1. 5 bonnes raisons de débuter dans une PME
Boîte à outils

5 bonnes raisons de débuter dans une PME

Envoyer cet article à un ami

“Jeune diplômé recherche premier emploi avec diversité des tâches, évolution fonctionnelle et salariale régulière.” Vous pourriez signer cette petite annonce ? Alors une piste s’ouvre à vous : celle des PME (petites et moyennes entreprises). Relations de travail moins formelles que dans une grande entreprise, hiérarchie plus directe, évolution plus rapide… les bonnes raisons de postuler dans une PME ne manquent pas.

Postuler dans une PME quand la plupart de vos camarades de promo rêvent de travailler chez L’Oréal, c’est déjà faire preuve d’originalité. C’est le choix qu’a fait Ludovic Fermely, diplômé en psychologie du travail, embauché juste après avoir obtenu son diplôme en octobre 2010, chez Nayan, un cabinet de conseil qui compte moins d’une dizaine de collaborateurs. “Pendant mes études, je rêvais de travailler chez Air France, et puis j’ai finalement eu peur de tomber dans la routine et de m’ennuyer, se remémore-t-il. Mon épanouissement personnel m’a paru plus important que de disposer d’un bon comité d’entreprise. J’ai donc préféré postuler auprès de petites entreprises, pour leur montrer ce que j’avais dans le ventre !”

Opter pour une PME : une manière d’affirmer sa différence


“Quand on a toujours tout réussi pendant ses études, il est rare que l’on se remette en question. On se rassure en allant chez Danone après avoir fait HEC, parce que c’est normal, personne ne vous le reprochera. Opter pour une PME, moins reconnue socialement et qui communique moins sur sa marque, c’est déjà être différent. C’est être capable de se demander : qu’est-ce que j’aime ? Pour quoi suis-je fait ?”, analyse Jean Pralong enseignant-chercheur à Rouen Business School, auteur d’une étude sur l’image du travail selon la génération Y.

Des entreprises plus attentives à la personnalité du candidat


Un autoquestionnement dont Pap’Amadou Ngom, fondateur, en 1990, de la SSII (société de services en ingénierie informatique) Des systèmes et des hommes (aujourd’hui 160 salariés) confirme l’importance. “Tout le monde n’est pas fait pour travailler dans une PME. Tout n’est pas normé ou codifié et cela peut être déstabilisant. D’où l’importance de réfléchir à sa carrière et de se poser les bonnes questions avant d’envoyer son CV : sur quels projets je veux travailler ? Quelles compétences techniques je veux développer ? À quelles relations de travail j’aspire ?…”
Des questions que ce dernier pose systématiquement aux jeunes candidats qu’il reçoit. Parce qu’au-delà du diplôme (et aussi parce qu’elles reçoivent moins de CV que les grandes entreprises), les PME sont plus attentives à la personnalité du candidat et à son potentiel de développement. “Nous recherchons avant tout de bons techniciens que l’on formera, diplômés d’écoles ou de l’université, peu importe”, explique Michel Koutchouk, directeur général d’Infotel, une SSII de 850 personnes.

Plus que le parcours d’études, ce sont les qualités qui sont jaugées


Vous avez donc une carte à jouer si vous voulez sortir du lot, vous démarquer dans votre travail… et que votre implication soit rapidement reconnue. Si vous avez un parcours d’études atypique, mais trois fois plus d’énergie et de motivation qu’un jeune diplômé “modèle”, les PME sauront aussi l’apprécier.
“Dans les métiers de la vente, c’est l’envie de gagner qui compte avant tout. Une qualité qui plaît beaucoup aux PME”, souligne Didier Perraudin, directeur associé d’Uptoo, un cabinet de recrutement. Michel Koutchouk estime aussi qu’il faut avoir “l’esprit entrepreneur pour travailler dans une PME, car il est impensable de ne pas être impliqué par les résultats financiers.”
Sommaire du dossier
Débuter dans une PME pour être plus impliqué et plus motivé Débuter dans une PME pour booster votre carrière Débuter dans une PME pour voir votre salaire évoluer plus vite Débuter dans une PME pour apprendre le métier de patron