Deuxième conseil : explorer toutes les pistes, tous les réseaux pour atteindre les recruteurs

Par Julia Zimmerlich, publié le 25 Juin 2010
3 min

Décrocher son premier emploi dans la finance, mission impossible aujourd’hui ? Pas encore ! Guillaume, 26 ans, a réussi à passer entre les mailles du filet : moins de deux ans après sa sortie de Rouen Business School, il est en CDI à Londres après un VIE sur place en analyste en financement de projet. Ses conseils pour postuler dans le secteur, commentés par FMD Consulting, cabinet de recrutement spécialisé.

Premier réflexe à avoir pour trouver un job en finance, et notamment à l’étranger, selon Guillaume : multiplier les forums de recrutement. Le jeune homme avait par exemple participé aux rencontres de la Société Générale, organisées chaque année à la Grande Arche de la Défense. « J’avais improvisé un CV vidéo en anglais. Je pense qu’ils m’ont repéré comme ça. » Les sites de réseaux professionnels, tels que Linked-In ou Viadeo sont également de bonnes pistes à creuser pour multiplier les prises de contacts. « De manière générale, le réseau est la clé de tout. Sur les forums, en stage, via les réseaux sociaux, le réseau des anciens…tous les contacts sont bons à prendre. »

Penser aux « Graduate Programs »


La plupart des groupes bancaires propose des « Graduate Programs ». Ouverts aux jeunes diplômés bac + 5, ces parcours d’intégration accélérée permettent aux forts potentiels d’évoluer rapidement vers des postes de management. La saison des candidatures se clôture généralement en octobre/novembre pour un démarrage en septembre de l’année suivante. Il faut donc anticiper ! « Les dossiers sont longs à remplir, se souvient Guillaume. Je conseille de le faire en plusieurs fois pour ne pas bâcler sa candidature. Et surtout de faire relire son dossier par un anglophone. Il ne faut pas avoir peur de postuler même si on se retrouve en concurrence avec des diplômés des meilleures écoles anglo-saxonnes. Les profils école de commerce et master spécialisé sont très appréciés par les recruteurs étrangers. »

Pourquoi pas un VIE ?


Dernière piste à explorer pour un poste à l’étranger : le volontariat international en entreprise, « très courant dans le secteur ». Ce dispositif permet aux jeunes diplômés de partir pour une mission professionnelle à l'étranger dans une entreprise française. Les missions durent entre 12 mois et 24 mois et débouchent souvent sur une embauche, comme se fut le cas de Guillaume à la Société Générale.


Le commentaire de Patricia Bravin, directrice du cabinet FMD Consulting


Guillaume a les bons réflexes. Pour réussir dans ce secteur, il faut en permanence travailler son réseau. Il ne faut pas se contenter de postuler en ligne, sur le site des banques. Toute candidature doit être doublée d’un envoi personnel auprès de ses contacts (rencontrés sur un salon de recrutement ou un ancien de son école par exemple). Contacter les chasseurs de tête peut également être une piste. Même si les profils juniors ne sont pas le cœur de notre activité, il arrive que nos clients nous sollicitent pour des profils jeunes diplômés. C’est aussi un bon moyen de se faire repérer par les cabinets pour la suite de sa carrière.

Consultez nos offres

Recruteur : déposer une annonce

Articles les plus lus

A la Une actu et conseils emploi

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !