1. Maxime, designer interactif chez Traveldoo : “J’ai misé sur les nouvelles technologies”
Portrait

Maxime, designer interactif chez Traveldoo : “J’ai misé sur les nouvelles technologies”

Envoyer cet article à un ami

Galère de trouver du travail après avoir fait ses études en école d’art ? Révisez vos idées reçues ! À l’arrivée sur le marché de l’emploi, ces diplômés s’en sortent aussi bien voire mieux que ceux de physique-chimie ou d’économie. Reste à savoir comment s’y prendre de manière efficace : pour vous éclairer, cinq jeunes diplômés vous dévoilent les stratégies qui leur ont permis de décrocher le job de leurs rêves.

Ne pas attendre d’être diplômé pour travailler, tel est le conseil de Maxime, 25 ans, diplômé d’E-art sup et qui réalise aujourd’hui des interfaces graphiques pour un moteur de recherche spécialisé dans le voyage d’affaires.

“Je suis un touche-à-tout : j’ai toujours beaucoup aimé l’informatique et l’art”, affirme Maxime, 25 ans. Diplômé d’E-art sup en 2011, il résume son travail actuel chez Traveldoo, un moteur de recherche spécialisé dans le voyage d’affaires, pour qui il travaille depuis mars 2012. “Je réalise des interfaces graphiques. J’ai ainsi créé une application Web pour permettre à nos clients de gérer leurs notes de frais”.
 

Des jobs dès la fin de sa première année d’études

Pour trouver cet emploi, Maxime a tout simplement recensé sur Internet tous les moteurs de recherche existants. “Ils publiaient surtout des annonces pour des postes d’ingénieurs, mais j’envoyais quand même mon CV, car souvent les entreprises confondent le métier d’ingénieur et celui de designer interactif”, explique-t-il.

Maxime, designer graphique, diplômé 2011 d'E-art sup

Une démarche qui finit par payer. “Tous mes amis qui se sont spécialisés comme moi dans le design interactif ont trouvé du travail”, raconte Maxime, qui n’a pas attendu d’être diplômé pour accumuler de l’expérience. “Dès la fin de ma 1re année d’études, j’ai commencé par faire des petits boulots en free-lance, comme des logos pour des copains qui montaient leur boîte”, raconte-t-il. Et sa 5e et dernière année à E-art sup, Maxime l’a passée en contrat de professionnalisation au journal “Libération”. “Il ne faut pas attendre d’être diplômé pour commencer à travailler”, conseille-t-il à nouveau.

Pour aller plus loin : Étudiants en écoles d'art : participez au concours de création Microsoft / Écoles d'art : quatre bourses pour étudier à l'étranger / Écoles d’art : 5 raisons de mettre le cap sur la Belgique

Sommaire du dossier
Retour au dossier Alexandre, designer en Allemagne : “J’ai effectué mon master à l’étranger” Julie, joaillier aux ateliers Boucheron : “J’ai choisi l’artisanat de luxe” Maxime, designer interactif chez Traveldoo : “J’ai misé sur les nouvelles technologies” Solène, architecte d’intérieur : “Je me suis mise à mon compte” Coline, chargée de mission identité métiers chez Hermès : “J’ai réalisé un troisième cycle en marketing”