les cadres confirmés que chez les jeunes diplômés. Et ce dans les SSII (sociétés de service en ingénierie informatique) comme dans les services informatiques des entreprises.

Après deux années (2002 et 2003) particulièrement difficiles, le marché a retrouvé des couleurs avec une croissance du chiffre d’affaires de 4 % à 5 % en 2004 et 2005. Et au cours du premier semestre 2006, l'activité des sociétés de logiciels et de service a même crû de 6,5 %. Une « bonne santé » retrouvée qui se poursuit donc en 2006, grâce à la reprise des grands investissements, jusque-là gelés, chez les utilisateurs de la fonction informatique.

Vers une concentration du secteur. Des grands groupes (Capgémini, Atos, Unilog, Sopra…) animent le marché aux côtés de SSII spécialisées, qui ont souvent traversé la crise avec plus de souplesse. Mais cette cohabitation tend à disparaître avec une accélération de la concentration du secteur, notamment pour les sociétés cotées en bourse. Ces dernières s’appuient nécessairement sur une croissance externe pour assurer leur développement. « Les acteurs sont à la recherche de la taille critique, résume Saïd Elinkichari, président-fondateur de Générale Europe consultants. Chaque société cherche à élargir son offre pour répondre à l’ensemble des attentes des clients. » La demande actuelle des utilisateurs pousse également dans ce sens puisqu’ils réduisent considérablement la liste des prestataires informatiques habilités à répondre aux appels d’offres.

Encore des recrutements. Les principaux acteurs, SSII et éditeurs de logiciels, ont toujours maintenu un certain niveau de recrutement, mais ont souffert du ralentissement économique national. Rappelons que des phénomènes exogènes (l’euro, le passage à l’an 2000, Internet, etc.) avaient largement contribué à booster de manière artificielle le secteur.

Avantage aux cadres… et aux jeunes diplômés. Selon l’APEC, le marché recherche des cadres expérimentés, mais demeure le premier recruteur de jeunes diplômés. Les bons profils ? Ceux qui possèdent de un à six ans d’expérience, mais surtout qui maîtrisent des outils comme JAVA/J2EE, SAP, Peoplesoft, etc. Les informaticiens orientés « finances de marché » sont également très prisés, tout comme les commerciaux chargés de vendre des prestations de consultants. « Nous sommes revenus à la situation de 1998, indique Saïd Elinkichari. Depuis la fin 2004, le marché est nettement plus dynamique. Les entreprises ont repris les recrutements et le turnover s’est accéléré. »

Candidatures : on écrit de moins en moins. Les pratiques de recherche évoluent également. Avec les nouvelles technologie et l’explosion des sites consacrés à l’emploi, fini le courrier d’accompagnement ! « Avec Internet, nous ne recevons plus de lettres de motivation, juste un mot de politesse. C’est le secteur qui veut cela », conclut Saïd Elinkichari.


En savoir plus sur les métiers du secteur « Informatique ».

Les conseils d’un pro pour votre candidature

Sandrine Lachkar, consultante RH, groupe Projipe.

«Nous n’avons cessé de recruter, même durant les années où le marché s’est retourné, au début des années 2000, assure Sandrine Lachkar. Notre stratégie n’est pas de recruter en fonction des missions ou du carnet de commandes, mais de repérer des candidats à fort potentiel pour construire une vision et un développement mutuels de long terme. »

Priorité aux profils « complets ». « Pour sélectionner nos collaborateurs, nous tenons compte de certains critères précis et incontournables. Tout d’abord, la formation : nous recrutons surtout des diplômés de grandes écoles d’ingénieurs, type ENSI (écoles nationales supérieure d’ingénieurs), avec une spécialisation en informatique. Ensuite, nous attendons un certain savoir-être que nous évaluons lors de l’entretien. Enfin, une expérience probante avec, pour les jeunes diplômés, un stage de longue durée (au moins six mois) est déterminante. Dans les CV comme dans les lettres, il est à cet effet indispensable de mentionner la technologie ou les systèmes maîtrisés. »

L’emploi est sur Internet et dans les salons. La quasi-totalité des 10 000 CV que reçoit chaque année Projipe arrive via Internet. « Les courriers sont devenus extrêmement rares ». La « récolte » des candidatures se fait essentiellement sur les principaux sites d’emplois (APEC, Monster, Keljob, lesjeudis.com). « Nous allons chercher les bons CV là où ils sont. Nous sommes également très actifs sur les salons consacrés au recrutement, qui représentent 30 % des candidatures ». « Le recours à Internet fait qu’aujourd’hui il est devenu très rare de lire des courriers d’accompagnement, excepté une phrase lapidaire pour indiquer que l’on postule et que le CV est en pièce jointe. Ce n’est pas dommageable pour les candidatures. Juste dommage. »

Pas de zèle inutile. Dernier point : « Il est fréquent que les jeunes diplômés des grandes écoles, férus d’innovation, poussent le zèle un peu loin et nous envoient leurs CV avec des logiciels trop pointus ou non commercialisés. Une fois chez nous, nous ne pouvons pas les ouvrir. Donc utilisez tout simplement Word afin de réduire ce genre de risque ! ».

Les codes du milieu

Dans votre candidature, indiquez avec précision les systèmes et logiciels que vous maîtrisez. Les technologies à la pointe varient en effet rapidement, et les besoins en « connaisseurs » avec elles. Actuellement, si vous « parlez » JAVA ou J2EE, vous serez reçu pour un entretien à coup sûr… même si votre CV n’est pas hors du commun par ailleurs. Avant de postuler, renseignez-vous précisément sur les « langages » informatiques recherchés.

Sommaire du dossier
Une lettre commentée Un CV commenté