Rentrée 2022 : comment profiter des milliers d'emplois toujours disponibles ?

Par Etienne Gless, publié le 30 Août 2022
9 min

Surveillants de collège ou lycée, employés à la cantine, chauffeurs de car, adjoints administratifs, personnels de crèche… La pénurie ne touche pas que les enseignants ! Découvrez les métiers qui recrutent encore en urgence pour la rentrée scolaire et nos bons plans pour en profiter.

À l'heure de la rentrée scolaire, d'autres métiers que celui de professeur connaissent des difficultés de recrutement. Et pour cause, 12 millions d'écoliers, collégiens et lycéens reprennent le chemin de l'école le 1er septembre. Il faut les instruire mais aussi les amener à l'école, les surveiller, les nourrir, les assister… Et là-aussi, comme pour les enseignants, les postes sont loin d'être tous pourvus en cette rentrée scolaire 2022.

Pour renforcer l'attractivité de ces métiers, employeurs publics et privés commencent à revoir à la baisse les prérequis de diplômes et à la hausse les statuts, les salaires et les évolutions de carrière.

1– Chauffeur de car scolaire : un métier possible désormais dès 18 ans

Y aura-t-il aussi un chauffeur de bus scolaire pour amener les jeunes à l'école au collège ou au lycée ? "Nous sommes confrontés à un déficit de chauffeurs de transports scolaires. Et cette crise est plus aigue cette année", a reconnu Pap Ndiaye, ministre de l'Éducation nationale lors de sa conférence de presse de rentrée.

Au début de l’été, quelque 8.000 chauffeurs de car scolaires manquaient à l’appel en France pour assurer la rentrée selon la FNTV (Fédération du transport de voyageurs).

Pour pallier cette pénurie, des mesures d’urgence ont été prises fin août pour encourager les candidatures. Parmi elles, l’âge d’obtention du permis D – qui autorise la conduite d’un véhicule de transport de plus de huit personnes – a été abaissé de 24 à 18 ans et la conduite accompagnée dès l’âge de 16 ans a été autorisée. Une aubaine pour les plus jeunes. Mais les plus âgés ne sont pas oubliés : les seniors peuvent cumuler un salaire de chauffeur à temps partiel avec leur retraite !

2– Surveillant : un métier où vous pourrez bientôt obtenir un CDI

Des dizaines de collèges et lycées ont des besoins urgents de surveillants et postent des offres d’emplois la veille de la rentrée. Surveiller les mouvements des élèves, assurer le suivi des justificatifs d’absence, faire respecter le règlement… Les tâches confiées aux AED (assistants d’éducation) sont vastes.

Aucun diplôme spécifique n'est requis pour être surveillant, le poste d'AED est accessible dès le bac. "Toutefois, un profil supérieur, des diplômes d’animation (BAFA, BAFD) ou une expérience auprès d’enfants et d’adolescents seraient appréciés", précise Isabelle Leray, principal au collège Juliette Adam de Gif-sur-Yvette (91) qui cherchait encore des candidats fin août.

Jusqu’ici les AED étaient recrutés en CDD en général pour l’année scolaire. À compter du 1er septembre 2022, il sera possible aux surveillants de bénéficier d’un CDI après six ans d’expérience. "Lorsqu’un nouveau contrat est conclu avec une personne ayant exercé pendant six ans en qualité d’assistant d’éducation, ce contrat est à durée indéterminée", précise ainsi un décret publié le 9 août.

3– AESH : un métier de sens -un peu- revalorisé

Les difficultés de recrutement touchent également les élèves en situation de handicap. Même si l'école accueille 400.000 de ces élèves, beaucoup ne peuvent être pris en charge faute d’accompagnants. "4.000 AESH (accompagnants d'élèves en situation de handicap) supplémentaires vont être recrutés cette rentrée", a promis Pap Ndiaye.

Il n'existe pas en effet de corps de fonctionnaire pour ce métier : les assistants sont recrutés par contrat de droit public pour trois ans renouvelable. Le job a longtemps été précaire et payait mal : la plupart des accompagnantes (95% sont des femmes) travaillaient à temps partiel, 24 heures par semaine, et étaient rémunérées entre 780 et 850 euros nets par mois.

Le statut et la rémunération des AESH ont été – un peu- améliorés en 2022. Revalorisation des grilles indiciaires, aide exceptionnelle "indemnité-inflation"… Au total, leur rémunération annuelle brute a augmenté de 1.083 euros par an.

4– Secrétaire administratif adjoint : postes ouverts sans diplôme ni concours

"La rentrée est dans trois jours pour les profs et je me creuse encore la tête pour trouver un secrétaire", se désole Caroline, conseillère principale d’éducation d’un lycée de Suresnes (92).

L’Éducation nationale peut recruter sans concours des adjoints administratifs dans certaines académies à travers le PACTE( Parcours d'accès aux carrières de la fonction publique territoriale, hospitalière et d'État). Vous signerez un contrat de 12 à 24 mois à temps plein et suivrez une formation en alternance. À l’issue de ce parcours de professionnalisation, vous pourrez être titularisé dans le corps ou le cadre d’emplois visé.

5– Cantine scolaire : du beurre dans les épinards

Agents d’accueil de cantine scolaire, agent de restauration scolaire, agent d’entretien… Des milliers d’offres d’emploi sont encore à pourvoir pour assurer l’accueil des enfants, réaliser les préparations culinaires ou mettre en place et débarrasser les tables avant et après les repas.

Si un diplôme est souvent requis pour les postes en cuisine (CAP cuisine par exemple), les postes d'agent d'accueil ou d'entretien sont accessibles au plus grand nombre.

6– Travailler en crèche sans diplôme : c'est possible… à titre exceptionnel

Crèches et haltes garderies manquent elles aussi de personnels qualifiés. Auxiliaires de puériculture, infirmières, éducateurs de jeunes enfants… Plus de 8.900 postes étaient durablement vacants au printemps dernier, selon une enquête de la Cnaf (Caisse nationale des allocations familiales) auprès de 16.000 crèches.

Une sur deux manque de personnel. À tel point que plusieurs d’entre elles affichent porte close en cette la rentrée. François Braun, ministre des Solidarités et de la Santé, a donc autorisé par un arrêté publié le 29 juillet le recrutement sous conditions de non professionnels.

Travailler en crèche sans diplômes requis est donc permis… à titre dérogatoire. Même si vous n’avez pas le CAP petite enfance, le diplôme d’État de puériculture ou d’éducateur de jeunes enfants, vous pouvez candidater. Rassurez-vous : vous ne serez pas livré à vous-même : vous bénéficierez d'un parcours d'intégration pendant les 120 premières heures d'exercice professionnel. Et vous ne serez au maximum qu’un ou deux non professionnels par crèche.

Consultez nos offres

Recruteur : déposer une annonce

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une jobs, stages, emploi, alternance

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !