1. Négocier son premier salaire : quand et comment en parler ?
Coaching

Négocier son premier salaire : quand et comment en parler ?

Envoyer cet article à un ami
Renseignez-vous avant l'entretien sur les salaires pratiqués à votre poste et dans votre branche professionnelle. // © Fotolia
Renseignez-vous avant l'entretien sur les salaires pratiqués à votre poste et dans votre branche professionnelle. // © Fotolia

L’entretien s’éternise, le job vous intéresse et vous n'avez toujours pas abordé la question du salaire ! Ça vous démange et pourtant… vous n'osez pas ! Tant mieux. Inutile de se précipiter. Mieux vaut attendre que le recruteur en parle.

En général, on commence à parler salaire vers la fin du premier entretien ou du deuxième, c'est-à-dire une fois que votre parcours d'études et votre expérience auront été validés. Autrement dit, on discute d'argent une fois que votre profil intéresse le recruteur. S'il envisage de vous embaucher, il devra y mettre un prix. Et là, vous êtes en position de force pour annoncer vos prétentions !

Lancez-vous en fin d'entretien si le sujet n'a pas été abordé

Attendez-vous d'abord à une question ouverte, même si l'entreprise a déjà une idée assez précise de votre valeur, elle risque de vous poser une question assez classique, du style : "Quelles sont vos prétentions ?" Si toutefois le sujet n'est pas abordé, vous pouvez, vers la fin de l'entretien, lancer le débat, en demandant, par exemple : "À quelle rémunération puis-je prétendre ?" Ou encore : "Quelle est votre fourchette de salaire pour ce poste ?" Une telle demande est parfaitement légitime.

N'oubliez pas que vous êtes dans une négociation

Ne fermez jamais la discussion. Évitez les affirmations du type : "D'après mon école, je vaux 30.000 €. Je ne descendrai donc pas en-dessous." Mieux vaut avancer, par exemple : "Que pensez-vous de 30.000 € ?"

N'hésitez pas à faire référence à des enquêtes que vous avez consultées sur le salaire auquel vous pouvez prétendre à votre poste et dans votre secteur d'activité pour donner une fourchette de rémunération. Il est important de faire un travail de recherche sur ce sujet avant l'entretien. Votre recruteur appréciera de voir que vous vous êtes renseigné sur la question. Mais attention, maniez les enquêtes avec précaution : les fourchettes de rémunération fournies par les écoles sont souvent trop flatteuses, celles des associations d'anciens élèves datent, et celles des magazines concernent des jeunes diplômés en poste depuis 1 an. "Il faut soustraire 5 à 10 % pour obtenir des estimations de salaire correctes", souligne l'Apec.

Seul cas où vous pouvez être plus direct : lors d'un "speed recruiting"

Ces entretiens rapides sont une prise de contact, mais ne débouchent jamais sur une embauche directe. La situation vous permet donc d'aborder le sujet par vous-même. Et surtout de demander au recruteur ce qu'il en pense. C'est un moyen simple et efficace de vous informer sur les vrais salaires pratiqués, et surtout de savoir, si, en fonction de votre profil, vous êtes plutôt dans la fourchette haute ou basse.

Soyez réaliste dans vos prétentions en 2016
Ne donnez pas un montant trop bas mais n'exigez pas non plus un montant trop élevé. L'enquête 2015 de l'Apec sur le salaire des cadres à l'embauche le montre :
- 80 % des salaires à l'embauche des jeunes diplômés recrutés à des postes cadres se situent entre 23.000 et 36.000 €.

- En 2015, le salaire moyen d'embauche des diplômés bac+5 en 2014 était en baisse sur 1 an pour s'établir, brut, à 26.500 € par an contre 28.700 € pour la promotion 2013.
- Autre donnée à intégrer avant de vous risquer à faire monter les enchères : seuls 8 % des jeunes diplômés parviennent à négocier et obtenir une rémunération supérieure à celle proposée par le recruteur !

Sommaire du dossier
Retour au dossier Négocier son premier salaire : pourquoi est-il difficile de parler d'argent ? Négocier son premier salaire : quand et comment en parler ? Négocier son premier salaire : quel montant demander ? Négocier son premier salaire : 12 erreurs à ne pas commettre