1. Travailler chez Airbus : ce qu'il faut savoir avant de postuler
Boîte à outils

Travailler chez Airbus : ce qu'il faut savoir avant de postuler

Envoyer cet article à un ami
Les ingénieurs et les jeunes diplômés sont majoritairement recrutés chez Airbus Group (ici, l'A350, dernier-né du constructeur aéronautique européen). // © Airbus S.A.S.
Les ingénieurs et les jeunes diplômés sont majoritairement recrutés chez Airbus Group (ici, l'A350, dernier-né du constructeur aéronautique européen). // © Airbus S.A.S.

Entreprise préférée des élèves ingénieurs dans le baromètre Trendence 2015 des entreprises préférées des étudiants, Airbus Group attire fortement les jeunes diplômés. Comment se démarquer pour mettre un pied chez l'avionneur ? Thierry Baril, directeur des ressources humaines, livre ses conseils.

#1 Quelles sont les formations les plus recherchées ?


Durant les six dernières années, Airbus Group a recruté une très forte proportion d'ingénieurs et de jeunes diplômés dans le domaine aéronautique. Le groupe est aujourd’hui entré dans une phase de stabilisation de ses effectifs, après avoir recruté 2.200 personnes en 2014, mais s’intéresse à des profils tels que les Mastères Spécialisés (manufacturing, lean management, etc.), des formations en conception aéronautique, système ou électricité, quel que soit le niveau. Enfin, Airbus Group apprécie en particulier les doubles diplômes ingénieurs et écoles de commerce.

Des profils fortement qualifiés donc, mais pas seulement. "Nous ne sommes pas en monorecrutement, insiste Thierry Baril, le DRH d'Airbus Group. Nous intégrons aussi des agents de production [niveau baccalauréat professionnel et BTS, brevet de technicien supérieur, NDLR]. Par ailleurs, en 2014, plus de 1.500 jeunes en apprentissage ont été accueillis dans nos établissements en France. Nous formons également près de 350 jeunes dans notre lycée Airbus [à Toulouse]. Enfin, nous ne recrutons pas que des Français. Nous sommes engagés auprès de plus de 20 universités dans le monde, ce qui nous permet d’orienter les parcours de formation afin qu'ils correspondent au mieux à nos besoins. Pour Airbus Group, la diversité culturelle dans les recrutements est une dimension essentielle de notre politique de ressources humaines."

#2 Où trouver des offres de postes et de stages ?


Les propositions sont accessibles sur le site carrière d'Airbus Group. "Toutes nos offres sont en ligne, insiste le DRH. Le premier conseil que je donnerais à un jeune, c'est de ne pas hésiter à les consulter régulièrement." Les candidatures sont traitées par un service centralisé qui assure le sourcing, l'accueil, la sélection des CV et l’envoi des réponses.

#3 Une candidature spontanée a-t-elle une chance d'être traitée ?


"Nous recevons environ 200.000 candidatures par an. Ce qui est important, c'est de se porter candidat sur les offres. Les candidatures spontanées sont toujours une bonne chose mais au vu du grand volume de demandes, ce n'est pas nécessairement efficace."

#4 Faut-il parler plusieurs langues étrangères ?


Chez Airbus Group, comme dans beaucoup de grandes entreprises, maîtriser l'anglais est un minimum. "Parler plusieurs langues étrangères est toujours bienvenu", ajoute le DRH.

#5 Passe-t-on des tests ?


"Oui, il faut s'attendre à passer des tests lors d'une procédure de recrutement. Plutôt que des épreuves de compétences, il s'agit de mises en situation des candidats. Celles-ci sont très variables selon le poste visé et la formation d'origine [par exemple, le questionnaire de personnalité PAPI ou des tests de logique peuvent être utilisés]. Enfin, de manière plus classique, nous procédons à des vérifications de références", répond Thierry Baril.

#6 Comment se comporter en entretien de recrutement ?


Énergie et passion : tels sont les deux traits les plus appréciés chez Airbus Group. "Ce que nous allons tout de suite vérifier, c'est le niveau de passion pour notre métier et nos types d'activités. Les passionnés d'aviation sont des candidats que nous valorisons. D'une certaine manière, ils portent déjà Airbus Group dans leur cœur", détaille le DRH. L'énergie, l'adaptabilité, la curiosité, la capacité à bousculer les normes et les systèmes sont des marqueurs de personnalité favorisés en entretien. "Nous souhaitons recruter des personnes agiles, entrepreneuses, qui ont envie de pousser les systèmes et qui ont du relief", résume-t-il.

#7 Quelles sont les erreurs à éviter ?


"Le premier conseil que je donnerais, c’est de rester humble", assure Thierry Baril. Une certaine forme d'humilité et le développement de compétences multiples seront favorisés par rapport à la seule ambition de devenir "manager". En outre, il ne faut pas tout attendre de l'entreprise en termes de carrière et de formation. Le candidat doit se montrer prêt à construire son parcours et à développer ses connaissances en autonomie. De même, la capacité à ne pas s'enfermer dans son domaine d'expertise sera aussi regardée avec attention. "Pour un scientifique par exemple, il est important d'avoir de la culture générale", souligne le directeur des ressources humaines. Le manque d'empathie et d'ouverture aux autres sont également des éléments qui peuvent être rédhibitoires lors d'une candidature. Enfin, "attention au bluff ! Nous le repérons tout de suite", ajoute-t-il. Et de conclure : "Soyez ouvert, authentique et solidaire les uns avec les autres !"