1. Jobs, Stages, Emploi
  2. Emploi : Nos conseils
  3. L’intérim quand on est jeune diplômé : 7 bonnes raisons d’y penser
  4. L’intérim quand on est jeune diplômé : pour mettre un pied dans l’emploi
Boîte à outils

L’intérim quand on est jeune diplômé : pour mettre un pied dans l’emploi

Envoyer cet article à un ami

Faute de décrocher ne serait-ce qu’un entretien lors de sa quête d’un CDI, Bapé, 25 ans aujourd’hui, a poussé la porte de Page Personnel, agence de travail temporaire. "En une semaine et demie, j’avais trois entretiens !" s’étonne encore un an après ce titulaire d’un BTS (brevet de technicien supérieur) en comptabilité et d’une licence d’économie.

"Lors d’une première recherche d’emploi, les jeunes diplômés regardent d’abord exclusivement du côté des CDI avant d’ouvrir leurs recherches à l’intérim", remarque Étienne Paris, directeur du Bureau Experts, filière du groupe Adecco dédiée à l’intérim des cadres. Comme Bapé, plus de 90 % des intérimaires de moins de 25 ans n’avaient pas de travail lors de leur première inscription en intérim. Après un an en intérim, plus de la moitié d’entre eux a un pied dans l’emploi (34 % en intérim, 9 % en CDI et 8 % en CDD).


L'opportunité de compléter sa formation


Antoine, 23 ans, a également commencé à travailler en intérim. Avec l’idée de pouvoir suivre les formations spécifiques nécessaires pour travailler dans le nucléaire "parce que c’est bien payé". Après un BEP puis un bac professionnel MEI (maintenance des équipements industriels), il a d’abord commencé par "faire un peu de tout, de la manutention au travail à la chaîne en usine, sur un automate qui construit des pièces et des mortiers pour le bâtiment", balaie-t-il.

Un an après avoir quitté l’école, l’agence de travail temporaire lui a proposé une formation de mécanicien robinetier. En deux mois, il a validé "tout ce qu’il lui faut pour travailler dans le nucléaire", où il gère aujourd’hui la logistique, en tant que télémanipulateur dans une centrale, en CDI.


Une voie à privilégier quand on est peu diplômé

D’après François Roux, délégué général de Prism'emploi – le patronat de l’intérim – les jeunes peu ou pas diplômés (de niveau inférieur au bac) compteraient pour 60 % des 150.000 intérimaires de moins de 25 ans. "Une entreprise embauche rarement d’emblée un jeune diplômé en CDI, particulièrement avec un niveau V, c’est-à-dire CAP ou BEP. Dans ce cas, il est plus facile de commencer par des missions intérim, particulièrement dans le BTP et l’industrie", relève Sébastien Buffet du Groupe Randstad France. L’intérim reste donc une voie d’intégration importante pour ces jeunes.

Pour aller plus loin : Jeunes diplômés, 7 dispositifs qui facilitent votre insertion pro / Débuter grâce à l'intérim : bon plan ou pénalisant ?

Sommaire du dossier
Retour au dossier L’intérim quand on est jeune diplômé : pour mettre un pied dans l’emploi L’intérim quand on est jeune diplômé : pour affiner son projet professionnel L’intérim quand on est jeune diplômé : pour augmenter ses chances de décrocher un CDI L’intérim quand on est jeune diplômé : pour étoffer son CV L’intérim quand on est jeune diplômé : pour gagner plus, surtout dans les secteurs demandés L’intérim quand on est jeune diplômé : pour gérer son emploi du temps L’intérim quand on est jeune diplômé : pour ne pas souffrir d’une mauvaise ambiance de travail