Troisième conseil : préparer ses entretiens d’embauche et les mises en situation

Par Julia Zimmerlich, publié le 25 Juin 2010
2 min

Décrocher son premier emploi dans la finance, mission impossible aujourd’hui ? Pas encore ! Guillaume, 26 ans, a réussi à passer entre les mailles du filet : moins de deux ans après sa sortie de Rouen Business School, il est en CDI à Londres après un VIE sur place en analyste en financement de projet. Ses conseils pour postuler dans le secteur, commentés par FMD Consulting, cabinet de recrutement spécialisé.

Pour décrocher son VIE (volontariat international en entreprise) en financement de projet à Londres, Guillaume a passé trois entretiens : un avec un chargé de recrutement, un avec un opérationnel et un denier avec un cabinet de recrutement. Pour se préparer, Guillaume s’est beaucoup documenté sur le métier de financement de projet, via des revues professionnelles et tout simplement « en tapant project finance dans Google.»

Des mises en situation en anglais


Selon lui, « les Anglo-saxons ne cherchent pas à déstabiliser les candidats. Le manager prend le temps d’écouter puis explique son business et ses attentes. Il n’y a pas de question technique, comme c’est souvent le cas en France.» En revanche, il y a plus de mises en situation. Par exemple, Guillaume se souvient avoir été testé, en anglais, sur la question suivante : « Votre client souhaite construire un pipeline en Ukraine. Quels sont les points à vérifier en priorité ? ». « Mon anglais a certainement été un gros atout dans ma candidature. Après un an et demi de stage passé à l’étranger, j’étais totalement bilingue. »

Guillaume a également passé des tests de logique et des tests psychologiques avec un cabinet de recrutement. « Ce n’est pas compliqué, mais il faut s’entraîner sur les tests blancs proposés par le site www.efinancialcareers.fr. Sinon on stresse rapidement à la vue du temps qui défile. »

Le commentaire de Patricia Bravin, directrice du cabinet FMD Consulting


Les entretiens avec les Anglo-saxons ne sont pas forcément moins techniques. La différence d’approche est liée au manager et à la culture de l’entreprise. Pour certains métiers très pointus, comme celui de trader par exemple, les compétences techniques du candidat sont obligatoirement testées lors de l’entreti

en. 

Consultez nos offres

Recruteur : déposer une annonce

Articles les plus lus

A la Une actu et conseils emploi

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !