1. Mémoire, rapport de stage : la rédaction, un enjeu affectif
Décryptage

Mémoire, rapport de stage : la rédaction, un enjeu affectif

Envoyer cet article à un ami

Quand on se représente le mémoire ou le rapport de stage, la rédaction apparaît logiquement comme le point culminant du travail. Pour les étudiants qui se sentent mal à l’aise à l’écrit, il y a de quoi appréhender le moment de coucher son devoir sur le papier. Les conseils de Myriam Greuter, extraits de Bien rédiger son mémoire ou son rapport de stage, publié aux éditions l’Etudiant.

Rédiger mémoire rapport stageEn réalité, quand on interroge les étudiants qui sont passés par là, la rédaction est rarement évoquée comme une source de problèmes majeurs. Cela ne signifie pas pour autant qu'elle ne pose aucune difficulté.

« Écrire c'est affirmer un projet qui va exister devant les yeux des autres, appeler leur jugement. Écrire, c'est aussi parfois un moyen de se faire aimer. » Ces mots de Jean-Pierre Fragnière, dans son guide Comment réussir un mémoire (Dunod, 2009), montrent bien l'émotion qui peut être investie dans un texte par celui qui l'écrit. C’est effectivement votre texte qui va être jugé.

Quand on rédige un rapport de stage ou un mémoire, la première difficulté consiste donc à surmonter son appréhension et à bien utiliser son affectivité, afin de résoudre plusieurs problèmes, tels que la gestion du temps d'écriture ou l'angoisse de la page blanche.

Sommaire du dossier
Mémoire, rapport de stage : la rédaction, un processus lent Mémoire, rapport de stage : l’angoisse de la page blanche Mémoire, rapport de stage : la bonne longueur Citation, plagiat et paraphrase, quelles différences ?