1. Jobs, Stages, Emploi
  2. Emploi : Nos conseils
  3. Les métiers de la banque et de la finance : comment postuler ?
  4. Quel impact de la crise sur les recrutements dans le secteur de la banque ?
Décryptage

Quel impact de la crise sur les recrutements dans le secteur de la banque ?

Envoyer cet article à un ami

À quelles questions devez-vous vous attendre en entretien d’embauche ? Quelles sont les bonnes formules dans les CV et lettres de motivation ? En plus de conseils généraux pour booster votre candidature, nous vous détaillons, à partir de vraies offres d’emploi, quels sont les termes à valoriser quand vous décrivez vos compétences face aux recruteurs.

Le marché du recrutement dans le secteur bancaire se porte bien au début 2010. Certes, à la fin 2008, la banque d’investissement avait gelé ses recrutements du fait de la crise économique et financière. Mais la banque commerciale, elle, poursuivait ses embauches. Elle demeure aujourd’hui encore un vaste champ d’opportunités. Avec près de 400.000 collaborateurs, la banque est l’un des premiers employeurs privés. C’est aussi l’un des premiers recruteurs en France, avec 30.000 personnes embauchées en 2009 et autant prévues en 2010.

Pendant la crise, les recrutements continuent


Les recrutements se poursuivent malgré la crise. Les départs à la retraite vous offrent toujours des opportunités, d’autant plus si vous êtes jeune diplômé et si vous avez opté pour un poste dans la banque de détail.

Les tendances au fort recrutement dans la banque de détail perdurent. La crise est certes passée par là. Elle n’a pas arrangé les recrutements dans le secteur de la banque. Globalement, ceux-ci ont été moins nombreux en 2009 qu’en 2008 (30.000 embauches en 2009 contre 35.000 en 2008). En 2008, le taux d’embauche (le pourcentage de personnes embauchées dans la population active) était de près de 8 %, selon l’enquête emploi de l’AFB (Association française des banques). Il était de 11 % en 2007. 2010 ne sera pas non plus une année exceptionnelle. Les entreprises annoncent des chiffres de recrutement similaires à ceux de 2009.

Toutefois, les banques françaises ont moins été touchées par la débâcle financière que les banques dans le monde et les volumes de recrutement restent importants. Du moins, si vous recherchez du côté des banques de détail plutôt que des banques d’investissement. Les trois quarts des 400.000 collaborateurs des banques en France travaillent en effet dans la banque de détail. Le reste se partage entre les métiers liés au traitement des opérations et les fonctions support au siège des banques.

L’aubaine du papy-boom


Malgré les difficultés conjoncturelles, les banques poursuivent leur politique de recrutement, boostée par les perspectives qu’offrent les remplacements liés aux départs à la retraite. "En raison des nombreux départs à la retraite et des forts besoins de commerciaux, les grandes masses de recrutements ne devraient pas être très affectées par la crise dans cette activité", assure Jean-Claude Guéry, directeur des affaires sociales à l’AFB. Jugez plutôt : un tiers des effectifs a plus de 50 ans dans la banque. On estime qu’un tiers des salariés de la banque partira à la retraite dans les 10 à 15 ans à venir. Ce sont autant d’opportunités pour vous si vous êtes jeunes diplômés, de niveaux bac+2 à bac+5. Les entreprises du secteur sont très friandes de ces profils et elles privilégient les contrats en alternance et les stages en guise de préembauche. Les jeunes de moins de 30 ans représentent d’ailleurs plus des deux tiers des recrutements dans la banque. L’aubaine du papy-boom pour ces jeunes diplômés devrait se poursuivre encore jusqu’en 2012.

De forts besoins en commerciaux


Le métier phare de la banque reste celui de commercial. C’est là que les carrières se font, c’est là aussi que les banques recrutent le plus. Près des trois quarts des emplois proposés par les banques sont ainsi des emplois commerciaux, avec pour mission principale de réaliser du chiffre d’affaires. Selon Pierre Lamblin, directeur des études et recherche de l’APEC (Association pour l’emploi des cadres), "les secteurs de la banque et de l’assurance ont embauché durant les 7 premiers mois de l’année 2009 plus de commerciaux qu’en 2008". La part dévolue aux forces de vente a en effet eu tendance à s’étoffer ces dernières années, au détriment des postes administratifs, en particulier les métiers liés au traitement des opérations. Ceux-ci représentaient plus du tiers des effectifs il y a 12 ans contre 27 % aujourd’hui.

Dans la banque de détail. En 2010, le groupe Crédit agricole, premier groupe bancaire en Europe, recrutera plus de 4.000 nouveaux collaborateurs en France et en CDI (contrat à durée indéterminée) (60 % de jeunes diplômés et 40 % de candidats expérimentés), 5.000 stagiaires et plus de 1.700 alternants. La majorité de ses recrutements se focalise sur la banque de détail en France, dans les caisses régionales de Crédit agricole et au LCL. Le groupe BNP Paribas recrutera, comme en 2009, de l’ordre de 3.000 contrats à durée indéterminée. "Les trois quarts de nos recrutements concernent des commerciaux et un quart des gestionnaires de back-office et des experts dans l’ensemble des métiers de la banque", explique Carole Sottel, responsable de la gouvernance internationale du recrutement chez BNP Paribas.

La Société générale annonce pour sa part un recrutement de 4.000 personnes en France en 2009, essentiellement pour son réseau bancaire qui comprend près de 3.000 agences et emploie, tous métiers confondus, plus de 60.000 collaborateurs. Elle table sur 3.100 embauches en 2010. Groupama table sur 3.000 embauches en 2010, 2011 et 2012. 90 % des 900 à 1.000 recrutements de LCL (chiffres pour 2009 mais également pour 2010) concernent des postes de commerciaux dans des agences. La Banque populaire va embaucher 1.300 personnes en 2010 quand la Caisse d’épargne va gonfler ses effectifs de 1.200 nouveaux employés. En 2010, la Banque postale compte lancer une campagne de 1.000 recrutements afin d’aborder une série de marchés sur lesquels elle n’opérait pas jusqu’ici, le crédit à la consommation avec la Société générale, ou l’assurance-dommages avec Groupama.

Dans la banque de financement et d’investissement. Les recrutements ne se comptent pas par milliers mais par dizaines dans chaque établissement, tout au plus. Ici, les jeunes talents sont moins recherchés que les profils de niches et les experts, en fusion-acquisition par exemple. La Caisse des dépôts reste tout de même le plus gros recruteur du secteur avec 5.171 personnes qui seront recrutées en 2010 sur des postes de gérant de portefeuille, expert-investisseur, ingénieur d’études, financiers.

Pour en savoir plus sur l’évolution des emplois dans la banque, consultez le site de l’AFB (Association française des banques).

100 CV et lettres de motivation pour tous les profilsPOUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux éditions l'Etudiant :
"Les métiers de la banque et de la finance", par Pascale Kroll.



Pour aller plus loin : Postuler dans la banque-finance : les clés d’une candidature réussie / Banque-finance : le banc d'essai des sites d'emploi spécialisés / Postuler dans la banque : un recruteur vous aide / Les conseils d'un pro de la banque-finance / Banque, finance, audit : ce que veulent les recruteurs

Sommaire du dossier
Retour au dossier Quel impact de la crise sur les recrutements dans le secteur de la banque ? Entretien d'embauche pour la finance : comment se démarquer ? Quels sont les conseils de base ? Banque : une fois embauché, comment s'intégrer dans l'entreprise ? Banque : que répondre au recruteur sur la connaissance du secteur et des produits ? Banque : que répondre au recruteur sur l'expérience, les compétences et la motivation ? Vous cherchez un job de chargé d’accueil Vous cherchez un job de chargé de clientèle/gestionnaire de patrimoine particuliers ou entreprises Vous cherchez un job de technicien des opérations bancaires/Agent administratif bancaire Vous cherchez un job de directeur d’agence bancaire Vous cherchez un job d’inspecteur bancaire Vous cherchez un job d’analyste financier / chargé d’études financières