Premiers pas dans l’entreprise : maîtriser les codes avant de les contester

Par Emmanuel Vaillant, publié le 23 Juin 2010
3 min

Jeunes diplômés de la génération Y, vous ne manquez pas d’atouts pour séduire les recruteurs, qui apprécient votre interconnectivité et reconnaissent votre inventivité. Seulement, votre impatience et certains comportements au travail tendent aussi, parfois, à les dérouter… De l’envoi du CV aux premiers pas dans l’entreprise, voici quelques pratiques à adopter pour éviter de commettre des “faux pas”.

L’impatience est un terme souvent utilisé par les recruteurs pour qualifier les jeunes diplômés de la génération Y. Impatients d’avoir des responsabilités, d’imposer leur rythme, d’éviter les tâches rébarbatives, de grimper dans la hiérarchie… Entre autres facteurs d’explication, "cette génération a intégré que l’entreprise est passée d’un contrat relationnel, stable dans la durée, à un contrat transactionnel sans promesse de parcours à long terme, avec un temps d’adaptation réduit", analyse Jean Marc Le Gall, consultant en stratégies sociales.

Prenez le temps d’observer et de comprendre


Or quand on est un jeune diplômé fraîchement embauché, il ne faut pas croire que tout est gagné parce le contrat est signé et la période d’essai engagée… Car cette impatience peut vite passer pour un manque de diplomatie, voire un manque d’humilité.

"Le mauvais comportement, c’est d’arriver dans l’entreprise en étant vite dans la critique non constructive sur l’organisation, les procédures, les manières de travailler", estime Cyril Capel, directeur associé du cabinet CCLD Recrutement. "Il faut savoir passer par une phase d’observation et de compréhension des modes de fonctionnement d’un univers de travail", conseille Benjamin Chaminade, expert en gestion de talents et créateur du blog Génération Y 2.0.

Adaptez-vous aux us et coutumes de l’entreprise


Côté hiérarchie, cette génération Y est réputée remettre facilement en cause les systèmes pyramidaux classiques qui prédominent encore souvent dans les entreprises, préférant travailler et agir sur un mode plus collaboratif.

"Ce qui diffère par rapport aux générations précédentes, c’est que ces jeunes diplômés ont tendance à discuter les ordres. Pas forcément pour les remettre en cause. Plutôt par souci de comprendre", explique Benjamin Chaminade. De quoi susciter quelques grincements de dents de la part des cadres en place qui ont leurs habitudes. Un conseil s’impose alors : faire profil bas le temps d’un apprentissage obligé des us et coutumes de l’entreprise.

Tirez tous les enseignements de votre premier emploi


Enfin, face à une entreprise qui peine à leur offrir un plan de carrière à long terme et par un mécanisme d’autodéfense, les jeunes diplômés peuvent être tentés de prendre ce qu’il y a à prendre, tout de suite, maintenant. À peine arrivés, déjà l’envie de partir… "Même si l‘entreprise a du mal à leur proposer une vision à long terme, conclut Benjamin Chaminade, les jeunes recrues ont tout intérêt à se projeter pour un premier emploi sur 2 ou 3 ans, en réfléchissant en termes d’acquis, profiter de ce qu’ils aiment faire, repérer ce qu’ils n’aiment pas…"

Consultez nos offres

Recruteur : déposer une annonce

Articles les plus lus

A la Une actu et conseils emploi

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !