1. Opération Phénix : comment se passent les entretiens
Boîte à outils

Opération Phénix : comment se passent les entretiens

Envoyer cet article à un ami

Depuis 2007, l’opération Phénix permet à des diplômés de masters 2 Recherche Lettres, Sciences Humaines et Sciences d’accéder par une voie atypique à des postes en CDI chez Axa, Bred, Coca-Cola Entreprise, Danone ou L’Oréal. Plusieurs nouveautés cette année : l’ouverture aux profils scientifiques, qui rencontrent des problématiques assez similaires aux littéraires et l’arrivée de Leroy Merlin et Vinci. Une occasion à saisir, même si le dispositif reste encore timide, puisque seulement 180 diplômés ont été recrutés depuis son lancement en 2007.

Préparez-vous à expliquer vos choix

Après avoir postulé en ligne, vous pourrez être convoqué à un ou plusieurs entretiens de recrutement. Celui-ci se déroule de manière classique : le recruteur va chercher à savoir pourquoi vous êtes là, quelles sont vos motivations. Le pire serait ne pas savoir quoi lui répondre… D'où la nécessité de pouvoir expliquer ses choix d'études et de mettre des mots sur ce qui vous intéresse dans le poste proposé : travailler en équipe, rédiger des rapports de synthèse, être en relation avec les salariés des différents services de l'entreprise…

D'autre part, le candidat doit aussi réfléchir à ce qu'il pense pouvoir apporter à l'entreprise, ce qui nécessite d'avoir “fait un travail de transposition, souligne Bernard Deforge. Le candidat doit réfléchir aux qualités que ses études lui ont permis d'exercer.” En effet, une entreprise ne recrute pas un historien ou un sociologue doté de savoirs pointus dans son domaine, mais un professionnel capable d'interagir avec les autres, de gérer un projet… Autrement dit, il vous faut passer des connaissances aux compétences. Certaines universités ont rédigé des guides des compétences comme celui de Lille 2 qui peuvent vous aider à effectuer cette transposition.

Par exemple, avoir rédigé un mémoire de master suppose d'avoir acquis des méthodes pour organiser son travail mais aussi sa pensée, et de savoir s'exprimer clairement. De même, analyser un texte avec un regard critique, comparer plusieurs documents, hiérarchiser des informations ou classer ses connaissances sont autant de compétences qui peuvent être utiles en entreprise sur d'autres sujets que ceux étudiés à l'université.

À savoir : certaines entreprises profitent de l’entretien pour évaluer le niveau d’anglais des candidats, qui compte de plus en plus aujourd'hui dans la sélection. Des bases (bon niveau de terminale) sont indispensables, il peut donc être utile de réviser un peu avant l’entretien.

Ne pas se censurer

Dernier conseil de Bernard Deforge, de PwC : “Il ne faut pas que ces candidats soient complexés par leur parcours. Ils doivent le valoriser, mettre en avant leur personnalité, leurs qualités humaines. Surtout, qu’ils ne se censurent pas ! Les petits jobs comme vendeur de glaces à la plage sont toujours des expériences enrichissantes à mettre sur un CV.”

Elles le sont encore davantage lorsque vous vous êtes investis dans l'organisation d'un festival ou d'une régate, activité qui témoigne de capacité à gérer un projet.

Début juillet, les entreprises contacteront les candidats pour leur faire part de leur décision. Elles ne communiquent pas entre elles sur leurs résultats : certains pourront donc recevoir 1, 2 ou même 3 propositions d’embauche. Heureux élus, ils n’auront plus qu’à faire leur choix !
Sommaire du dossier
Retour au dossier Opération Phénix : ce qu’il faut savoir avant de postuler Opération Phénix : comment se passent les entretiens Cyril, 25 ans, des origines du mouvement monastique... au service commercial d’Axa. Opération Phénix, que sont-ils devenus ? Trois anciens racontent Vidéo : Opération phénix, quand les jeunes diplômés rencontrent les entreprises