1. Négociation salariale, augmentation et avantages : profiter (en finesse) de ce que l’entreprise peut offrir
Boîte à outils

Négociation salariale, augmentation et avantages : profiter (en finesse) de ce que l’entreprise peut offrir

Envoyer cet article à un ami

Pour réussir votre négociation salariale, ne vous limitez pas à regarder votre fiche de paie. Pensez aux multiples avantages que peut vous offrir votre entreprise : ordinateur dernier cri, BlackBerry, voiture de service ou de fonction… Pascale Kroll, auteur du livre "Survivre au bureau" vous donne ses astuces pour que votre patron se transforme en père Noël. Extraits.

C’est une lapalissade : chacun souhaite percevoir le salaire le plus élevé possible. Voici nos conseils pour négocier au mieux, finement et sans heurts.


Aucune raison de se serrer la ceinture

Certes, la crise est passée par là. Bien sûr, "Chef" vous a expliqué qu’en ces périodes de vaches maigres, il fallait vous serrer la ceinture et faire contre mauvaise fortune bon cœur. Mais certains salariés ont réussi, au plus fort de la tourmente, à décrocher une augmentation. Pour être de ceux-là, évitez les pièges courants de la négociation.
Les patrons ne refuseront jamais de payer ce qu’il faut pour obtenir et retenir les talents qu’il leur faut. D’autant que 2010-2011 est synonyme d’une éclaircie sur le front des augmentations salariales, avec notamment 2,5% d’augmentation pour les cadres. C’est le résultat de l’étude Mercer sur les salaires 2010, réalisée auprès de 300 grandes entreprises. Elle annonçait, en octobre 2009, une enveloppe globale de 2,5% en 2010 pour les cadres (contre 2,3% l’année précédente, et 3,5% en année "normale"). Une entreprise sur 4 prévoit encore des gels de salaire (contre 30% l’an passé).
Le retour des augmentations individuelles. Après le règne des augmentations générales, l’heure est aux augmentations individuelles. Il s’agit en effet de retenir ceux que la concurrence va désormais s’escrimer à chasser en premier. Une bonne nouvelle donc, du moins pour ceux d’entre vous qui avez un profil recherché. Les jeunes et moins talentueux connaîtront encore en 2010-2011 une forte tendance à la pression interne pour la stagnation des salaires.


Les 5 erreurs des novices de la négociation

Voici les erreurs à éviter lorsque vous voulez demander une augmentation de salaire à votre patron.
Négocier en même temps que tout le monde. "La 1ère règle est de ne pas négocier en décembre ou en juin lorsque tout le monde réclame, explique Daniel Porot, conseiller en gestion de carrière et recherche d’emploi et auteur de "101 secrets pour bien négocier son salaire… ou une augmentation" (Éditions L’Express). Les parts individuelles du gâteau seront automatiquement plus petites. Mieux vaut préférer une période de l’année durant laquelle vous aurez réalisé un travail supplémentaire."
Demander une augmentation sans argumentaire financier. "Il faut attendre d’avoir réalisé quelque chose qui va au-delà de votre cahier des charges, indique le spécialiste. Il faut négocier à partir d’un argumentaire financier justifié après avoir mesuré votre valeur ajoutée en termes d’augmentation de gains, de réduction des coûts et d’erreurs évitées."
Donner des leçons de morale et menacer. Souplesse et entente. Tels doivent être les 2 maîtres mots de votre négociation salariale. Celle-ci doit se faire de telle sorte que les 2 parties soient gagnantes. En toutes circonstances, il est important d’être à la fois ferme et raisonnable. N’oubliez pas que le but est de conclure une entente satisfaisante. Alors, employez votre énergie à trouver des solutions et à proposer un arrangement qui vous convienne. Et évitez toute attitude conflictuelle ou agressive. Évitez les phrases telles que : "Ce n’est pas juste", "Des études montrent que…", et les revendications syndicalistes.
Annoncer un chiffre le premier. Daniel Porot considère que, en négociation de salaire, le premier qui parle est le plus vulnérable. Selon lui, le fait d’attendre que votre interlocuteur se découvre vous permet, entre autres, d’obtenir une proposition de salaire plus élevée que celle que vous aviez prévue, de continuer à négocier sans vous découvrir.
Utiliser le bluff. Beaucoup disent qu’on leur a fait une proposition plus intéressante ailleurs. "Ce n’est pas une bonne idée, estime un consultant d’un cabinet de recrutement spécialisé dans les commerciaux. C’est, au minimum, maladroit dans la forme. L’esprit d’aujourd’hui est de tout mettre en œuvre pour montrer sa motivation pour le poste. Il est actuellement très rare que l’employeur renchérisse et cette méthode peut le faire partir. Et si l’on vous dit de prendre l’autre offre, vous serez bien embêté."


Le salaire d’entrée : êtes-vous dans la moyenne ?
Voici la médiane (la moitié des jeunes touche une rémunération supérieure, l’autre moitié une rémunération inférieure à ce montant) et la moyenne des salaires bruts annuels que touchent les jeunes diplômés de 2008 en emploi en 2009, selon la nature de leurs études :

École d’ingénieurs, École de commerce, Université
Médiane 32.000 31.000 24.600
Moyenne 31.700 31.200 26.700

Source : "Les jeunes diplômés en 2008 : situation professionnelle en 2009", APEC, octobre 2009.     

Sommaire du dossier
Négocier son salaire : la méthode gagnante Intéressement, actions, épargne salariale : augmenter son salaire autrement Profiter du comité d’entreprise et des autres avantages en nature