Droit : les conseils de Damien Chatard, collaborateur chez Dupiré & Associés

Par Olivier Van Caemerbeke, publié le 16 Octobre 2014
2 min

Damien Chatard est collaborateur chez Dupiré & Associés. Il est docteur en droit privé (université Paris 2, 2012) et titulaire d’un master DPRT (université Paris 2, 2010).

J'ai débuté ma carrière au sein d'un grand cabinet français spécialisé en droit social qui m'a permis de côtoyer l'ensemble du champ de la matière. J'ai ensuite rejoint le cabinet Dupiré & Associés avec la volonté de travailler sur des dossiers plus complexes, plus stratégiques, où le droit n'est qu'une composante d'un process global.

Le bon avocat est celui qui permet la conciliation de nombreux intérêts souvent divergents. Pour prendre l'exemple du droit social, doivent être conciliés le droit, la réalité économique et les enjeux humains. Au-delà, la plus grande difficulté de ce métier est la gestion du temps. Le temps de la réflexion et le temps du client ne sont pas toujours identiques et le temps consacré à la formation personnelle ne doit pas non plus être sacrifié.

Ce métier requiert de nombreuses qualités, parmi lesquelles la disponibilité et l'honnêteté ; honnêteté dans notre rapport au client, car tout n'est pas toujours possible et honnêteté avec soi-même ce qui permet une remise en question à chaque nouveau dossier. La dernière qualité que je citerais est la résistance au stress, celui-ci étant permanent.

Cherchez les formations d'excellence

En intégrant un cabinet, les évolutions de carrières peuvent avant tout être réalisées en interne, par promotion. Il faut être réaliste, si elles existent, les perspectives d'association sont de plus en plus restreintes. L'aventure individuelle peut également être tentée. Il faut aussi mentionner que l'avocat a une forte capacité de réorientation dans les entreprises où son expérience et ses qualités sont très appréciées.

Si je devais donner un conseil à un jeune diplômé, ce serait d'abord d'aller au bout de son parcours universitaire en cherchant les formations d'excellence qui sont des portes d'entrée formidables dans les cabinets. J'invite également les étudiants à compléter leurs parcours avec une thèse de doctorat, une école de commerce ou un IEP.

Enfin il est essentiel de savoir ce que vous voulez réellement et trouver le cabinet avec lequel vous êtes en accord intellectuellement et en confiance. Le montant de la première rétrocession ne doit pas être le critère premier de recherche.

Consultez nos offres

Recruteur : déposer une annonce

Articles les plus lus

A la Une actu et conseils emploi

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !