1. BAFA : comment s’adapter aux enfants ?
Boîte à outils

BAFA : comment s’adapter aux enfants ?

Envoyer cet article à un ami

Vous avez votre BAFA, et vous vous lancez dans vos premiers jobs d’animateur. Comment appréhender les enfants ou ados que vous allez encadrer ? Que faut-il préparer ? Voici une série de conseils extraits du livre "BAFA, Mode d’emploi" d’Olivier Monod, publié aux éditions L’Étudiant.

Le boulot d’animateur regroupe beaucoup de vérités diverses. Selon la structure dans laquelle on l’exerce, et surtout selon le public auquel on s’adresse, la façon de travailler et le rapport aux jeunes peuvent se révéler très différents. Comme toujours dans ce secteur, il faut se faire son idée sur le terrain. Varier les publics et les structures pour trouver l’endroit où l’on se sent le plus à l’aise.

L’essentiel est là : se sentir bien pour dégager une confiance rassurante et ne pas se laisser déstabiliser. Cela dit, voici un avant-goût des différents publics auxquels un animateur peut être confronté et des qualités spécifiques qu’ils réclament.

Quel rôle jouer auprès des enfants ?

Ils ont en général entre 8 et 11 ans et nos charmantes têtes blondes quittent parfois papa et maman pour la première fois… Les enfants constituent le public le plus simple, selon Fabien, animateur de 27 ans. "On ne se pose pas de question sur l’attitude à adopter vis-à-vis des enfants, on doit toujours être derrière eux ! C’est simple, mais éprouvant."
Les enfants sont très attachés à leur parent. Loin d’eux, ils ont besoin d’un adulte référent qui leur sert de modèle et qui les assiste dans les nombreuses tâches qu’ils ne maîtrisent pas vraiment… Un bon test de parentalité !


Rigueur

Il faut toujours les surveiller : s’assurer qu’ils se lavent bien les mains avant de manger, les dents après, vérifier qu’ils s’endorment quand ils vont au lit, etc. Bref, il faut veiller, comment les parents le feraient avec leurs enfants, à ce que toutes les tâches quotidiennes soient effectuées. Et gare au relâchement !

"Il faut faire preuve d’une grande rigueur quotidienne avec les enfants, confirme Claire, animatrice de 24 ans. Je me souviens d’une colonie où les gosses avaient l’air très matures, j’ai eu tendance à leur faire confiance. À la fin du séjour, au moment de faire le sac, je me suis aperçue qu’une fille rangeait systématiquement ses affaires sales avec ses affaires propres… Il faut toujours faire attention, même s’ils ont l’air grands…"


Beaucoup d’affectif

À cet âge-là, que ce soit leur première expérience loin de leurs parents ou pas, les enfants cherchent souvent une maman (ou un papa) transitoire. Ils vont rapidement avoir leur animateur préféré, qu’ils appelleront en cas de problème ou de chagrin.

"Le lien affectif avec les enfants est souvent très fort lors d’une colonie, détaille Claire. Les enfants cherchent une figure de remplacement de leurs parents. Mais attention à ne pas trop s’investir non plus en tant qu’animateur. Une fois sur le quai de la gare, au retour, ils t’oublient complètement, sautent au cou de papa/maman et s’en vont sans même te dire au revoir ! Tu te retrouves toute seule au beau milieu d’une gare et les enfants avec qui tu avais noué un lien si spécial s’en vont sans se retourner. C’est toujours un peu triste…"

Avoir une grande imagination

La grande qualité des enfants pour un animateur est la suivante : ils gobent tout. Il peut leur faire croire n’importe quoi avec un peu de moyen et beaucoup d’aplomb. La forêt est pleine de gnomes verts assoiffés de sang ; Charlie a été enlevé par des monstres ; je suis un magicien… Tout est possible ! Le défi pour l’équipe d’animation sera donc de trouver des nouvelles histoires, merveilleuses, effrayantes ou rigolotes et de les mettre en scène devant des enfants ébahis. Et le rêve devient réalité.
Il était une fois… "Je me suis fait passer pour une princesse elfe pendant tout un séjour, se souvient Claire, les yeux pétillants. Pourtant mes oreilles pointues n’étaient pas spécialement bien faites, mais les enfants ont marché à fond ! Nous avons même organisé mon mariage pendant le séjour ! Les enfants y ont cru, c’était génial !" Pour vivre des moments intenses comme celui-là, l’animateur ne devra pas hésiter à s’oublier pour se déguiser, se laisser aller dans un imaginaire débordant et sans pour autant perdre le contrôle !
Sommaire du dossier
Retour au dossier BAFA : les qualités à avoir quand on est animateur Après le BAFA, que faire le 1er jour face aux enfants ? BAFA : existe-t-il des techniques de base de l’animation ? Métiers de l’animation : y a-t-il des jeux dangereux ? Peut-on être animateur sans le BAFA ? Après le BAFA, comment animer en accueil de loisirs ? Après le BAFA, comment animer en séjour de vacances ? Après le BAFA, comment animer en classes transplantées ? BAFA : comment s’adapter aux enfants ? BAFA : comment s’adapter aux ados ? BAFA : comment s’adapter aux tout-petits ? BAFA : comment s’adapter aux jeunes en difficulté sociale ? BAFA : comment s’adapter au handicap ? Sportif, j’hésite entre être animateur et éducateur sportif. Quelles sont les différences ? BAFA : quelles sont les erreurs de débutant à éviter quand on est animateur ? BAFD : comment devenir directeur ? BAFA : transmettre mon expérience, comment former les jeunes à l’animation ? Le BAFA aide-t-il à devenir enseignant ? BAFA : animateur, et si j’en faisais mon métier ? BAFA : les différents diplômes de l’animation