1. Jobs, Stages, Emploi
  2. Emploi : Nos conseils
  3. Recrutement : quand les candidats sont mis en situation
Boîte à outils

Recrutement : quand les candidats sont mis en situation

Envoyer cet article à un ami

Jeux de rôle, simulations, mises en situations, assessment center… Ces dispositifs de recrutement sont couramment utilisés par certaines entreprises qui « testent » leurs candidats. Mieux vaut connaître les règles de ces jeux bien particuliers.

A croire que le CV et la lettre de motivation ne suffisent plus ! Depuis quelques années, nombre de recruteurs mettent en place des dispositifs qui évaluent les candidats in situ, c’est-à-dire en conditions de travail, histoire d’observer sur pièce leurs aptitudes, leurs façons de se comporter, leur "savoir être"…

A tous les niveaux de recrutement


"Le recrutement par simulation, note Marie-Thérèse Davoisne, responsable à Pôle Emploi de la plate-forme de vocation* du Val d’Oise, permet de repérer des habiletés préalablement définies avec le recruteur et qui correspondent à des attentes précises pour tel ou tel poste. C’est du sur mesure." Côté cabinets de recrutement, ces mises en situation sont plus connues sous le terme d’assessment center. Elles sont inspirées des pratiques des services secrets américains qui y avaient recours pour recruter leurs espions pendant la guerre froide ! Désormais, elles sont adaptées sur le front de l’emploi. Mais avec parcimonie, car ces procédures sont coûteuses en moyens humains et en temps.

Certains domaines d’activité en sont plus particulièrement friands, notamment les secteurs de la vente, la banque, l’hôtellerie-restauration ou encore le conseil. Et tous les niveaux de qualifications sont concernés. Des enseignes comme Monoprix, Carrefour ou Leroy Merlin y ont recours pour recruter des vendeurs ou des hôtes ou hôtesses de caisses. Des cabinets de recrutement s’en servent aussi pour sélectionner des cadres à très haut potentiel.

Observer sans regarder le CV


"Les sessions que nous mettons en place sur une demi-journée, en groupe et en négociation individuelle à deux, s’adressent à des jeunes diplômés issus d’écoles de commerce ou d'écoles d’ingénieurs, explique Maryline Albouy, responsable recrutement chez Logica Management Consulting. Cela nous permet de repérer leur esprit de coopération, leur capacité d’animation et de force de proposition." Avec pour règle d’or de ne pas avoir connaissance du CV. "Car il faut rester neutre dans l’observation par rapport au profil du candidat", précise Maryline Albouy. "L’un des avantages du recrutement par simulation est justement de lutter a priori contre toute forme de discrimination", note Marie-Thèrèse Davoisne.

Sélection oui, compétition pas toujours


Si chaque entreprise a choisi et conçoit, le plus souvent avec un cabinet spécialisé, des tests spécifiques pour coller à ses critères, on retrouve souvent les mêmes types d’exercices. Avec, pour le candidat, la crainte d’être mis en compétition. "A Pôle-Emploi, nous ne mettons pas les candidats en rivalité, note Marie-Thèrèse Davoisne. "C’est un processus de sélection, estime pour sa part Cyril Capel, directeur associé du cabinet CCLD Recrutement, mais tout dépend des besoins de l’entreprise : soit le dispositif met en compétition plusieurs candidats pour un poste, soit, lors d’un recrutement d’une équipe par exemple, il permet d’affecter chaque candidat au profil de poste qui lui convient". Un jeux de rôles, avec ou sans perdant, donc.

*Créées dans le cadre du plan de cohésion sociale, les plates-formes de vocation ont pour objectif de favoriser l’insertion des jeunes peu qualifiés dans les métiers en tension ou porteurs, en jouant la carte du recrutement par simulation.

Pour aller plus loin : Recherche d'emploi : réussir ses entretiens d'embauche / Entretien d'embauche : tenez-vous bien ! / Entretien d'embauche : notre coaching "questions gênantes"

Sommaire du dossier
Recrutement : les mises en situation auxquelles s’attendre Simulations, assessment center… Nos conseils pour bien passer l’épreuve