1. Ils ont passé le BAFA
Témoignage

Ils ont passé le BAFA

Envoyer cet article à un ami

Sandra, Estelle, Andy, Antoine : tous ont décidé d’afficher "BAFA" sur leur CV. Ils vous racontent comment ils ont vécu cette formation et ce qu’elle leur a apporté.Sandra, 17 ans, terminale S, a passé le BAFA en 1 an.

"Comme je voulais pouvoir travailler dès l'été, j'ai passé, tout au long de l'année, les trois étapes du BAFA avec l'UFCV (Union française des centres de vacances). D'abord, le stage théorique à la Toussaint durant 8 jours. Nous étions un groupe d'une trentaine en internat du côté de Melun. C'était un peu une ambiance à la Star Ac'... Nous avons appris à nous connaître et à vivre ensemble. Tous les jours, il fallait proposer aux autres une activité différente, du type un "Dessiner c'est gagner... mais avec la main gauche"... Nous avons reçu aussi des cours plus théoriques sur la réglementation, la sécurité, les comportements des enfants.

Ensuite, j'ai effectué mon stage pratique à la montagne, en Savoie, durant les vacances de Noël et une partie en février. J'ai d'abord dû m'occuper du baby-club réservé aux moins de 2 ans, avec qui forcément je ne pouvais pas faire grand-chose, puis j'ai travaillé avec les 6-10 ans, beaucoup plus réceptifs aux jeux que je pouvais proposer. Enfin, la dernière étape de perfectionnement je l'ai passée durant les vacances de Pâques autour du thème "Découverte de Paris". Nous avons mis au point un grand jeu de piste dans l'île de la Cité pour apprendre à découvrir le quartier avec des questions historiques et des objets insolites à trouver.

L'année prochaine, j'intègre une école d'architecture alors pour moi, l'animation c'est juste un moyen plus ludique de gagner de l'argent. J'aime beaucoup le contact avec les enfants et surtout je voudrais encadrer des colos pour pouvoir partir à l'étranger. Une façon d'allier l'utile à l'agréable."
Sommaire du dossier
"On fait de l'animation par conviction, pas pour l'argent..." "Créer des échanges avec des enfants à l'étranger, sans parler la même langue" "Nous sommes des animateurs, pas des éducateurs"