1. Premier job, première claque
Enquête

Premier job, première claque

Envoyer cet article à un ami

Diplôme en poche, vous avez décroché il y a quelques mois votre premier emploi. Une aubaine en ces temps difficiles ! Malheureusement, vous envisagez déjà de quitter ce poste décevant, difficile, voire trop éloigné de vos attentes. Conseils d’experts pour rebondir face à ce premier échec.

On parle souvent des 100 jours de grâce en politique, c’est vrai aussi dans le monde du travail…Les jeunes diplômés qui, une fois l’euphorie du recrutement passé, sont déçus voire insatisfaits de leur premier job sont plus nombreux qu’on ne l’imagine. Problème d’intégration à l’équipe, déception quant aux missions confiées, charge de travail exorbitante, mise sur la sellette rapide face à des restructuration internes… les raisons peuvent en être nombreuses.

Alice fait partie de ces jeunes recrues déçues. Fraîchement diplômée d’une célèbre école d'attachée de presse, elle intégre rapidement un bureau de presse spécialisé dans le secteur du luxe. Rédiger un communiqué de presse, appeler les médias, établir un calendrier rédactionnel... la jeune femme maîtrise toutes les tâches essentielles du métier et pense donc arriver très armée sur le marché du travail. Et pourtant...

Epuisée, Alice donne sa démission


Dès le premier jour, on la miet très vite au parfum : malgré son diplôme d'une école reconnue par le milieu, elle devra faire preuve d’humilité. Pendant plusieurs mois, la jeune femme se plie donc aux exigences de sa patronne qui lui impose notamment d’avoir un tailleur différent chaque jour, d’être disponible très tard le soir "puisque la mission d’attaché de presse se poursuit au-delà de l’événement" et d’aller, entre autres, lui chercher ses billets d’avion... Nous ne sommes pas dans le film "Le Diable s’habille en Prada", mais bien dans la réalité.

Alice raconte : "Au début, je me suis donnée à fond dans ce boulot. Je ne rentrais jamais chez moi avant 22 h et je travaillais le week-end. Pour ma directrice, je n’en faisais jamais assez. Un matin, en allant au travail, j’ai été prise d’un vertige. Je me suis dirigée vers une pharmacie. La pharmacienne m’a proposé de m’asseoir, elle m’a donné un verre d’eau et un sucre. Je me suis mise à pleurer comme une madeleine. J’étais à bout de forces... Une semaine plus tard, je donnais ma démission."

Si vous vous reconnaissez dans ce parcours, consultez les conseils d'experts, dans ce dossier, avant de prendre une décision radicale.

Sommaire du dossier
Vous êtes déçu par le poste Vous êtes en conflit avec votre manager Vous n’arrivez pas à vous fondre dans la culture de l’entreprise Vous croulez littéralement sous le travail Vous êtes licencié suite à une restructuration interne