Recherche d’emploi : toute langue est-elle bonne à dire ?

Par Céline Manceau, publié le 18 Mars 2011
6 min

Vous avez des origines russes, chinoises, portugaises, basques, arabes, néerlandaises… ? Doivent-elles figurer sur votre CV lorsque les langues de ces pays ne vous sont pas étrangères justement ?

Toute connaissance d’une langue étrangère est en soi une compétence… Et pourtant, au-delà de l’anglais, de l’espagnol et de l’allemand, certains d’entre vous omettent de préciser, dans leur CV, qu’ils parlent aussi arabe, chinois ou portugais. Tout simplement parce que ces langues n’ont pas été apprises à l’école, mais dans le cadre familial.

Le russe, le chinois, l’arabe, le portugais, sont demandés


"J’avais en main le CV d’une jeune candidate, originaire du Maroc, parfaitement bilingue français-anglais. Je l’ai présenté à mon client, une société à dimension internationale, dans le haut-de-gamme. Je ne savais pas qu’elle maîtrisait aussi l’arabe. Elle en a parlé lors de l’entretien. Or, cette entreprise travaillant beaucoup avec le Maghreb, les compétences linguistiques de la candidate ont fait la différence lors de son embauche", raconte Sylvain Marbeuf, directeur senior chez Page Personnel, un cabinet de recrutement. Ce dernier conseille donc de toujours indiquer dans un CV les différentes langues maîtrisées. "D’autant que depuis 4 à 5 ans, mondialisation oblige, nos clients sont de plus en plus demandeurs de profils ayant des compétences en arabe, en chinois, en russe et en portugais", poursuit-il. Et cela vaut pour les grands groupes, comme pour les PME. Pour tous types de postes. Si l’entreprise a délocalisé son service de facturation en Inde, au sein du service comptabilité, l’anglais sera exigé mais parler indi peut faire la différence.

Arabe parlé ou littéraire ?


Le recruteur ne vous demande pas nécessairement de bien maîtriser ces langues que lui-même souvent ne connaît pas ! Mais comme il ne pourra pas vérifier votre niveau, il est important d’être précis sur vos compétences. Si vous écrivez  "langue maternelle ou paternelle" : un recruteur pensera que vous êtes bilingue. Ce n’est peut-être pas ce que vous vouliez dire par là… Sur le cas de la langue arabe notamment, il convient de faire une différence entre l’arabe parlé et l’arabe littéraire. "L’arabe littéraire ne s’apprend pas oralement mais à l’école et quand une entreprise nous contacte pour recruter un candidat qui maîtrise l’arabe, ça ne peut être que l’arabe littéraire", précise Mariam Khattab, responsable recrutement chez Mozaïk RH, un cabinet de recrutement spécialisé dans le placement et l’accompagnement de jeunes diplômés issus de la diversité.

Comment être franc avec son niveau ?


Si vous avez appris la langue, par oral, sans prendre de cours, et que vous vous sentez incapable de tenir une conversation professionnelle. Évitez d’indiquer l’expression "notions", trop floue. Utilisez plutôt votre bagage linguistique comme la marque d’une ouverture culturelle. Dans ce cas, vous pouvez placer les informations dans la rubrique centres d’intérêts, plutôt que dans la rubrique langues du CV. Et indiquer, par exemple, le temps cumulé passé dans le pays, ou/et votre lien de parenté avec cette langue. "La connaissance d’une langue maternelle, même sans la maîtriser, illustre toujours une forme d’ouverture d’esprit et de fidélité à ses origines. Elle permet aussi à l’entreprise de se dire qu’il sera plus facile, si besoin, de former ce candidat dans une langue qu’il connaît déjà un peu", insiste Jean-Marc Mickeler, associé responsable de la marque employeur chez Deloitte.

Si vous êtes capable de lire un article ou un rapport, de rédiger des mails ou de tenir une conversation, annoncez un niveau "opérationnel". Et si vous êtes bilingue, le plus simple consiste encore à traduire votre CV dans les 2 langues.

Et si je parle basque ou tamoul ?


Dans le cas où vous parleriez une langue vraiment très rare, d’un point de vue strictement professionnel, cette compétence ne vous sera d’aucune utilité. Qu’il s’agisse d’un dialecte connu dans un village africain de 200 habitants ou d’une langue régionale (basque ou alsacien)… Faut-il alors le préciser sur votre CV ?

"Quand on cherche du travail, il faut être à l’écoute du marché et des besoins des recruteurs, rappelle Mariam Khattab. Un CV sert avant tout au recruteur à valider que le candidat possède les compétences pertinentes requises pour le poste. Quand on répond à une annonce, on n’est pas obligé d’indiquer toutes ses connaissances linguistiques si ce n’est pas directement utile". Si vous parlez breton, ce sera un plus uniquement si vous postulez à Rennes ou à Vannes. Dans le cas contraire, vous enverrez juste un message fort sur votre intérêt pour ou votre appartenance à une communauté. Une information qui peut jouer entre votre faveur ou pas.... Le recruteur pourrait être déstabilisé par une affirmation trop marquée de votre personnalité, alors qu’un CV doit avant tout le rassurer. Peut-être vaut-il mieux ne pas prendre de risque inutile. "Le but d’un CV n’est pas de révéler toute la vie du candidat. Si la maîtrise des langues n’est pas une valeur ajoutée pour le poste ou l’entreprise, le candidat peut garder ces informations pour l’entretien", souligne Guillaume Verney-Carron, dirigeant du cabinet Personalis. "Au niveau du dépouillement des CV, la connaissance d’une langue peu usitée n’aura pas d’utilité. En revanche cette information peut faire l’objet d’une question à l’oral qui peut rapporter des points au candidat", confirme Jean-Marc Mickeler, associé responsable de la marque employeur chez Deloitte. D’où l’adage : il faut parfois mieux garder sa (ou ses) langue(s) dans sa poche !


Le CV vidéo : un bon moyen de s’exprimer dans plusieurs langues
Le cabinet Mozaïk RH propose gratuitement, grâce à un financement de l’Union européenne, la réalisation de CV à des jeunes diplômés issus de la diversité. C’est un bon moyen de souligner ses compétences linguistiques. "Mais attention, on ne peut faire qu’un seul CV en vidéo, il faut donc faire des choix et garder l’essentiel de ses compétences. D’autant que les candidats que nous filmons disposent de 60 secondes seulement pour convaincre", souligne Laurence Amiel, responsable des CV vidéo chez Mozaïk RH. La plupart font souvent le choix de s’exprimer uniquement dans une autre langue. Mais c’est déjà un bon début pour accrocher un recruteur à qui il restera encore des choses à découvrir lors de l’entretien. 

Consultez nos offres

Recruteur : déposer une annonce

Articles les plus lus

A la Une actu et conseils emploi

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !