1. Hausse de la prime d'activité : c'est aussi pour vous !
Boîte à outils

Hausse de la prime d'activité : c'est aussi pour vous !

Envoyer cet article à un ami
Près de 500.000 jeunes qui travaillent bénéficient déjà de la prime d'activité en complément de leurs revenus. // © plainpicture/Lubitz + Dorner
Près de 500.000 jeunes qui travaillent bénéficient déjà de la prime d'activité en complément de leurs revenus. // © plainpicture/Lubitz + Dorner

Suite à la mobilisation des "gilets jaunes", Emmanuel Macron a annoncé le 10 décembre la revalorisation de la prime d’activité pour les travailleurs à revenus modestes. Étudiants salariés, apprentis et stagiaires peuvent en bénéficier sous conditions.

Bonne nouvelle pour votre budget : si vous travaillez pendant vos études, si vous êtes apprenti ou déjà dans la vie active, la prime d'activité va augmenter. "Cette aide apporte un complément de budget significatif", se réjouit Aurélien Cadiou, le président de l'ANAF (Association nationale des apprentis de France).

En quoi consiste la prime d'activité ?

Créée en 2015, la prime d’activité est un complément de revenus mensuel destiné aux travailleurs modestes. Cette prestation sociale a été conçue pour inciter à l’activité. Le 10 décembre 2018, le mouvement des "gilets jeunes" a poussé le chef de l’État à annoncer une hausse de cette aide. En 2019, son montant maximal pourra atteindre 60 € après une première hausse de 20 € entrée en vigueur en octobre 2018.

Lire aussi : Bourses étudiantes : voyez plus loin que le CROUS !

Qui peut y prétendre ?

Le dispositif est ouvert à tous les travailleurs de plus de 18 ans. Tous les jeunes en emploi – exercé sous statut salarié ou en indépendant – peuvent donc en bénéficier. La prime d’activité est ainsi ouverte aux étudiants, stagiaires et apprentis.

Attention : les gratifications de stage ne sont pas considérées comme un revenu d'activité. Si vous êtes stagiaire, il vous faudra donc avoir un emploi à côté pour bénéficier de la prime.

Quelles sont les conditions pour en bénéficier ?

Vous devez exercer une activité professionnelle, salariée ou non. Elle est destinée particulièrement aux personnes rémunérées entre 0,8 et 1,2 SMIC. Au-delà, vous n'y aurez plus droit. Vous devez aussi avoir travaillé au cours des trois mois précédant la demande.

Lire aussi : Bourse du CROUS, aide au mérite… les coups de pouce de l’Éducation nationale

Chaque trimestre, vous devrez envoyer à votre caisse d’allocations familiales ou votre caisse de mutualité sociale agricole une déclaration trimestrielle des ressources perçues au cours des trois derniers mois.

Combien allez-vous toucher chaque mois ?

Ne vous attendez pas à gagner des fortunes. Il s'agit d'un complément de revenus. Le montant moyen perçu était de 158 € environ en 2017 selon le ministère des Solidarités et de la santé. Pour les 18–25 la prime moyenne touchée était plutôt de 131 €. Début 2019, la revalorisation annoncée pourra atteindre au maximum 80 € de plus par mois. Des simulateurs existent auprès des organismes de prestations sociales (CAF ou MSA) pour savoir si vous avez droit à la prime et estimer son montant.

Si vous vivez chez vos parents, pouvez-vous quand même y avoir droit ?

Oui. Vous pouvez choisir de bénéficier de la prime d’activité soit en votre nom propre, soit en étant rattaché au foyer parental. Mais dans ce cas leurs ressources entreront en compte pour le calcul de votre prime d’activité.

Comment faire votre demande de prime ?

La procédure est dématérialisée. Vous pouvez accéder au service en ligne auprès de la CAF ou de la MSA, selon le régime de protection sociale dont vous dépendez.