1. Jobs, Stages, Emploi
  2. Emploi : Nos conseils
  3. Et si vous débutiez dans une petite entreprise ?
  4. Témoignage - Jérôme, directeur financier : « A 25 ans, j’étais responsable d’un centre de profit »
Boîte à outils

Témoignage - Jérôme, directeur financier : « A 25 ans, j’étais responsable d’un centre de profit »

Envoyer cet article à un ami

Des noms de grands groupes qui brillent au firmament du CAC 40, des produits grand public… La majorité des jeunes diplômés rêvent de faire leurs débuts dans des multinationales. Pourtant, opter pour une PME (petite ou moyenne entreprise), voire une TPE (très petite entreprise), peut aussi présenter des avantages si l’activité est prospère. A vous de miser sur la bonne structure !

Jérôme Fourest, 30 ans, est directeur financier de L’Atelier des chefs.

jerome fourest, directeur financierTenter l’aventure. Diplômé d’HEC en 2003, Jérôme Fourest a débuté sa carrière de manière classique, comme attaché de direction dans une société de services informatiques. "À la sortie de l’école, j’avais envie de monter ma société. Mais je n’avais ni les fonds nécessaires ni l’expérience suffisante pour me lancer", raconte-t-il. En 2005, à l’occasion d’une rencontre du Club des Entrepreneurs d’HEC, il fait la connaissance de Nicolas Bergerault, qui a fondé avec son frère François l’Atelier des Chefs. Créée en 2004, la société propose des cours de cours de cuisine dispensés par des chefs. Le courant passe et Jérôme décide de tenter l’aventure.

Le salaire, pas une priorité (pour un temps !). "J’ai été engagé pour diriger l’atelier de la rue de Penthièvre à Paris. À 25 ans, j’étais responsable d’un centre de profit, avec des responsabilités très variées : commercial, accueil des clients, gestion, relations avec les fournisseurs, ressources humaines… Il n’y a que dans une petite société que c’est possible !" Au passage, il accepte de voir sa rémunération mensuelle fondre de moitié. "Mais comme le variable constituait une partie importante de mon salaire et que l’activité était en pleine croissance, dès la première année, je m’y suis retrouvé !"

Sentiment d’appartenance. Responsable d’opération, responsable du développement, patron de la filiale à Londres et aujourd’hui directeur financier, il a changé tous les 9 mois de poste. "En plus de cette évolution rapide, j’apprécie l’ambiance, le sentiment d’appartenance à une équipe, la rapidité des prises de décisions et le fait que tout soit tourné vers l’action". En clair, pas question pour lui de retourner dans une grande entreprise. 

Sommaire du dossier
Retour au dossier Témoignage : David, ingénieur commercial : « J’ai l’impression de participer au quotidien au développement de l’activité » Témoignage - Jérôme, directeur financier : « A 25 ans, j’étais responsable d’un centre de profit »