1. Baromètre APEC : dur, dur pour les jeunes diplômés
Décryptage

Baromètre APEC : dur, dur pour les jeunes diplômés

Envoyer cet article à un ami

Seules 35 % des entreprises interrogées prévoient de recruter au moins un cadre au cours des trois prochains mois : c’est ce que révèle le baromètre APEC du 3e trimestre 2009. Pour Eric Verhaeghe, président de l’Association pour l'emploi des cadres, "ce chiffre est le plus bas jamais atteint depuis la création du baromètre en 2002".

Une concurrence accrue entre jeunes diplômés pour un premier emploi de cadre


Quant aux perspectives de recrutement de jeunes diplômés, elles perdent neuf points en un an et même quatorze points par rapport au pic atteint au troisième trimestre 2007 : 34 % des entreprises qui recrutent leur offrent ainsi des opportunités, contre 43 % un an plus tôt à la même période, et 48 % il y a deux ans.

Dans ce contexte, la concurrence risque d’être rude pour les jeunes diplômés issus des promotions 2009 qui aspirent à un premier emploi de cadre.

Des recruteurs particulièrement pessimistes


Le baromètre APEC révèle ainsi que les prévisions de recrutement au troisième trimestre 2009 chutent de neuf points (35 % contre 44 %) et tous les secteurs sont concernés par cette baisse, à l’exception du médico-social avec des prévisions de recrutement orientées à la hausse par rapport à la même période il y a un an.

Le secteur de l’informatique à son tour touché par la crise


L’industrie et la construction semblent avoir atteint un plancher tandis que les secteurs qui continuaient à résister enregistrent un net recul de leurs prévisions de recrutements. Ainsi, les prévisions dans l’informatique et la banque-assurance chutent respectivement de 17 et 15 points en un an.

Les entreprises recrutent essentiellement pour remplacer des partants


Parmi les entreprises qui continuent de recruter des cadres, 58 % font état d’une baisse du volume, par rapport à l’an passé, contre 24 % qui indiquent une stabilité et seules 18 % une progression. Le motif des recrutements est essentiellement le remplacement des partants.

"Ce décalage entre déclarations et réalisations est à suivre de près dans les prochains mois"


Et Eric Verhaeghe de constater : "Les déclarations des entreprises sont en phase avec les prévisions macro-économiques de l’APEC. Toutefois, dans cette période de crise, les recruteurs ont tendance à être particulièrement pessimistes. Ainsi, ils étaient 1 sur 3 au 2e trimestre à vouloir recruter. Dans les faits, ils ont été 1 sur 2 à le faire. Ce décalage entre déclarations et réalisations est à suivre de près dans les prochains mois."

Pour aller plus loin : Insertion professionnelle : une amélioration pour les diplômés d'écoles de commerce / Insertion pro : des résultats stables pour les ingénieurs et les managers