1. Jeunes diplômés en banque, finance, audit : une variété de missions en analyse financière
Témoignage

Jeunes diplômés en banque, finance, audit : une variété de missions en analyse financière

Envoyer cet article à un ami

Ils font leurs premiers pas en entreprise, et sont souvent face à quelques surprises. Comment appréhender l'imprévu ? Quelles sont leurs premières sensations ? Ils partagent leur expérience avec vous.

Maxime Mallet est analyste financier sell side chez Natixis. Il est diplômé d’un MS finance ESCP Europe (2010) et de l’ESIEE (2009).

Depuis longtemps, je suis attiré par le métier d’analyste financier, situé entre la finance de marché et la finance d’entreprise, pour la diversité des missions qu’il implique. Je suis entré en stage chez Natixis, dans le pôle technologie, ce qui concordait parfaitement avec ma double formation (diplôme d’ingénieur et mastère spécialisé en finance).

Un poste de junior s’est ouvert durant cette période, et j’ai pu être embauché dans la continuité de mon stage. J’ai eu la chance d’être guidé par des professionnels de la finance lors de l’élaboration de mon projet professionnel. Ils m’ont permis d’acquérir une vision claire et concrète des différents métiers de la finance, avant de faire mon choix.


L’analyse, une qualité essentielle

Mon rôle est d’assurer, sous la supervision de mon senior, un suivi sectoriel et de couvrir plus précisément plusieurs valeurs européennes. Pour cela, je dois notamment effectuer une veille quotidienne des informations susceptibles d’influencer les cours de bourse, et rédiger des commentaires et des études pour appuyer notre opinion.

Pour réussir dans ce métier, il faut non seulement être doté d’une bonne capacité d’analyse, mais aussi avoir de la réactivité, une capacité d’adaptation élevée, des facilités pour l’expression orale et écrite, un excellent sens de l’organisation et une aptitude à gérer le stress.


Des sciences au commercial

Le principal avantage du métier d’analyste financier est sa diversité, puisqu’il intègre à la fois une composante scientifique, à base de réflexion et d’analyse "pure", mais également une composante commerciale très importante. En effet, les interactions avec les équipes managériales des sociétés, les vendeurs en interne ou encore les investisseurs sont quotidiennes.

Seul bémol : les horaires. Je peux être amené à avoir des journées très longues. Pour pouvoir se démarquer et asseoir sa crédibilité, il est essentiel de développer une culture financière solide, par exemple par le biais d’un mastère spécialisé pour les ingénieurs, et de nourrir un esprit critique prononcé.
Sommaire du dossier
Retour au dossier Jeunes diplômés en banque, finance, audit : une variété de missions en analyse financière Jeunes diplômés en banque, finance, audit : découvrir l’audit externe au Luxembourg Jeunes diplômés en banque, finance, audit : une évolution rapide Jeunes diplômés en banque, finance, audit : une fonction transverse dans le contexte des risques de marché