1. Elle chapeaute un réseau étudiant d’associations écologistes
Portrait

Elle chapeaute un réseau étudiant d’associations écologistes

Envoyer cet article à un ami
Oriane, présidente du REFEDD, gère ce réseau de plus d'une centaine d'associations étudiantes. // © Delphine Dauvergne
Oriane, présidente du REFEDD, gère ce réseau de plus d'une centaine d'associations étudiantes. // © Delphine Dauvergne

LES JEUNES ONT DE L'AVENIR ! À 22 ans, Oriane Cebile préside le Réseau français des étudiants pour le développement durable (dit "REFEDD"). Son engagement a débuté à Sciences po Paris, à la tête de l’association de l’école consacrée à l’environnement.

Curieuse de tout, Oriane Cebile, a commencé à s'intéresser à l'environnement au lycée. "Les enjeux autour du développement durable m'interpellaient, ainsi que les solutions qui existaient", se souvient la jeune femme de 22 ans. À Sciences po Paris, elle découvre le monde associatif au contact des organisations étudiantes, mais ne s'engage pas encore.

C'est lors de sa 3e année, passée en Australie, qu'elle devient bénévole pour l'ONG internationale Oxfam, qui lutte contre la pauvreté. "Je travaillais beaucoup sur le commerce équitable, la mode éthique, ou encore les impacts du changement climatique sur l'agriculture", raconte Oriane.

À son retour en France, elle poursuit son engagement associatif au sein de Sciences po environnement. "L'action principale de l'association étudiante consiste à organiser des événements de sensibilisation sur le campus, des conférences, des campagnes sur le tri et la gestion d'énergie, ou encore co-gérer une cafétéria bio", détaille l'étudiante. Avec le recul, elle concède qu'il a été "plus facile de commencer par entreprendre des actions à l'échelle de son école".

Une double casquette associative

En janvier 2014, elle devient présidente de Sciences po environnement, et enfile, quelques mois plus tard, la casquette de présidente du REFEDD, à l'été 2014. Ce poste est réservé à l'un des dirigeants de la dizaine d'associations administratrices du réseau regroupant une centaine d'associations étudiantes orientées vers le développement durable. Elle abandonne cependant la présidence de Sciences po environnement en septembre 2014, pour se consacrer à sa nouvelle fonction.

"Le monde étudiant est une force essentielle pour construire le futur", assure Oriane. Le réseau organise des événements, comme ses Rencontres nationales, pour faire émerger de nouvelles idées mais propose aussi des formations aux étudiants pour que leurs projets prennent de l'ampleur.

Le rôle d'Oriane est de porter la voix du REFEDD à l'extérieur, de rencontrer les partenaires, mais aussi d'animer l'équipe gérant le réseau. "Cette activité bénévole me prend au moins 30 heures par semaine. Pas évident de gérer ça en parallèle de ma dernière année à Sciences po...", admet-elle. Autre difficulté : la gestion de l'administratif et du financement. "Je n'y connaissais rien", avoue-t-elle.

Des clés vertes en main pour la suite

Reste qu'elle juge cette expérience très formatrice. "Savoir comment fonctionne une association, être plus à l'aise pour présenter ses idées, être auditionnée à l'Assemblée nationale, participer et co-organiser la COY (Conference of Youth)... Tout cela ne s'apprend pas en cours." Autre avantage, elle connaît désormais bien le secteur du développement durable et s'est bâti un solide carnet d'adresses.

Oriane sera diplômée cet automne 2015 d'un master de Sciences po, avec la spécialité Politiques de l'environnement. Elle espère ensuite trouver un emploi dans le secteur des politiques publiques du développement durable. Un choix très cohérent avec son parcours.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Ces élèves ingénieurs mesurent la qualité de l’air avec une plante Cette jeune diplômée porte la voix des Jeunes Écologistes Cette étudiante en école de commerce est responsable d’un label écolo Elle chapeaute un réseau étudiant d’associations écologistes